Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Vers une reprise naturelle de l’inflation en zone euro »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Une analyse de l’équipe Rothschild & Cie Gestion

Alors que le consensus de marché reste encore très prudent quant aux perspectives de croissance en zone euro et quant à la capacité de l’union économique à surmonter les pressions déflationnistes, l’équipe de Rothschild & Cie Gestion croit au retour d’une tendance haussière des taux nominaux. Le scénario d’une ‘Japonisation’ de la zone euro semble peu plausible, au regard des signes d’amélioration économique actuels. La faiblesse des prix pétroliers comme la dépréciation de l’euro constituent des facteurs de soutien au redémarrage de la croissance européenne.


La fragmentation financière de la zone euro s’est réduite

Emmanuel Petit, Directeur de la Gestion Obligataire, s’attend à « une reprise naturelle de l’inflation, soutenue par la baisse conjointe de l’euro et du pétrole, qui redonne du pouvoir d’achat aux agents économiques ». Et s’il est difficile d’anticiper les résultats économiques tangibles du programme de rachats d’actifs de la BCE, le quantitative easing permet d’assurer la solvabilité des Etats grâce au maintien de conditions d’emprunt avantageuses. « La fragmentation financière de la zone euro s’est réduite, les conditions de financement des Etats gagnent en homogénéité ».

Après une année 2014 au cours de laquelle les taux obligataires ont continuellement chuté et donc procuré une performance relativement solide, les investisseurs vont devoir gérer activement le risque de taux, essentiellement importé des Etats-Unis. Le resserrement monétaire de la Réserve fédérale, avec le relèvement attendu de ses taux directeurs au second semestre, risque de provoquer une hausse généralisée des taux. « Ce mouvement ne devrait pas provoquer de krach obligataire, la hausse devrait s’avérer somme toute contenue, notamment en Europe. Néanmoins, il est important d’amortir ce mouvement en réduisant au maximum le risque de taux » estime Emmanuel Petit.


Une diminution du « risque pays » sur les marchés obligataires

La désensibilisation des portefeuilles à la hausse des taux longs passe par la sélection d’obligations de maturité intermédiaire. Sur le marché du crédit européen, le segment des maturités de 3 à 5 ans est celui qui offre non seulement la meilleure désensibilisation, mais aussi les meilleures primes de crédit, de l’ordre de 80 à 100 bp. « Nous surpondérons ce segment, qui offre une meilleure protection au risque de pentification de la courbe de taux. Dans l’environnement de taux actuel, il nous semble essentiel de piloter une gestion obligataire assez flexible, capable d’identifier les éléments de marché offrant de la valeur. Nous continuons aussi de privilégier les notations BBB et BB, qui correspond à l’univers obligataire ‘cross over’, entre ‘investment grade’ et ‘high yield’ ». Les émetteurs de cet univers bénéficient notamment de trésoreries de qualité, avec d’importantes liquidités disponibles héritées du cycle d’assainissement (restructuration des activités de ces entreprises, amélioration de leur rentabilité) mis en œuvre après la crise.

En termes de bond-picking, l’équipe de Rothschild & Cie Gestion apprécie aussi les marchés périphériques européens, dont les émetteurs affichent encore un beau potentiel de rendement. « Le risque ‘pays’ qui pesait il y a quelques années sur les émetteurs corporate de ces pays a fortement diminué, tandis que les spreads de ces titres sont encore significativement supérieurs à ceux de leurs homologues des pays ‘core’ (environ 50 bp les séparent actuellement) » constate Emmanuel Petit. « Nous préférons par exemple investir dans Telefonica, plutôt que Deutsche Telekom » ajoute-t-il.

Enfin, l’autre parti pris de l’équipe de gestion est de privilégier les dettes bancaires subordonnées, qui ont l’avantage d’offrir des rendements attrayants et une forte visibilité, dans un secteur sous pression réglementaire. « Les fondamentaux du secteur sont meilleurs, avec l’amélioration de la qualité des bilans. Des émetteurs Tier 1 comme HSBC ou Société Générale offrent des perspectives de performances robustes » conclut Emmanuel Petit.

https://www.rothschildgestion.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...