Connexion
/ Inscription
Mon espace

Moyens de paiement : les Français attendent plus de leur banque

BE - Culture & Société
ABONNÉS

2ème volet de l'enquête Solucom – OpinonWay, sur les Français et leur banque

Représentant près de 15% du PNB des banques, les moyens de paiement apparaissaient hier encore comme une source de profit pérenne pour les banques. Aujourd'hui, 80% des clients citent la gestion des comptes et des opérations de paiement comme le rôle le plus important de la banque. Pourtant, le changement de contexte - développement de l'e-commerce et de l'internet mobile, évolution des comportements clients, dérégulation - leur oppose une concurrence renouvelée portée par des acteurs non-bancaires.


PayPal, PayLib : un réflexe qui s'installe

97% des Français disposent au moins d'une carte bancaire classique (type Visa ou MasterCard), 36% en ont plusieurs. 95% des cyberacheteurs l'utilisent pour leurs achats en ligne. Néanmoins, pour ces mêmes achats en ligne, plus d' 1 sur 2 (52%) déclare utiliser fréquemment des solutions de paiement sécurisées, au 1er rang desquelles se trouve le leader incontesté PayPal.
Dans le giron d'eBay depuis 2002 et rassemblant plus de 7 millions d'utilisateurs, PayPal fait figure de poids lourd dans ce secteur...non sans réaction de la part des banques.
Le rassemblement de BNP Paribas, La Banque Postale et la Société Générale autour de PayLib, très récemment rejointes par le Crédit Agricole, en est l'exemple emblématique. Une réaction en phase avec les attentes exprimées par les Français, qui citent à 60% leur banque comme l'acteur le plus apte à assurer la sécurité de leurs transactions.

 

Le NFC encore à la marge

Annoncé comme un vecteur de fluidité pour le consommateur, le NFC (Near Field Communication ou communication sans contact) peine à trouver son public dans le cadre du paiement.
1 Français sur 3 se déclare équipé d'une carte de paiement sans contact, alors que près de 50% des clients en disposent réellement, selon l'Observatoire du NFC. Dans plus de 80% des cas, le NFC est attribué automatiquement au renouvellement de la carte bancaire, sans information spécifique. Si elles veulent en généraliser l'usage, les banques devront donc fournir un réel effort de pédagogie et de communication.

Seul 1% des Français envisage leur téléphone comme un terminal de paiement potentiel pour les achats de faible montant. Pourtant, le paiement via smartphone, semble incontournable avec le développement du m-commerce. Un terrain sur lequel beaucoup d'acteurs non-bancaires se sont déjà engagés avec des propositions telles qu'Apple Pay, Orange Cash ou flash'Npay imaginée par Auchan et un domaine où 70% des Français attendent une prise de position de leur banque.

 

Le défi des banques : s'unir et innover pour mieux résister

Sur le terrain des moyens de paiement, le prochain défi des banques est plus que jamais celui de la simplicité, de la fluidité et de l'innovation dans les services associés. Les grandes enseignes bancaires pourraient user de leur légitimité sur le secteur du paiement, pour être présentes sur tous les types de supports (carte bancaire, smartphone,...) et situations de paiement, en ligne, en points de vente physiques et de particulier à particulier.
« Créer de la valeur supplémentaire autour du paiement pourrait donc être une voie à suivre pour les banques, explique Loïc Carpentier, directeur associé au sein du cabinet Solucom. Une stratégie qui gagnerait à être renforcée par des accords inter-banques et des partenariats pour résister aux géants du web qui donnent un nouveau visage à la concurrence. »

Accéder au 2ème volet de l'enquête via :  www.bankobserver-solucom.fr

________________________________________________________

Les français et leur moyen de paiement -  Chiffres clés*

- 97% des Français disposent au moins d'une carte bancaire classique (type Visa ou MasterCard) - 36% en ont plusieurs -  et 95% l'utilisent pour leurs achats en ligne.

- 14% des Français détiennent une carte de paiement (hors cartes de fidélité) proposée par un magasin (Printemps, Cofinoga, La Redoute, Total, etc.). Une concurrence indirecte mais bien réelle pour les banques, sur le marché de la carte bancaire.  80% des clients citent la gestion des comptes et des opérations de paiement comme le rôle le plus important de la banque.

- 52% des Français déclarent utiliser fréquemment des solutions de paiement en ligne.

- La sécurité de la banque dans le domaine des achats en ligne est désormais un acquis : 60% des clients citent leur banque comme l'acteur le plus apte à assurer la sécurité de leurs transactions.

- La possibilité de régler les achats sur internet via le site de la banque, qui simplifie l'acte d'achat tout en rassurant sur le niveau de sécurité garanti, est bien accueillie, par 79% d'avis favorables.

- Seul 1 Français sur 3 se déclare équipé d'une carte de paiement sans contact, alors que près de 50% des clients en disposent, selon l'Observatoire du NFC. Dans plus de 80% des cas, le NFC est attribué automatiquement au renouvellement de la carte bancaire, sans information spécifique. 

- Pour l'instant, le paiement mobile ne soulève pas l'enthousiasme - seul 1% des Français envisage leur téléphone comme un terminal de paiement potentiel pour les achats de faible montant (60% espèces, 38% carte bleue).

- Seuls 5% des Français envisagent la possibilité d'utiliser Twitter, Facebook ou un autre réseau social pour effectuer des paiements.

- Près de 70% des Français considèrent que la banque est l'acteur le plus légitime pour proposer de nouvelles solutions de paiement mobile loin devant les fournisseurs de cartes comme Mastercard ou Visa (45%) ou les opérateurs téléphoniques (10%).

*Source : Enquête Solucom -OpinionWay conduite auprès de 2000 français de 18 ans et plus.

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...