Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Avis d’expert] L’économie mondiale risque d’entamer une phase de ralentissement

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Guy Wagner, chief investment officer de la Banque de Luxembourg, et son équipe dans l’analyse mensuelle, les ‘Highlights’.

Malgré la politique de taux zéro des principales banques centrales et la faiblesse des prix pétroliers, l’économie mondiale risque d’entamer une phase de ralentissement. Aux Etats-Unis, la progression du PIB au 4ème trimestre 2014 était portée par la consommation domestique alors que les investissements et les exportations affichaient des signes de faiblesse. « En dehors des Etats-Unis, l’activité conjoncturelle reste fragile dans la plupart des régions », prévoit Guy Wagner, « En Europe et au Japon, la légère amélioration récente des principaux indicateurs économiques ne pointe pas vers une reprise significative compte tenu de la faiblesse des bases de comparaison. » En Chine, le ralentissement de la croissance conjoncturelle semble se poursuivre et pourrait déclencher des mesures de soutien de la part des autorités publiques dans les semaines à venir.

Les obligations d’Etat continuent à surprendre par des performances remarquables
L’annonce du vaste programme d’assouplissement monétaire quantitatif de la BCE a entraîné la poursuite du recul des taux longs malgré leurs niveaux déjà extrêmement bas. Dans la zone euro, le rendement de l’emprunt d’Etat à 10 ans a baissé en Allemagne, en Italie et en Espagne. Aux Etats-Unis, les rendements obligataires ont également baissé. « Malgré le niveau dérisoire des taux longs, les obligations d’Etat continuent à surprendre par des performances remarquables », pense l’économiste luxembourgeois. « Un scénario dans lequel les obligations d’Etat peuvent continuer à surprendre favorablement est celui de taux directeurs négatifs introduits à grande échelle par les banques centrales, ce qui ne peut plus être exclu compte tenu des perspectives de ralentissement économique. »

Les investisseurs considèrent les actions comme le placement par défaut
En janvier, les évolutions boursières ont été déterminées par les mouvements sur les marchés des changes. Ainsi, la faiblesse de l’euro a permis au Stoxx 600 en Europe de progresser, alors que le Topix au Japon (en yen) et le MSCI Emerging Markets (en USD) ont fait quasiment du surplace et que le S&P 500 aux Etats-Unis (en USD) a même reculé. Guy Wagner : « Compte tenu du recul de l’euro par rapport au dollar et au yen, les placements boursiers ont généré en janvier des résultats particulièrement favorables pour un investisseur européen. Compte tenu de l’environnement de taux zéro, les investisseurs continuent à considérer les actions comme le placement par défaut malgré l’accentuation progressive des pressions déflationnistes illustrée par la course à la dévaluation des monnaies qui prend de plus en plus d’ampleur. »

La tendance haussière du dollar devrait rester en place
En janvier, l’euro a fortement reculé par rapport au dollar américain. La raison a été l’annonce du vaste programme d’assouplissement monétaire quantitatif de la BCE. « Même si le caractère violent de la hausse du dollar en janvier plaide pour une phase de stabilisation temporaire, la tendance haussière du billet vert devrait rester en place tant que le scénario de remontée des taux d’intérêt aux Etats-Unis ne sera pas remis en question. »

http://www.guywagnerblog.com/fre/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...