Connexion
/ Inscription
Mon espace

Petite rechute de la compétitivité française en 2014

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Coe-Rexecode publie son état des lieux de la compétitivité française pour l’année 2014 en présentant son analyse des performances à l’exportation ainsi que les résultats de son enquête exclusive sur le positionnement des produits français.

Par Jean-François Ouvrard, directeur des études Coe Rexecode,

2014 a été marquée de nouveau par des pertes de parts de marché à l’exportation

Le déficit de nos échanges industriels a augmenté en 2014 (-26,4 Mds € en 2014, -24,0 Mds € en 2013).

Ainsi, si le solde des échanges extérieurs de l’ensemble des marchandises s’est réduit (-3,7 % du PIB en 2013, -3,3 % en 2014), cela est entièrement dû à l’allègement de la facture énergétique. Hors énergie, le déficit commercial français pour les produits industriels s’est creusé tandis que l’excédent sur les produits agricoles et agroalimentaires ainsi que sur les échanges de services s’est réduit.

Les parts de marché françaises à l’exportation ont de nouveau reculé en 2014, en valeur comme en volume, après un fort recul depuis 2000 puis une relative stabilisation depuis 2010 :

  • Le poids des exportations françaises de marchandises dans les exportations de la zone euro est en recul par rapport à 2013 (respectivement 12,3 % vs. 12,5 %). Dans la zone euro, l’Allemagne est stable, l’Espagne regagne des parts de marché ;

  •   La part de marché française dans les exportations mondiales est tombée de 3,15% en 2013 à 3,0% en octobre 2014. Depuis 2000, parmi les pays développés, la France a connu le plus net recul de ses parts de marché.

Les déterminants de la compétitivité-coût sont mieux orientés

Alors que le bilan des résultats de 2014 est décevant, la compétitivité-coût de la production française est mieux orientée :

  • Grâce à un léger ralentissement des hausses salariales et à l’effet du CICE, le coût horaire du travail dans l’industrie manufacturière a augmenté sur un an de +0,6 % en France contre +2,3 % en  Allemagne ;

  • Le taux de marge de l’industrie française s’est redressé en 2014, de l’ordre de 2,5 points en un an. Cette amélioration est due pour un tiers au CICE et pour deux tiers à une augmentation des salaires inférieure aux gains de productivité.

Des produits français de qualité mais encore considérés comme trop chers par les acheteurs professionnels

Depuis 20 ans, Coe-Rexecode mène une enquête auprès de 500 importateurs européens sur leur perception du positionnement des produits français par rapport à 9 de leurs principaux concurrents.

L’« enquête compétitivité » 2014 analyse les caractéristiques hors prix des biens de consommation (équipements du logement, produits agroalimentaires, habillement et accessoires, produits pharmaceutiques et d’hygiène-beauté) :

  • Sur les critères hors prix, les biens français sont presque toujours devancés par les produits allemands. Ils sont néanmoins presque systématiquement considérés comme « meilleurs » que les produits espagnols ou italiens. Par exemple, en termes de qualité, les biens d’équipement du logement, les produits agroalimentaires et les produits d’hygiène-beauté sont 2ème sur 10 pays, juste derrière l’Allemagne ;

  • En revanche, le jugement sur l’habillement et les accessoires français est moins favorable et la dégradation amorcée en 2012 se confirme. Ces produits se placent au 7ème rang sur 10 en 2014 vs. 3ème en 2010.

Comme en 2012, l’appréciation du niveau de prix est globalement défavorable aux produits français qui sont considérés par les acheteurs comme un peu trop chers.

Des efforts à poursuivre pour renforcer la compétitivité de la France

Les observations de 2014 et les résultats de notre enquête compétitivité montrent que la poursuite des efforts de compétitivité-coût et de compétitivité-prix restent indispensables pour reconquérir, ne serait-ce que partiellement, les parts de marché perdues.

Pour en savoir plus : coe-rexecode.fr

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...