Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Culture & Société
ABONNÉS

Septs priorités pour les enfants

L'UNICEF exhorte la communauté mondiale à donner la priorité aux enfants dans les nouveaux Objectifs de développement durable, une feuille de route pour le progrès humain au cours des 15 prochaines années qui permettra de guider les investissements et les actions partout dans le monde. L’Assemblée générale des Nations conviendra de ces objectifs en septembre.

« Le monde a accompli de remarquables progrès au cours des 15 dernières années, et pourtant des millions d'enfants restent marginalisés », a déclaré Mme Yoka Brandt, Directrice générale adjointe de l'UNICEF. « C’est l’occasion cruciale d’atteindre les enfants qui ont été laissés pour compte. Les décisions et les investissements que nous faisons aujourd'hui détermineront l'avenir de cette génération et des générations futures ».

Le « Programme pour chaque enfant » énonce sept priorités que les nouveaux objectifs de développement doivent impérativement respecter.

1. Mettre fin à la violence contre les enfants. Environ 1 milliard d'enfants de moins de 15 ans subissent régulièrement des châtiments corporels et un quart des filles âgées de 15 à 19 ans sont victimes de violences physiques. Si la violence contre les enfants est souvent invisible, son impact sur chacun d’entre eux et sur leur société entière est profond et d’une ampleur considérable. Comme la violence à l’encontre des enfants est un problème universel, les investissements dans la protection des enfants contre la violence, les sévices, la négligence et l'exploitation sous toutes ses formes doivent être une priorité mondiale.

2. Placer l’élimination de la pauvreté des enfants au centre des efforts d’éradication de la pauvreté à l’échelle mondiale. La moitié des personnes de la planète qui vivent dans une pauvreté extrême sont des enfants : ils sont près de 570 millions de personnes de moins de 18 ans à survivre en dessous du seuil international de pauvreté de 1,25 dollar des É.-U. par jour. La pauvreté dans l'enfance est souvent la cause profonde de la pauvreté à l'âge adulte. Privés d’accès aux services de santé, de nutrition, à l'eau et à des moyens d’assainissement, à des logements et à l'éducation, ces enfants restent coincés dans cet engrenage de pauvreté.

3. Mettre fin aux décès évitables d’enfants et de mères. Les enfants des 20 % des ménages les plus pauvres risquent deux fois plus de mourir avant leur cinquième anniversaire que les enfants des 20 % des ménages les plus riches et trois fois plus d’avoir un poids insuffisant ou d’être malade. En améliorant les systèmes de santé et en ciblant mieux les ressources qui permettront d’atteindre les enfants et les mères les plus vulnérables, on sauvera des vies, on renforcera les familles et on soutiendra une croissance durable.

4. Accorder plus d'attention à l'adolescence, la deuxième décennie de vie. Les gains obtenus dans la petite enfance peuvent être soit consolidés, soit anéantis, pendant l'adolescence, mais les adolescents sont trop souvent laissés pour compte lors de la planification et la prestation des services. En investissant dans leur apprentissage et en promouvant des modes de vie sains, entre autres mesures, on contribuera à protéger les adolescents contre les maladies et la violence, et à mieux les préparer à la vie adulte.

5. Tirer parti de la révolution actuelle du secteur des données pour soutenir les droits de chaque enfant. Des données crédibles et obtenues en temps opportun sont essentielles pour identifier les enfants dont les besoins sont les plus criants et pour élaborer des politiques ciblées destinées à améliorer leur vie. Les données doivent être ventilées pour nous aider à dépasser le simple examen des moyennes mondiales et nationales et faire apparaître au grand jour les enfants qui sont laissés pour compte.

6. Améliorer les investissements en faveur de tous les enfants, surtout les plus vulnérables et marginalisés. Il est impératif d’allouer suffisamment de fonds aux secteurs de l’éducation, de l’eau et de l'assainissement, des soins de santé et de la protection sociale; mais pour obtenir les résultats les plus durables, il faut aussi que ces fonds parviennent jusqu’aux enfants et familles les plus démunis.

7. Briser le cycle de crises chroniques qui touchent les enfants. En 2014, 230 millions d'enfants vivaient dans des zones de conflit, et beaucoup d'autres ont été touchés par des catastrophes provoquées par l’homme ou naturelles. La réponse mondiale aux crises humanitaires doit se concentrer non seulement sur les besoins urgents à court terme mais aussi sur le renforcement de la résilience à long terme, l’aide à donner aux enfants et à leurs familles pour qu’ils résistent aux chocs de l’avenir et briser le cycle des crises qu'ils endurent.

Pour éviter que les progrès remarquables réalisés pour les enfants ces 15 dernières années ne soient anéantis, pour que les nations en développement puissent prospérer, pour que les régions en crise puissent se stabiliser, la communauté internationale doit faire des enfants sa priorité absolue.

« Nous devons non seulement préserver le monde pour cette génération d'enfants, mais aussi nous  assurer qu'ils pourront grandir pour en profiter », a déclaré Mme Brandt. « Nous avons tous un rôle à jouer, responsables politiques, entreprises et organisations, individus et les enfants eux-mêmes – pour animer le changement en faveur de chaque enfant et construire un monde meilleur pour tout le monde. »

L'UNICEF a mis en place un hashtag pour médias sociaux, #EVERYChild, qui invite enfants et adultes à soutenir avec nous le Programme pour chaque enfant.

Pour en savoir plus : unicef.org

Lire la suite...


Articles en relation