Connexion
/ Inscription
Mon espace

Fiscalité 2015 : ce qui change pour les non-résidents

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Par Marion Chapel-Massot, Responsable Gestion Privée chez Equance

Bien qu’une grande partie du projet de Loi de Finances pour 2015 et la loi de finances rectificative pour 2014 concerne les contribuables domiciliés en France, quelques changements impactent également les non-résidents. Parmi les thématiques abordées : l’impôt sur le revenu, l’imposition sur les plus-values immobilières ou encore les différentes taxes.


1/ L’application du plafonnement du quotient familial aux contribuables non-résidents

Par une modification de l’article 197 A du Code Général des Impôts, cet article, par effet de mimétisme aux règles déjà existantes pour les contribuables domiciliés sur le territoire français, applique les mêmes règles du plafonnement des effets du quotient familial aux contribuables non-résidents. Cette mesure est valable à compter de l’imposition des revenus perçus en 2014 et entrant dans l’assiette fiscale.
En effet, jusqu’à présent, l’article 197 A du Code Général des Impôts ne faisait pas état des modalités de calcul de l’impôt sur le revenu des contribuables non-résidents, contrairement aux résidents en France.
Cette situation, bien que touchant une frange de la population réduite (uniquement les contribuables imposés à plus de 20%), était d’autant plus injustifiée que la situation familiale et les revenus imposables étaient les mêmes entre résidents et non-résidents.

- Dans les faits, les non-résidents se verront donc appliquer un barème progressif par part. Le plafonnement sera fixé à 1 508€ pour chaque demi-part supplémentaire et à 754€ pour chaque quart de part supplémentaire. Se pose toutefois la problématique des contribuables non domiciliés en France qui se seraient vu appliquer le plafonnement des effets du quotient familial dans leur avis d’imposition antérieur au revenu 2014. Ces derniers sont alors en droit de formuler une réclamation.


___________

Exemple 1

Un couple marié de résidents avec 4 enfants à charge a, pour 2014, un revenu imposable de 130 000€. On effectue une double liquidation de l’impôt, d’une part avec application du quotient familial et d’autre part avec application du plafonnement

a/ Application du quotient familial sans plafonnement :
Nombre de parts : 5 (marié= 2 parts ; enfant 1 et 2 = 0.5 part, enfant 3 et 4 = 1 part)
Valeur du quotient : 130 000 / 5 =26 000€
Ce quotient familial est compris dans la tranche entre 9 690€ et 26 764€ => (RNGI* x 0,14) – (1,356,60 x N) => (130 000 x 0,14) - (1,356,60 x 5)
Impôt : 11 417€

b/ Application du quotient familial avec plafonnement :
Nombre de parts : 5 (marié = 2 parts ; enfant 1 et 2 = 0,5 part, enfant 3 et 4 = 1 part)
Valeur du quotient : 130 000 / 2 = 65 000€
Ce quotient est compris entre 26 764€ et 71 754€ => (RNGI* x 0,30) – (5,638,84 x N) => (130 000 x 0,30) – (5,638,84 x 2)
Impôt : 27 722€
Effet du plafonnement : 9.048 € (1 508 x 6 demi- parts supplémentaires)
Impôt : 27.722 – 9.048 = 18.674 €
L’impôt à payer est donc de 18.674 € et le plafonnement est applicable.
* RNGI= Revenu Net Global Imposable

 

Exemple 2

Un couple marié de non- résidents avec 4 enfants à charge a, pour 2014, un revenu foncier imposable en France de 130 000€.

a/ Avant la loi de finances rectificative pour 2014 :
On effectue une double liquidation de l’impôt ; on calcule l’impôt comme pour les résidents sans application du plafonnement, puis on applique les termes de l’article 197A du CGI, soit le minimum de 20%.
Impôt selon barème résident fiscal : 11 417€ (situation 1-a)
Application 197A du CGI (l’impôt ne peut être inférieur à 20% des revenus) : 11 417€ / 130 000€ = 9%
Impôt non résident à payer : 130 000€ x 20% = 26 000€
A noter : le quotient familial n’entre pas en compte pour l’application des 20%.

b/ Après la loi de finances rectificative pour 2014 :
On effectue une double liquidation de l’impôt, on calcule l’impôt comme les résidents avec application du plafonnement, puis on applique les termes de l’article 197A du CGI, soit le minimum de 20%.
Impôt selon barème résident fiscal avec application du plafonnement : 18 674€ (1-b)
Application 197A du CGI (l’impôt ne peut être inférieur à 20% des revenus) : 18 674€ / 130 000€ = 14%
Impôt non résident à payer : 130 000€ x 20% = 26 000€

____________

 

2/ La taxation à 19% sur les plus-values immobilières des non-résidents

L’article 60 de la Loi de Finances pour 2015 revient, quant à lui, sur l’imposition des non-résidents sur la plus-value immobilière.
Suivant les évolutions jurisprudentielles et notamment l’arrêt du Conseil d’Etat du 20 octobre 2014 qui allait dans le sens d’une harmonisation de cette taxation, le taux d’imposition a été ramené de 33,33 à 19% pour tous les non-résidents en ce qui concerne les plus-values immobilières.
De ce fait, à compter du 1er Janvier 2015, un taux d’imposition unique à 19% est appliqué pour les résidents comme pour les non-résidents (qu’ils soient de l’Espace Economique Européen ou d’un Etat tiers).

- La question pour certains contribuables est de savoir ce qu’il faut faire dans le cas où ils auraient vendu un bien en décembre 2014, par exemple, et que la plus-value a été imposée à 33,33%. Tenant compte du fait que le taux d’imposition est passé à 19%, ceux-ci peuvent se poser la question de la démarche à avoir. Dans ce type de cas, nous leur conseillons de déposer une réclamation sur la base de la jurisprudence modifiée. En effet, dans des cas de contribuables non-résidents d’Etats ne faisant pas partie de l’UE et qui ont cédé un immeuble avant le 1er Janvier 2015, ceux-là peuvent faire une réclamation pour demander la restitution partielle de leur prélèvement. Ils ont jusqu’au 31 décembre de la 2ème année qui suit le paiement de l’impôt.

Un exemple : un habitant au Brésil associé dans une SCI française à un résident allemand (ou tout autre pays de l’UE), et ayant avons vendu le même bien avant le 1er janvier 2015, ne seront pas imposés de la même façon. Le premier sera imposé à hauteur de 19% tandis que le second se verra appliquer un taux à 33,33%. Celui-ci sera alors en droit de faire une demande.

 

3/ La suppression de l’obligation de nommer un représentant fiscal pour certains non-résidents

Conformément à l’article 62 du projet de Loi de Finances rectificative pour 2014, à compter du 1er janvier 2015 aura lieu une suppression de l’obligation d’avoir un représentant fiscal en France pour les résidents de l’Union Européenne, de Norvège et d’Islande.
Auparavant, la désignation d’un représentant fiscal était obligatoire sous 90 jours pour tous les non-résidents en matière de plus-value immobilière des particuliers lorsque le prix de vente excédait 150 000€ ou qu’il ne pouvait pas bénéficier de l’exonération pour durée de détention.

- Suivant les recommandations de la Commission Européenne, la France est donc revenue sur ce texte.

http://www.equance.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Marc Divoux, Finance SA

Entretien avec Jean-Marc Divoux, gérant du fonds Expert Patrimoine Après avoir réuni certaines expertises de Robeco, de Commodities AM, de KBL Richelieu et AG2R AGICAM, Finance SA a accueilli Jean-Marc Divoux dans l'équipe de gestion en février dernier. Il y déploie désormais son expertise de gestion dont il nous parle avec passion. Quel a été votre parcours ? Après une formation d'ingénieur (avec une option en intelligence artificielle, ce qui, dans les années 80, n'était pas encore à la...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Notre sélection de fonds « dynamiques » gagne 4,9% en 3 mois

Si le mois de décembre a été meurtrier pour les marchés actions, avec un plongeon jamais vu depuis 1931, les semaines de début d'année ont marqué la 5e progression de l'histoire financière. Résultat : notre sélection de fonds dynamiques a repris des couleurs, avec un gain de 4,9 % en trois mois. Depuis la mise à jour du 6 décembre 2018, toutes les performances concernant notre liste de fonds dynamiques sont en hausse, que ce soit sur trois ans, un an ou trois mois. Notre dernière recrue,...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Grand concours d’affiches : L’Épargne Solidaire

Grand concours d’affiches : L’Épargne Solidaire Sur le thème de l’Épargne Solidaire, la Maison de l’Épargne* lance du 18 février au 10 mai 2019 un appel aux candidatures pour son 2ème Concours d’Affiches ; destiné aux affichistes, dessinateurs et graphistes de notre temps. Le jury présidé par Gérard Auffray, est composé de : ➢ Gérard Auffray, Président Fondateur et mécène de la Maison de l’Epargne ➢ Patricia de Figueiredo, Rédactrice en Chef de Culture Papier ➢ Philippe Francq, dessinateur,...