Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Culture & Société
ABONNÉS

Les baleiniers japonais sont partis pour l'Antarctique, sans leur harpon

Une flotte baleinière réduite a quitté le port de Shimonoseki en ce début d'année afin de mener des recherches dans l'océan Antarctique. Conformément à la décision rendue l'année dernière par la Cour internationale de justice (CIJ) et affirmant que la chasse « scientifique » pratiquée dans l'océan Austral était illégale, le Japon ne devrait néanmoins tuer aucune baleine cette année.

L'Agence japonaise des pêches avait annoncé plus tôt qu'un petit nombre de bateaux mettrait le cap vers l'Antarctique pour conduire des études d'observation, réaliser des biopsies et photo-identifier des baleines sous la direction de l'Institut japonais de recherche sur les cétacés.

Deux baleiniers devaient d'abord quitter le port sans leur harpon. Ils ont été rejoints par le Nisshin Maru, le navire-usine japonais, qui a levé l'ancre le 16 janvier pour effectuer des recherches non létales qui devraient durer jusqu'au 28 mars.

IFAW encourage depuis de nombreuses années le Japon à cesser le massacre des baleines sous couvert de recherches scientifiques et à conduire des recherches respectueuses des animaux. IFAW s'est réjoui du jugement rendu en mars 2014 par la Cour internationale de justice qui garantit que, pour la première fois depuis plus d'un siècle, les baleines ne seront pas chassées à des fins commerciales dans l'hémisphère sud.

Cependant, en dépit de sa promesse de se conformer au jugement de la CIJ et de son opération de recherche non létale cette année, le gouvernement japonais a révélé en novembre dernier les détails d'un nouveau programme, baptisé NEWREP-A, qui prévoit la chasse de 333 baleines de Minke dans l'océan Austral dès la fin de l'année. IFAW exhorte le Japon à abandonner ce programme.

Patrick Ramage, Directeur du programme Baleines d'IFAW, déclare : « Nous félicitons le Japon pour sa transition vers des recherches non létales et nous réjouissons de savoir qu'aucune baleine ne sera massacrée dans l'océan Austral cette saison. Hélas, le Japon n'a pas encore rendu les armes. »

« Le nouveau programme de chasse japonais ne répond absolument pas aux critères établis par la Cour internationale et foule aux pieds les précédentes déclarations des autorités japonaises. Le Japon doit admettre que la chasse à la baleine est cruelle et inutile et qu'elle doit cesser pour de bon. »

Le nouveau programme de chasse à la baleine du Japon sera examiné par le Comité scientifique de la Commission baleinière internationale (CBI) lors de sa prochaine réunion en mai à San Diego, aux États-Unis. La CBI a largement soutenu le jugement rendu par la CIJ lors de la dernière réunion des Parties en septembre dernier en Slovénie.

Et Patrick Ramage d'ajouter : « Ce programme a toutes les chances d'être rejeté en bloc par le Comité scientifique de la CBI. Dans le cas contraire, il faudrait s'attendre à de nouveaux massacres, à un élargissement de la zone de chasse dans l'océan Austral et à une nette augmentation du nombre de baleines tuées. »

Les précédents quotas que s'était octroyés le Japon s'élevaient à environ 1 000 baleines, mais le nombre de cétacés effectivement tués ces dernières années était bien plus faible (252 baleines de Minke massacrées pendant la saison 2013-2014).

IFAW s'oppose à toute chasse commerciale ou prétendument scientifique des baleines car il n'existe aucune façon humaine de tuer une baleine. En revanche, l'observation des baleines est une réponse pacifique et économiquement viable à l'exploitation des baleines et offre des moyens de subsistance plus durables aux populations côtières.

Pour en savoir plus : www.ifaw.org

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation