Connexion
/ Inscription
Mon espace

Stewart Robertson, Economiste Senior chez Aviva Investors livre ses perspectives de marché pour 2015

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L’économie mondiale est relativement solide et nous pensons que le rally sur les classes d’actifs les plus risquées devrait se maintenir. Pour autant, l’environnement ne sera pas particulièrement hostile aux obligations. L’inflation, déjà très basse, devrait poursuivre son recul sur fond de forte chute des prix des matières premières. Les rendements sont faibles, mais pour le moment, nous n’avons pas de raisons de croire à un mouvement de vente massif.

Le rythme de croissance économique mondiale cache de grandes disparités régionales
La production économique mondiale devrait progresser d’environ 3,5% cette année, ce qui la rapproche de sa moyenne historique. Mais ce chiffre relativement positif masque d’importantes disparités géographiques. Les économies, et donc la politique monétaire, resteront vraisemblablement asynchrones. Les taux devraient remonter aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, et une nouvelle vague d’assouplissement monétaire se dessine en Europe, au Japon et peut-être même en Chine.

En terrain inconnu, l’ampleur de la hausse des taux directeurs de la Fed reste incertaine
La Réserve Fédérale sera très certainement la première parmi les principales banques centrales au monde à remonter ses taux d’intérêt, une hausse que nous anticipons pour mi-2015. Elle pourrait intervenir plus tard, mais il y a peu de probabilité pour qu’elle le fasse plus tôt. Cette hausse sera très probablement la première d’une série, mais nous ne sommes pas en mesure d’anticiper l’ampleur de la remontée des taux car nous avançons en terrain inconnu.

La zone Euro source d’inquiétudes ; les Etats-Unis offrent les meilleures perspectives parmi les économies développées, mais pas de craintes sur la Chine
Parmi les économies développées, les Etats-Unis devraient afficher les meilleures performances et le Royaume-Uni semble également en bonne posture. Un des risques majeurs est celui d’une nouvelle année difficile pour la zone Euro, affaiblie économiquement, et où les dirigeants politiques sont confrontés à un taux de chômage structurellement élevé et luttent contre la déflation. Malgré certaines sources d’inquiétude en Chine, nous interprétons le ralentissement de la croissance économique comme un processus évolutif et non comme une raison de s’alarmer.

Prudence face au dénouement des opérations de portage
La faiblesse historique des taux d’intérêt a provoqué une forte augmentation du nombre d’investisseurs cherchant à emprunter des liquidités pour investir dans des actifs à haut rendement et dans des devises. D’ici à la hausse des taux aux Etats-Unis, un grand nombre de ces positions sera probablement dénoué par les investisseurs. Il faudra donc faire preuve de vigilance sur les classes d’actifs qui ont tout particulièrement bénéficié de ces opérations de portage. La dette privée émergente libellée en devises fortes pourrait souffrir de manière disproportionnée de la hausse des taux. La dette libellée en devises locales devrait néanmoins mieux résister.

L’USD devrait continuer à se renforcer, le Royaume-Uni pourrait souffrir
Le dollar devrait continuer à se renforcer face à la plupart des devises et nous attendons une poursuite de la surperformance des marchés actions développés par rapport aux pays émergents. Le Royaume-Uni pourrait souffrir en raison du poids très élevé des producteurs de matières premières au sein des indices actions et des incertitudes autour des élections de mai.

Les obligations privées et l’immobilier devraient générer des résultats positifs
Nous sommes assez positifs sur le marché des obligations privées. Bien que la recherche permanente de rendement ait eu pour conséquence de réduire les écarts de rendement entre les obligations privées et souveraines à des niveaux particulièrement bas, les entreprises affichent des bilans globalement solides. En ce qui concerne les obligations d’Etat, nous attendons une surperformance des marchés européens. Le marché de l’immobilier devrait continuer de générer des résultats positifsau regard de la faiblesse des rendements offerts par les valeurs refuges.

www.avivainvestors.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...