Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Avis d'expert] Les banques ne sont pas responsables de la baisse des financements immobiliers

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Pascal Beuvelet, Président d'In&Fi Crédits,

Alors que les volumes de crédits à l’habitat représentaient 170 Mds€ en 2007, et une moyenne de 141 Mds sur 7 ans, ils représenteraient au mieux 130 Mds fin 2014. C’est 10% de moins que la moyenne.
A l’analyse de ces chiffres, les banquiers apparaissent comme les principaux responsables de cette chute de la distribution des crédits immobiliers ; et ce, pour de prétendues questions d’opportunité économique et de rentabilité. Ce n’est pas la réalité, car les banques sont résolument prêteuses.

A ce jour, les moyens de financements dont disposent les banques sont très optimisés :
- Les liquidités mises à disposition par la BCE sont abondantes. L’argent est là.
- Le taux de refinancement est au plancher de 0,05 %. Les taux sont au plus bas.
- Les conditions d’octroi des crédits immobiliers n’ont pas été aggravées. Il est toujours important d’avoir un apport personnel de minimum 10% et de respecter un taux d’endettement, rapport revenu/mensualité, de l’ordre de 33%. Rien de plus raisonnable et prudentiel pour respecter l’équilibre budgétaire du ménage emprunteur.
En outre, il est indispensable de prendre en compte la concurrence interbancaire pour créer de nouveaux comptes. Cette concurrence impose une stratégie de conquête quotidienne, dont le canal courtier qui représente près de 30% des volumes distribués.


Alors que 79% des Français souhaiteraient être propriétaires, pourquoi les volumes de crédits stagnent-ils ?
Les raisons sont clairement identifiées :

- Les « ravages psychologiques » de la loi ALUR.

- Une fiscalité totalement illisible, clairement connotée à la hausse.

- L’espoir médiatiquement entretenu qu’une baisse du nombre des candidats à l’accession entrainerait de facto une révision à la baisse des prix affichés par les vendeurs.

- La perte de confiance des ménages en l’avenir. Les acquéreurs potentiels sont effrayés par l’instabilité du marché du travail.

Il est donc évident que notre situation économique globale ne plaide pas pour un achat immobilier financé à long terme. Le logement constitue la 1ère charge budgétaire des propriétaires (en moyenne plus de 27% des revenus) et son coût moyen relatif représente 4,69 années de revenus. Dès lors il faut être résolument optimiste pour se lancer dans une acquisition, ou contraint pour se lancer dans une vente. Cependant, avec des taux aux plus bas et une offre de logements encore très fournie, jamais les conditions n’ont été aussi bonnes pour réaliser une acquisition optimisée.

http://www.inandfi-credits.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...