Connexion
/ Inscription
Mon espace

Pouvoir d’achat immobilier : la fracture générationnelle

BE - Culture & Société
ABONNÉS

L’Université Paris-Dauphine et le Crédit Foncier publient une étude consacrée à l’évolution du pouvoir d’achat immobilier selon l’âge des ménages dans les grandes villes françaises.

 

1)  Un pouvoir d’achat immobilier en forte baisse entre 1998 et 2010

Sans surprise, sous l’effet de la hausse des prix immobiliers, le pouvoir d’achat des ménages a diminué : entre 39% à Paris et 10% à Strasbourg en douze ans. Plus précisément, toutes générations confondues, 44% des ménages étaient en capacité d’acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins à Paris en 1998 contre 27% douze ans plus tard en 2010.
Cette proportion de ménages en capacité de se loger passe également :
- de 69% (1998) à 62% (2010) à Reims, de 70% (1998) à 62% (2010) à Rennes et de 74% (1998) à 66% (2010) à Nancy, villes où la baisse de pouvoir d’achat immobilier est la plus faible ;
- de 74% (1998) à 44% (2010) à Marseille, de 72% (1998) à 54% (2010) à Lille et de 71% (1998) à 55% (2010) à Lyon, villes où la baisse de pouvoir d’achat immobilier est la plus élevée parmi les métropoles régionales étudiées par cette étude.


2)  De forts clivages générationnels…

Les quinquagénaires disposent en France du pouvoir d’achat immobilier le plus élevé : en 2010, les trois quarts des 55-60 ans en moyenne pouvaient acheter un bien immobilier selon leurs besoins dans une des grandes capitales régionales étudiées et la moitié à Paris. Ce sont ensuite les sexagénaires qui ont le plus de facilités à acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins qui, par ailleurs sont moindres, les enfants ayant quitté le domicile familial.
Excepté les moins de 30 ans, les trentenaires connaissent le plus de difficultés pour acquérir un bien immobilier : en 2010, seulement la moitié en moyenne des 30-35 ans pouvaient acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins dans une capitale régionale et moins d’un sur quatorze (7%) à Paris.


3)  … qui s’accentuent entre 1998 et 2010, au détriment des plus jeunes

En douze ans, le pouvoir d’achat immobilier des 20-25 ans a été divisé par deux en moyenne dans les principales métropoles de province, et est devenu quasiment nul à Paris (1% en 2010).
A l’inverse, les plus de 65 ans ont perdu de 1998 à 2010 en moyenne « seulement » un dixième de leur pouvoir d’achat immobilier dans les principales métropoles régionales et un quart à Paris. En effet, ceux qui étaient déjà propriétaires en 1998, année caractérisée par un bas de cycle des prix immobiliers, ont bénéficié ensuite d’une revalorisation de leur patrimoine immobilier. La valeur de leur patrimoine suivant l’évolution des prix, leur capacité à acheter un nouveau bien immobilier pour se loger est donc restée importante.
En revanche, ceux qui ne sont pas devenus propriétaires avant la hausse des années 2000 (les moins de 50 ans en 2010 avaient moins de 38 ans en 1998) ont de plus en plus de difficultés à le devenir. Dans les grandes villes, la perte de pouvoir d’achat immobilier est ainsi accentuée pour les générations les plus jeunes :
- à Paris, la baisse de pouvoir d’achat est de 34% pour les 50-55 ans, 51% pour les 45-50 ans, 65% pour les 40-45 ans, 71% pour les 35-40 ans, etc.
- à Marseille, la baisse de pouvoir d’achat est de 27% pour les 50-55 ans, 33% pour les 45-50 ans, 47% pour les 40-45 ans, 58% pour les 35-40 ans, etc.

La forte hausse des prix immobiliers observée durant la première décennie des années 2000 a donc eu pour effet d’accroître les disparités entre les générations dans les grandes villes.

Etude intégrale : http://creditfoncier.com/pouvoir-d-achat-immobilier-selon-age-des-menages/

 

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...