Connexion
/ Inscription
Mon espace

Observatoire UFF-IFOP de la clientèle patrimoniale

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Cette 6ème vague de l’Observatoire UFF/IFOP* démontre que, bien qu’encore frileux au risque, les Français patrimoniaux s’y ouvrent progressivement : 45% cette année vs/38% en 2009.

Toutefois, cette appétence se traduit encore faiblement dans leurs décisions et leurs comportements d’investissement. Ayant intégré la crise comme une composante durable de la conjoncture, les Français patrimoniaux restent cette année encore prudents dans la gestion de leur patrimoine.
Des signaux positifs apparaissent autour du dispositif Duflot-Pinel. Alors que l’intérêt suscité par les nouveaux contrats d’assurance-vie lancés par le gouvernement est plus faible. La pression fiscale est par ailleurs toujours fortement ressentie.


Détails des 9 principaux enseignements


Enseignement N° 1

La proportion des Français patrimoniaux se déclarant sensibles à la conjoncture dans leurs comportements d’investissement est à son plus bas niveau depuis 2009.
- 44% d’entre eux se disent optimistes quant à l’évolution des marchés financiers dans les 6 prochains mois, à comparer avec 48% d’optimistes en 2013. Tandis que 15% se disent très pessimistes, contre seulement 10% l’année dernière.
- Les Français patrimoniaux ne sont toutefois que 40% à déclarer que l’évolution de la conjoncture les a poussés à modifier leurs comportements d’investissement, un résultat qui stagne à un niveau bas.
- Les Français patrimoniaux semblent ainsi avoir assimilé la crise dans leurs comportements d’investissement. Ce contexte morose fait maintenant partie intégrante de leurs habitudes.


Enseignement N°2

Une appétence au risque de retour, mais qui se transforme difficilement en acte. Le taux de Français patrimoniaux se disant prêts à prendre des risques dans leurs investissements atteint son niveau historique puisqu’ils sont 45% à se dire ouverts au risque (+5 points vs/2013).
Pour autant, les produits à capital garanti (73%) et les assurances-vie en euros (68%) restent les produits vers lesquels les Français patrimoniaux s’orienteraient le plus volontiers.
- Du côté des clients UFF, 74% se disent ouverts au risque (+21 points vs/2013), une proportion bien plus significative.


Enseignement N°3

La disponibilité des fonds s’affirme comme le premier critère de choix dans les investissements des Français patrimoniaux. Pour la sixième année consécutive, ils placent la disponibilité des fonds comme leur principal critère dans leur choix d’investissement (62%, soit +6 points en un an).
- Chez les clients UFF, ce sont les avantages fiscaux associés à l’investissement qui se hissent en première position (62%), dépassant la disponibilité des fonds de 8 points (54%).


Enseignement N°4

Le conseiller bancaire reste l’interlocuteur privilégié, mais la confiance que lui accordent les Français patrimoniaux reste fragile. Le conseiller bancaire généraliste reste l’interlocuteur principal de 52% des Français patrimoniaux, un niveau qui décroît d’année en année. Pourtant, plus de la majorité d’entre eux (63%) demeure convaincue que celui-ci défend en premier lieu les intérêts de son employeur, et ils ne sont que 11% à en être très satisfaits (baisse de 5 points vs/2013) pour la gestion de leurs produits financiers.
On observe par ailleurs que 50% d’entre eux envisagent de faire appel à un conseiller spécialisé pour leurs futurs investissements, et que 17% ont déjà franchi le pas (+5 vs/2013).
- Au contraire, 83% des clients UFF estiment que leur conseiller UFF sert avant tout leurs propres intérêts et 56% en sont très satisfaits.


Enseignement N°5

Les Français patrimoniaux expriment moins de réticences à l’égard du dispositif Duflot-Pinel que du Duflot. Ils sont 23% à déclarer envisager d’investir dans l’immobilier locatif via ce dispositif (vs 15% en 2013). L’un des assouplissements proposés par Manuel Valls dans le plan de relance du logement fin août, à savoir la possibilité de louer son bien à ses ascendants ou descendants, convaincrait 37% des personnes n’ayant pas encore réalisé ce type d’investissement. A l’investissement dans l’immobilier locatif neuf, les Français patrimoniaux préfèrent l’investissement dans l’ancien (57%), les EHPAD (56%) et les résidences pour seniors ou retraités (56%).


Enseignement N° 6

Les Français patrimoniaux montrent un certain intérêt pour les nouveaux contrats d’assurance-vie, annoncés par le gouvernement. 13% d’entre eux envisagent de souscrire à ce jour un contrat Euro-croissance, 11% un contrat Vie-génération. La pédagogie constituera probablement un levier important pour accroître l’intérêt des Français patrimoniaux pour ces deux nouveaux contrats.


Enseignement N° 7

Les Français patrimoniaux sont enclins à prendre des dispositions pour leur retraite. L’assurance-vie est plébiscitée par ceux qui la préparent. Ils sont 75% à déclarer avoir déjà pris des dispositions financières pour préparer leur retraite. L’assurance-vie reste l’option principale qu’ils privilégient pour financer leur retraite (90% vs/83% en 2013), suivi de loin par un achat immobilier (68%).
- Les clients UFF sont encore plus nombreux à anticiper leur retraite. 88% ont déjà pris des dispositions financières dans cet objectif, en diversifiant davantage leurs placements : assurance-vie (92%), produits financiers (82% vs/62% chez les Français patrimoniaux), achat immobilier (80%), épargne-retraite (66% vs/48% chez les Français patrimoniaux).


Enseignement N° 8

4 Français patrimoniaux sur 10 ne se sont jamais informés au sujet de la prévoyance. La prévoyance et plus largement les moyens de protéger financièrement ses proches en cas d’invalidité, de dépendance ou de décès ne se positionnent pas en sujet prioritaire pour les Français patrimoniaux.


Enseignement N° 9

Une grande majorité des Français patrimoniaux ressent fortement la pression fiscale. 64% des Français patrimoniaux estiment qu’il est souhaitable pour un jeune adulte de quitter la France pour des raisons fiscales. 15% d’entre eux vont jusqu’à déclarer qu’il est selon eux extrêmement souhaitable pour un jeune de quitter la France pour de telles raisons.

 

*Observatoire UFF/IFOP 2014

Les 301 Français patrimoniaux interrogés
- détiennent des valeurs mobilières ou de l’assurance-vie,
- ont un niveau de patrimoine financier hors immobilier de plus de 30 000€ et une intention de réaliser un placement financier dans les 2 ans ou possédant un bien immobilier locatif.
150 clients UFF ont également été interrogés.

www.uff.net

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation