Connexion
/ Inscription
Mon espace

Quilvest Gestion privilégie la thématique boursière « Euro/Dollar »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Pour Dylan Baron, Gérant Actions chez Quilvest Gestion,  « Les actions européennes exposées à l’international, qui bénéficient d’un effet de change favorable, sont aujourd’hui les plus attractives ».

La saison des résultats d’entreprises s’est révélée relativement bonne. A l’échelle de l’Eurostoxx 600 – plus de 90% des entreprises composant l’indice ont annoncé leurs résultats trimestriels – 57% des publications ont été supérieures aux attentes, soit une proportion relativement élevée par rapport aux précédents exercices.

Cependant, si les marges bénéficiaires ont progressé, l’évolution des chiffres d’affaires a été quasi nulle, comme l’explique Dylan Baron: « il faut nuancer les résultats trimestriels, l’amélioration des bénéfices ne s’inscrit pas dans une dynamique économique soutenue. On constate que les chiffres d’affaires sont stables et que l’activité des sociétés ne croit pas. La croissance des bénéfices s’est surtout forgée autour de plans d’optimisation-réduction des coûts, très peu autour du volume d’affaires. C’est la preuve que l’environnement économique européen pèse sur les entreprises ».


Ces valeurs européennes qui réalisent une part importante de leur activité libellée en dollar US…

Dans ces conditions, l’équipe de Quilvest Gestion déploie une stratégie d’investissement identifiant les actions européennes les moins sensibles à la conjoncture de la zone euro. « Nous recherchons des valeurs exposées à l’international, non seulement moins dépendantes vis-à-vis des perspectives de croissance de la zone euro, mais aussi susceptibles de bénéficier d’effets de change favorables » explique Dylan Baron. En effet, la trajectoire divergente des politiques monétaires et ses conséquences sur l’évolution des devises, représentent un catalyseur pour certaines entreprises. « Le resserrement progressif des conditions monétaires aux Etats-Unis, conjugué au regain d’assouplissement quantitatif en Europe, soutient l’appréciation du dollar américain. Il est donc intéressant de jouer les sociétés européennes réalisant une part importante de leur activité libellée en dollar US, et celles qui exportent, en produisant ou s’approvisionnant essentiellement en Europe »

Parmi les titres appréciés par l’équipe de Quilvest Gestion, figurent ABInBev, Zodiac Aerospace ou encore Easyjet : « Premier brasseur mondial, ABInBev réalise 88% de ses ventes hors zone euro et 37% en Amérique du Nord. Zodiac Aerospace réalise une partie de sa production en Europe et la majeure partie de ses ventes en dollar américain (ou en devises corrélées au dollar). Ces deux titres devraient profiter pleinement de l’évolution de la parité Euro/dollar » précise le gérant. Quant au Britannique Easyjet, si l’effet devise n’est pas un catalyseur positif, la composante du prix du pétrole est, elle, déterminante. « A priori, le renchérissement du dollar aurait pu être défavorable à Easyjet, dont l’activité est gourmande en énergie. Mais la chute des cours du pétrole est bien plus importante que l’appréciation du billet vert par rapport à la livre, le groupe bénéficie donc de la baisse significative du coût du pétrole ». La compagnie aérienne low-cost profite aussi d’une plus grande compétitivité que ses concurrents traditionnels : « chez les compagnies aériennes classiques, le coût du capital est structurellement supérieur à la rentabilité des capitaux investis, ce qui n’est pas le cas pour Easyjet »Enfin, Tesco, le spécialiste britannique de la distribution, offre de son côté un beau potentiel de rebond boursier selon Quilvest Gestion. « Les acteurs du secteur se sont livrés à une redoutable guerre des prix en Grande Bretagne, au cours des dernières années, à laquelle Tesco a refusé de participer. Cela a fortement pesé sur le cours du titre. Mais aujourd’hui nous croyons au projet de rationalisation souhaité par le nouveau management. Celui-ci va revoir sa conception du ‘service client’, en étoffant notamment ses équipes et en optimisant les stocks des produits phares, plébiscités en magasin » conclut Dylan Baron.

http://www.quilvestgestion.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...