Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Il faudrait obliger l'assurance-vie à investir dans l'épargne solidaire »

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

 

Extraits des propositions d’Alexis Guibert, Responsable des ressources financières chez Habitat Humanisme. 

Habitat et Humanisme, c’est : 15000 familles relogées, 6000 logements en France, 2500 bénévoles, 200 à 250 salariés au sein de 54 associations dans toute la France. 

Son crédo : encourager la mixité, reloger des familles sans logement en centre ville et non dans des ghettos. 

Comment : en achetant des appartements « en diffus » ou en investissant dans  un immeuble unique dans un quartier. Occuper un logement social ne signifie pas de nos jours être un cas social. De plus en plus, les personnes âgées n’ont pas les moyens de se loger avec la faiblesse de leurs pensions de retraites. Les loyers pratiqués sont 30% en dessous du marché, soit environ 4/6 € le m2. Le risque d’impayés est faible : les personnes relevant des minimas sociaux  percevant une allocation logement couvrant plus de 80% de leur loyer. 
Les logements sont  situés dans de bons quartiers.

Financement de ces investissements : Habitat et Humanisme, qui n’est pas une force d’interpellation comme le DAL ou la Fondation Abbé Pierre, fait appel aux investisseurs privés et capitaux financiers et offre des rendements récurrents de l’ordre de 2/3% avec garantie des capitaux. Les biens sont remis à neuf entre chaque locataire. 

Types de produits d’investissement solidaire proposés : Investisseurs institutionnels et privés peuvent investir dans la Foncière Habitat et Humanisme dotée actuellement d’un capital de 100 M€. Ils peuvent  également investir par l’intermédiaire d’un livret bancaire solidaire dans une banque ou du FCP Habitat et Humanisme. Il est prévu une augmentation de capital de 8 M€ au mois de décembre pour laquelle il reste actuellement 1,5 M€ à souscrire. C’est aujourd’hui un investissement peu risqué bénéficiant d’avantages fiscaux.   

Les propositions d’Habitat et Humanisme pour diminuer la crise du logement : la réponse qui ne vient pas de l’état est multiple et la prise de conscience de l’opinion publique est bien en dessous des enjeux.  1 € sur 1000 est investi dans l’épargne solidaire ; il faudrait élever ce ratio à 1 sur 100. Le mal-logement devrait être élevé au niveau de grande cause nationale pour sensibiliser l’opinion publique sur ce fléau comme la maladie Alzheimer et faire naître une prise de conscience nationale. Pour Habitat et Humanisme il faudrait obliger chaque contrat d’assurance-vie d’être investi en FCP d’épargne solidaire comme l’épargne salariale l’est à hauteur de 10% actuellement.  Il serait bien également que les banques jouent davantage le jeu : elles commercialisent très peu leurs fonds d’épargne solidaire alors qu’elles sont toutes dotées de ces outils d’investissement.

 

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation