Connexion
/ Inscription
Mon espace

IFAW s'associe à INTERPOL pour retrouver le cerveau à l'origine du massacre de dizaines de milliers d'éléphants au Kenya

ABONNÉS

INTERPOL, la plus grande organisation internationale de police criminelle aumonde, n'épargne pas les trafiquants d'animaux sauvages. Lasemainedernière, l'organisation a diffusé une notice rouge, sorte de mandat d'arrêt international, à l'encontre de FeizalAli Mohamed, un trafiquant kényan suspecté d'être le cerveau à l'origine du massacre de dizaines de milliers d'éléphants au Kenya.

En juin dernier, la police kényane avait déjà émis un mandat d'arrêt à l'encontre de Feizal Ali Mohamed après la saisie à Mombasa d'une cargaison de plus de deux tonnes comprenant notamment 228 défenses d'éléphants et 74 objets en ivoire. L'intéressé a malheureusement réussi à échapper aux forces de l'ordre et est depuis en cavale. S'il est reconnu coupable, il pourrait écoper d'une peine de prison à perpétuité ou d'une amende d'au moins 20 millions de shillings (environ 170 000 euros).

Azzedine Downes, Directeur général d'IFAW, explique : « La notice rouge est un outil clé dans la lutte pour la protection des éléphants : c'est bien en mettant sous les verrous les principaux chefs de gangs criminels que nous pourrons espérer mettre fin au trafic d'ivoire. La capacité d'intervention d'INTERPOL dans les pays d'origine, de transit et de destination des marchandises de contrebande complète la stratégie mise en place par IFAW (Fonds international pour la protection des animaux- www.ifaw.org) pour combattre le trafic d'espèces sauvages. »

En mai 2013, IFAW devenait la première organisation non gouvernementale à signer un mémorandum d'entente avec le Programme d'INTERPOL de lutte contre la criminalité environnementale. Les deux organisations ont collaboré sur de nombreux projets depuis 2005 et notamment en 2012, lors de la plus grande opération de lutte contre le trafic d'ivoire jamais menée par INTERPOL à l'échelle internationale. IFAW et INTERPOL travaillent main dans la main afin de mettre un terme à la criminalité mondiale liée aux espèces sauvages, et plus particulièrement aux massacres et au trafic des éléphants, des rhinocéros et des tigres.

Mais le combat s'annonce difficile : avec quelque 10 milliards de dollars générés chaque année, le trafic d'animaux sauvages est aujourd'hui la quatrième activité criminelle la plus lucrative au monde, juste derrière le  trafic de drogues, la traite d'êtres humains, et la contrefaçon.

La majeure partie de l'ivoire de contrebande est destinée à l'Asie, et en particulier à la Chine, où cet « or blanc » tant convoité a connu une augmentation considérable de sa valeur en tant que véhicule d'investissement. La quantité limitée d'ivoire légal acheté par la Chine lors de la vente de stocks de certains pays d'Afrique australe en 2008 a, quant à elle, suscité la demande, encourageant ainsi le trafic de l'ivoire et le braconnage des éléphants pour répondre aux besoins du marché.

Dans le cadre d'une initiative internationale visant à renforcer les capacités de lutte contre ce trafic, IFAW forme les forces de l'ordre à la prévention du trafic d'espèces de faune sauvage dans de nombreux pays d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Asie, d'Océanie et des Caraïbes.

A lire également : [Infographie] Le trafic d'espèces sauvages au 4ème rang des activités illicites mondiales

Pour en savoir plus : ifaw.org

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation