Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les assureurs doivent moderniser leurs plateformes technologiques pour combler la fracture numérique

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Alors que les assureurs cherchent à stimuler leur croissance, à développer de meilleures relations avec leurs clients et à explorer de nouveaux marchés, des investissements technologiques importants seront nécessaires pour y parvenir.

Le rapport publié par State Street intitulé « Platforms for Growth: Technology Innovations in the Insurance Business » [Plateformes pour la croissance : les innovations technologiques dans le secteur de l’assurance], souligne qu’en dépit de l’appétit des assureurs pour le changement, ceux-ci peinent à construire des bases technologiques solides pour mieux servir à la fois leurs portefeuilles et leurs clients. Ce rapport s’appuie sur une enquête de recherche menée en collaboration avec l’Economist Intelligence Unit (EIU) auprès de plus de 300 assureurs.

Des changements fondamentaux sont en train de bouleverser le marché des produits d'assurance : 78 % des personnes interrogées affirment être confrontées à une demande croissante de leurs clients pour investir dans de nouvelles technologies - un défi plus important que le développement de l’activité, les nouvelles réglementations ou les actions des concurrents.

Le rapport indique également que pour répondre à cette demande et accéder à de nouveaux segments de clientèle,
- 58% des assureurs investissent dans les systèmes de gestion de la relation client,
- 57% dans les médias sociaux, et
- 50% dans la technologie nécessaire pour saisir de nouveaux éléments d’information sur la clientèle.

 
Évoluer à la vitesse de la technologie 

Dans le même temps, de nouveaux concurrents font leur entrée sur le marché, modifiant la dynamique de la concurrence et faisant appel à une technologie basée sur les données pour transformer le business model traditionnel du métier d’assureur. Dans ce contexte, les assureurs établis peinent à rester dans la course, avec seulement 31% d’entre eux décrivant le rythme de l’innovation comme « rapide ». Ils doivent surmonter les silos de données historiques et intégrer les systèmes existants afin de conserver leur avantage concurrentiel. Selon le rapport,
- 86% sont encore aux prises avec des problèmes liés à d’anciens systèmes informatiques,
- 93% affirment le besoin d’une nouvelle infrastructure IT pour intégrer et gérer les données, et
- 38% se disent « très efficaces » dans leur capacité à dégager des données exploitables à partir de sources multiples.


Moderniser l’ancien pour s’adapter à l’avenir

Des capacités avancées en matière de données constitueront également un avantage alors que les changements de stratégie d’investissement forcent les divisions de gestion d’actifs des compagnies d'assurance à s’adapter :
- 21% font état de plans pour développer leurs investissements dans les produits alternatifs, et
- 53% les actions des marchés émergents ; mais
- 58% doutent fortement de la capacité de leurs plates-formes technologiques et opérationnelles actuelles à accommoder ces changements dans la stratégie d'investissement, tandis que
- 9% d’entre eux jugent comme « excellente » leur capacité à intégrer les données d'investissement provenant de sources multiples pour obtenir une vue d'ensemble du portefeuille.


Des différences structurelles dans la gestion de la technologie en général semblent poser un problème plus large.

- Seuls 36% des répondants qui s'identifient comme responsables commerciaux s'accordent à dire que les responsables chargés de la technologie font preuve de flexibilité face à l’évolution des besoins commerciaux, tandis que 22% affirment que les responsables chargés de la technologie agissent de manière proactive en proposant de nouvelles solutions innovantes.

- D’autre part, 26% des répondants qui s'identifient comme des responsables chargés de la technologie affirment que les responsables commerciaux sont prêts à tirer parti des nouvelles technologies. De plus, seulement 18% d’entre eux sont d'accord pour affirmer que les dirigeants de leur entreprise donnent aux initiatives techniques la priorité qu'elles méritent.

Plus d’informations : www.statestreet.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...