Connexion
/ Inscription
Mon espace

De la loi Duflot à la loi Pinel : « L’immobilier locatif devrait retrouver grâce aux yeux d’investisseurs…

BE - Culture & Société
ABONNÉS

… impatients de retrouver des revenus indexés », par Bruno Dell’Oste, Directeur Général de CGP Entrepreneurs*

On connaît l’importance du moral de chacun d’entre nous pour la bonne marche de l’économie… Dans le domaine de l’investissement immobilier, ces facteurs psychologiques sont encore plus importants.

La simple évocation du « Duflot » était devenue anxiogène pour les acteurs du logement, qu’il s’agisse des professionnels ou des particuliers investisseurs. De fait, le rejet du dispositif s’expliquait-il moins par un moindre intérêt financier et fiscal des mesures elles-mêmes (par rapport au dispositif précédent) que par la crainte d’annonces régulières déstabilisantes ; l’instabilité étant l’un des pires maux dans le domaine patrimonial. Rebaptiser le dispositif tout en souhaitant l’améliorer est donc de bon augure.

L’amortissement progressant de 18 à 21% pour une durée de détention de 12 ans, mesure emblématique, est évidemment attractive. L’allongement de la durée ne devrait pas poser problème car les investisseurs gardent souvent leurs biens une quinzaine d’années (durée moyenne des crédits contractés) ou plus, s’ils souhaitent profiter de revenus fonciers à l’heure de leur retraite.

La possibilité de louer à ses ascendants et à ses descendants, si elle ne représente peut-être pas le premier critère d’achat, est également un bon point car, une fois de plus, elle a un impact « psychologique » favorable (plus de liberté accordée au bailleur).

L’immobilier locatif devrait donc séduire à nouveau ceux qui souhaitent faire fructifier leur argent : les revenus fonciers sont presque les seuls qui restent indexés sur l’augmentation du coût de la vie ; les salaires restant, souvent, à la traîne…

Autre argument séduisant pour les investisseurs immobiliers préparant leur retraite : lors du décès de l’un des conjoints, la pension de réversion correspond souvent à 50% de la retraite que percevait le conjoint disparu. Les revenus fonciers, eux, ne diminuent pas.

* CGP Entrepreneurs, filiale du Groupe UFF dédiée aux CGPI.  http://www.cgpe.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation