Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’économie mondiale est encore confrontée à des vents contraires

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Selon les nouvelles prévisions économiques de Nordea, l’Europe va continuer à retenir l’attention, entre tensions à l’Est et signes de fébrilité de l’économie depuis le printemps dernier.

A l’image des différentes économies de la planète, les pays nordiques suivent diverses trajectoires. Au Danemark, le rythme de la reprise est modéré, tandis que la Finlande a testé de nouveaux points bas. « Nous anticipons une croissance globale en voie d’amélioration, de 1,3% cette année à 2% en 2016 » déclare Helge J. Pedersen, Global Chief Economist chez Nordea.

Pourtant réputée pour sa robustesse, l’économie suédoise a déçu, notamment parce que les exportations, contrairement aux attentes, n’ont pas progressé de la même manière que la demande domestique. La croissance du PIB ne risque donc pas d’accélérer brutalement. Les conditions financières d’emprunt plus favorables pour les ménages, se traduisent par une hausse de la consommation, une hausse des prix immobiliers et le développement du secteur immobilier résidentiel.

A l’opposé, l’économie norvégienne a positivement surpris et les indicateurs les plus récents confirment la solidité économique du pays. La croissance assez robuste de la consommation va contribuer au soutien de la croissance économique globale dans les années à venir, même si 2015 pourrait être synonyme de coup de frein en raison d’une baisse substantielles des investissements pétroliers.

Aujourd’hui, nous constatons une reprise économique erratique au Danemark. Celle-ci est en partie soutenue par les dépenses de consommation, qui s’établissent dans une fourchette haute de leur cycle. Nous pensons que cette tendance restera intacte dans les années à venir, en corrélation avec l’amélioration du marché de l’emploi et la croissance des salaires réels, qui soutiennent l’expansion des revenus disponibles des ménages.

En Finlande, nous ne voyons pas de signes de renforcement de la croissance des exportations. Après un début d’année prometteur, la tendance pour les commandes de biens manufacturiers est encore indécise. Le PIB risque probablement de se contracter en 2014 pour la 3ème année consécutive. En raison des sanctions infligées à la Russie, nous n’attendons pas de retour de la croissance du PIB, même modeste, avant 2015. Ce scénario signifie que la Finlande n’est pas loin d’une quatrième année de contraction.

www.nordea.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...