Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Avis d’Expert] Les solides bénéfices aux USA soutiennent les marchés d’actions

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Selon Peter van der Welle, stratégiste chez Robeco, les solides bénéfices enregistrés par les entreprises américaines ces six derniers mois soutiendront les marchés d’actions sur le second semestre de l’année.

Il se pourrait que les investisseurs en quête de rendements se tournent plus tard dans l’année vers le marché d’actions américain. Effectivement, l’économie européenne demeure atone, les plans de relance se terminent menaçant ainsi le momentum des marchés émergents et nous ne savons pas si l’ « Abenomics » fonctionne toujours au Japon.

Deux tiers des membres du S&P 500 qui ont publié leurs bénéfices du 1er semestre ont annoncé des chiffres plus élevés que prévus. Les bénéfices des entreprises américaines sont maintenant à leur plus haut niveau historique. Les prévisions à 3 mois sont elles aussi positives sur les 12 prochains mois.
La croissance des bénéfices a avoisiné les 10% sur une base annuelle grâce aux niveaux record des marges bénéficiaires - à 9,4% - et aux bons résultats des ventes. Les marges ont été maintenues à ces hauts niveaux grâce aux faibles taux d’intérêt depuis le début de l’année et aux hausses limitées de salaire.

Les ventes progressent car le PIB réel américain augmente, ce qui devrait stabiliser la croissance des bénéfices à un niveau proche de 10% pour l’ensemble de l’année. Les principaux moteurs ont été les ventes et les marges bénéficiaires élevées ainsi que les fondamentaux sains. Cependant, à ce stade, le potentiel de hausse future sera limité puisque les taux d’intérêt américains pourraient commencer à remonter, de même que les inquiétudes concernant les risques géopolitiques. En effet, les marchés mondiaux d’actions ont chuté la première semaine d’août lorsque le conflit irakien est revenu sur le devant de la scène, amenant l’armée américaine à reprendre ses frappes aériennes.

Tout dépend beaucoup de la façon dont la croissance américaine se reflète dans les profits des entreprises. Au cours des 20 dernières années, un taux de croissance réelle de 3% a généré une croissance des bénéfices d’environ 14%. Mais on ne s’attend plus à un tel chiffre aujourd’hui en raison de l’environnement économique actuel : il est peu probable que le niveau record des marges bénéficiaires augmente face à des taux d’intérêt plus élevés et, finalement, les tensions croissantes sur les salaires vont aussi avoir un impact négatif sur les marges.


La fin de l’argent facile

Les bénéfices des entreprises américaines pourraient subir quelques turbulences. La fin de l’argent facile est le plus grand défi qu’elles auront à relever. Les taux bas, dont ceux du Trésor américain à 2,4% depuis le début de l’année, ont contribué au maintien des marges bénéficiaires.
Les entreprises auraient pu immobiliser les coûts d’intérêts par le biais de couverture ou par d’autres moyens, mais les remontées de taux vont accroître le coût de leur dette. Selon nous, le taux du Trésor américain devrait s’établir à 3%.

Malgré la récente correction des marchés boursiers, les investisseurs vont bientôt se reconcentrer sur les fondamentaux des entreprises qui sont en amélioration. De nombreux investisseurs attendent de voir comment la situation géopolitique actuelle va évoluer.
Le S&P 500 a baissé de 4% suite aux conflits en Irak et en Ukraine, cependant une correction technique était attendue depuis la dernière correction du mois de janvier. Il existe toujours des risques géopolitiques, mais le marché passera probablement outre en tenant surtout compte des bénéfices positifs.

 
Les dépenses en capital augmentent comme prévu

Les perspectives positives pour les entreprises américaines sont de bon augure pour les dépenses en capital. Elles possèdent, en effet, des milliards de dollars économisés pendant la période de désendettement depuis la crise financière.

Quand nous regardons les chiffres du PIB du 2ème trimestre, nous constatons une hausse de 5% en moyenne des dépenses en capital, ce qui confirme nos prévisions du mois de mars. Les chiffres des ventes du 1er semestre plus élevés que prévus impliquent aussi davantage de dépenses en capital (pour répondre à la demande). En effet, elles ont toujours été positivement corrélées avec la croissance du chiffre d’affaires net.
Mais il est trop tôt pour dire que les dépenses en capital rebondissent réellement : nous avons en effet besoin d’un 3ème et 4ème trimestre tout aussi solides. Ne nous réjouissons donc pas trop vite.


La zone euro est encore perturbée

Les bénéfices des entreprises européennes ont été surtout négatifs. Il y a eu davantage de mauvaises surprises que de bonnes au 1er semestre. Les prévisions sur un horizon de 12 mois restent négatives, bien qu’en amélioration.
L’Europe connait une baisse de confiance car elle est plus vulnérable à l’évolution de la situation en Ukraine que d’autres régions, avec des répercussions possibles sur les profits.

Le Japon envoi des signaux mitigés car le sentiment positif sur les bénéfices des entreprises, qui sont pour la plupart générés par les exportations, pourrait être annihilé par les craintes concernant la faible demande domestique et le succès des réformes structurelles – appelées « troisième flèche » - engagées par le premier ministre Shinzo Abe.
Cependant, la situation est meilleure qu’en Europe car 70% des entreprises japonaises ont agréablement surpris lors de la publication des bénéfices. Cette situation pourrait peser davantage sur le yen, mais la banque du Japon (BOJ) semble assez confiante avec le montant actuel de reflation. La patience est donc ici de rigueur. Selon nous, de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire lancées par la BOJ profiteraient davantage aux exportateurs du pays.

www.robeco.fr

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...