Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les données économiques décevantes de la zone euro et la donne géopolitique déstabilise les investisseurs

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Judith Danan, Head of Sales Trading de CMC Markets France

A l’occasion de la réunion mensuelle de la BCE, Mario Draghi a pris acte de la décélération de la reprise économique européenne. Un scénario qui milite de plus en plus en faveur d’un « quantitative easing » à l’européenne.

Pas de nouvelle mesure monétaire, mais un diagnostic de l’environnement économique explicite. C’est ce qu’il faut retenir de la réunion mensuelle de la BCE. Sans surprise, la banque centrale n’a rien annoncé de nouveau sur le front de sa politique monétaire, qui reste inchangée depuis le paquet de mesures annoncé en juin dernier. Dans la continuité de ses communications précédentes, Mario Draghi a expliqué que les taux directeurs resteraient « au niveau actuel de 0,15% pendant une période prolongée ».

Pour autant, dans son analyse de la situation économique européenne, le gouverneur de la BCE a tiré quelques constats qui appellent à davantage d’activisme monétaire dans les tout prochains mois. Le ralentissement de la dynamique de reprise est avéré, avec des situations très inégales (en témoigne le retour en récession de l’Italie, pour la troisième fois en sept ans) et une inflation très faible. Celle-ci restera sous pression d’ici la fin de l’année selon la banque centrale, avant une légère amélioration anticipée en 2015, puis 2016. La BCE continue officiellement « à se tenir prête à agir, si nécessaire » pour stimuler le marché du crédit et insuffler ainsi de la croissance. Cependant, il est réaliste de penser que la BCE n’aura pas d’autre alternative et lancera une opération ciblée d’achats d’actifs à partir de l’automne.

Toujours nerveux - l’indice CAC 40 ayant plongé ce matin sous les 4 130 points -, les marchés actions n’ont quasiment pas réagi au discours de Mario Draghi. Si la saison des résultats d’entreprises n’a pas été mauvaise, les fondamentaux microéconomiques ne suffisent pas à renouer avec la tendance boursière positive du début d’année. Il existe non seulement un faisceau de données économiques décevantes en zone euro (par exemple l’évolution de la production allemande moins bonne qu’attendu), mais surtout, la donne géopolitique déstabilise les investisseurs. Dans le cadre du conflit russo-ukrainien, les sanctions commerciales que s’infligent mutuellement l’Europe et la Russie (le Kremlin vient de décréter un embargo total sur les produits alimentaires occidentaux) ont encore une portée économique réelle toute relative. Mais la perception du risque d’escalade du conflit joue sur le climat des affaires et le moral des agents économiques. Cela se répercute sur les marchés boursiers, où les investisseurs préfèrent protéger leurs capitaux.

Dans ce contexte, le « Sentiment Clients » (baromètre du sentiment des clients de CMC Markets) affiche des tendances vendeuses sur le S&P 500 à 65%.

Les investisseurs sont massivement « acheteurs » sur les indices Cac 40 et Ibex 35 (à plus de 90%).

Sur le marché des commodities, les investisseurs restent à l’achat sur les barils de pétrole brut WTI et Brent (à plus de 80%).

http://www.cmcmarkets.fr/fr

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...