Connexion
/ Inscription
Mon espace

« La prime de risque des actions européennes n’a jamais été aussi élevée depuis cinquante ans »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Pour l’équipe de gestion de Rothschild & Cie Gestion, la problématique de la rentabilité des classes d’actifs est aujourd’hui primordiale. L’environnement de taux extrêmement bas en Europe creuse sensiblement l’écart de rentabilité entre les actions et les classes d’actifs obligataires, un phénomène qui appelle une lecture nouvelle du rendement ajusté au risque.

Didier Bouvignies, Co-Responsable de la Gestion, estime qu’« avec la chute continue des taux de rendement des emprunts d’Etat et du crédit corporate, les actions européennes représentent la classe d’actifs la plus rentable au monde ». Après avoir été longtemps positif sur les obligations des pays périphériques, il considère « qu’avec des rendements en net repli, entre 2,6 et 3,3%, le risque n’est quasiment plus rémunéré sur le 10 ans espagnol, italien ou portugais. En revanche, les actions de la zone euro affichent une rentabilité aux bénéfices attendus en 2014 de l’ordre de 7%. Jamais l’écart de rentabilité aux bénéfices des actions européennes avec les obligations allemandes n’a été aussi élevée depuis cinquante ans ».

 

Les craintes d’un scénario déflationniste en zone euro sont-elles excessives ?

La conjonction de perspectives macroéconomiques et d’indicateurs de marché en voie d’amélioration justifient l’attrait de la prime de risque des actions européennes. Après une double récession en 2009 et 2011 en zone euro, l’environnement économique a retrouvé une orientation favorable. « Depuis près d’un an, l’indice PMI composite de l’union monétaire est en territoire d’expansion, tandis que les balances courantes des pays dits périphériques se sont considérablement redressées, renouant avec l’excédent. Celui-ci atteint d’ailleurs un niveau record (400 Mds€) à l’échelle de la zone euro » constate-t-il. « La perception des marchés est trop pessimiste, elle n’intègre pas encore le rebond de ces indicateurs d’activité ».

Quant à la problématique de la déflation en Europe, Philippe Chaumel, Co-Responsable de la Gestion, juge le risque exagéré : « Il est vrai que l’inflation semble actuellement basse, mais on ne peut pas parler de scénario déflationniste. On peut raisonnablement penser que la pression sur les prix va se détendre dans les mois à venir avec l’amélioration des indices d’activité. Au centre des débats, le niveau actuel de l’euro n’est pas surévalué. La monnaie unique s’est légèrement dépréciée par rapport au dollar américain depuis le début de l’année 2007 et reste très sous-évaluée par rapport à de nombreuses devises émergentes ».

 

 

Renouveau du cycle d’investissement et de croissance bénéficiaire en 2014 et 2015

Sur le plan microéconomique, les résultats d’entreprises en Europe n’ont pas contribué au rally boursier des dernières années, contrairement à la progression des multiples de valorisation. Le niveau des bénéfices s’est dégradé par rapport à 2007, les bénéfices par action ont chuté de 20% en France et 50% en Espagne et en Italie. « Ce reflux a été excessif et le scénario le plus crédible est désormais celui d’un rebond significatif des résultats, à partir des points bas atteints. L’inversion des prévisions bénéficiaires offre un fort potentiel de rattrapage pour les actions européennes, en particulier pour les valeurs des pays du sud de l’Europe. On observe une reconvergence de ces marchés actions après sept ans de sous-performance. Depuis le début de l’année, les actions italiennes surperforment significativement l’indice DJ Stoxx 600 (+8%), quand les actions allemandes sous performent l’indice ».

Autre signal positif, les investissements sont en voie de redémarrage, comme les opérations de fusions acquisitions. « Les entreprises profitent de leur faible endettement (le ratio dette/fonds propres est au plus bas depuis 20 ans) et de liquidités abondantes pour envisager des rapprochements immédiatement positifs pour leur rentabilité, compte tenu des coûts de financement historiquement bas et des faibles niveaux de valorisation des cibles. Le secteur des télécoms est un bon exemple, avec, en plus, une tendance à la concentration qui permet une amélioration des marges bénéficiaires de l’ensemble des acteurs » ajoute Philippe Chaumel.

 

Les valeurs de « retournement » pour jouer le rattrapage boursier européen

Didier Bouvignies conclut en exprimant ses choix de stock-picking. Les thèmes des sociétés en retournement et des financières européennes sont selon lui les plus prometteurs : « la sélection des titres ne doit pas répondre à des biais sectoriels, mais plutôt à des convictions thématiques. De ce point de vue, nous préférons les actions décotées, d’entreprises ayant initié un cycle de restructuration, aux actions de croissance dont la prime de risque est aujourd’hui très modeste au regard de leur niveau de risque ».
L’ajustement des coûts et des activités réalisé par les entreprises en retournement représente un catalyseur boursier vigoureux, dont il faudra encore profiter dans les dix-huit à vingt-quatre mois. Des titres comme STMicroelectronics, Air France, Peugeot, Saint-Gobain ou HeidelbergCement sont quelques exemples de profils ‘value’ appréciés par l’équipe de gestion. « Nous apprécions aussi certaines financières espagnoles ou italiennes injustement pénalisées par le risque pays ces dernières années. C’est le cas d’Intesa Sanpaolo, dont la baisse des provisions à venir offre des perspectives de ROE (Return on Equity) et de rattrapage boursier très attrayantes ».

https://www.rothschildgestion.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...