Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les marchés « envoûtés par la politique monétaire »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Sam Peters, Gérant chez ClearBridge Investment, filiale de Legg Mason.

Malgré  l’effondrement apparent de la volatilité des prix à l’échelle mondiale sur un éventail d’actifs incroyablement large, nous sommes en proie à un débat intellectuel délicat concernant l’intégrité des prix actuels du marché. L’issue de ce débat déterminera en grande partie la volatilité des prix et les performances des actifs au cours des prochaines années. Dans cette note, nous tenterons de cerner ce débat et de définir les perspectives potentielles que nous intégrons à notre stratégie d’investissement.

Le débat est essentiellement axé sur le fait de savoir dans quelle mesure la politique agressive et non conventionnelle actuellement menée par la banque centrale fausse le niveau des taux d’intérêt à l’échelle mondiale et pollue le prix des actifs sur l’ensemble de la courbe de risque.

Dans leur grande majorité, les investisseurs que nous observons semblent adhérer à l’opinion du célèbre gérant de hedge fund Seth Klarman selon laquelle les investisseurs évoluent dans une galerie de miroirs déformants qui, selon son analogie avec le film satirique The Truman Show (1998), a totalement déconnecté les prix des actifs de la réalité.

En effet, les prix des actifs ont gonflé artificiellement et devraient inévitablement finir par s’effondrer. Très récemment, la Bank for International Settlements (BIS) a consacré un long chapitre de son rapport annuel à une analyse détaillée des risques qu’encourent actuellement les marchés en étant « envoûtés par  la politique monétaire ». Le vrai problème, c’est que personne ne sait réellement ce qui se passera lorsque le charme sera rompu, et les deux issues possibles sont aussi catastrophiques l’une que l’autre : une nouvelle crise déflationniste alimentée par la dette, ou bien un déchaînement de forces inflationnistes limitant la capacité d’action de la Fed et se traduisant par un changement de politique monétaire brutal et douloureux.

Bien que nous ne souscrivions pas à l’opinion singulière selon laquelle la Fed a le pouvoir de fixer les prix des actifs, nous avons déjà évoqué le fait que la politique monétaire avait provoqué une chasse au rendement à l’échelle mondiale. Nous continuons de penser que la soif de rendement dans un contexte de politique monétaire à taux zéro a conduit à une valorisation erronée des obligations et de certaines actions, et que le mouvement de sortie pourrait être très désordonné lorsque les taux d’intérêt augmenteront et qu’un grand nombre d’investisseurs commencera à accumuler des pertes.

Avec le recul, on constate néanmoins que ce point de vue baissier concernant les obligations était majoritaire en début d’année et que, comme souvent, ce consensus a été remis en question par un solide mouvement de reprise des obligations depuis le début de l’année. Il est possible que ce mouvement n’ait été que le simple reflet de signaux déflationnistes, comme la croissance économique négative enregistrée aux États-Unis au premier trimestre. Inversement, il se peut qu’il ait reflété certains facteurs « techniques » liés à une soif de rendement croissante, les obligations gouvernementales ayant rebondi dans de nombreuses parties du monde indépendamment des fondamentaux sous-jacents des pays en question. Au moins jusqu’à présent, la plupart des données fondamentales indiquaient une poursuite de la croissance et une légère progression de l’inflation aux États-Unis, ainsi qu’une reprise de l’activité économique à partir de niveaux très bas en Europe. Selon nous, ces données remettent en question le point de vue déflationniste fondamental concernant le mouvement de reprise des obligations et laissent craindre que l’évolution du marché soit observée à travers le prisme déformant des expériences effectuées par la banque centrale.

Toutefois, avant de tirer des conclusions hâtives, nous nous efforçons toujours d’adopter une démarche disciplinée en inversant l’argument. Dans le cas présent, qu’en est-il de nos perspectives et de nos opinions concernant le marché si l’on prend l’hypothèse que les prix du marché sont globalement corrects et que l’obsession dont fait objet la Fed n’a pas lieu d’être ? Comme nous l’avons évoqué plus haut, le repli des rendements obligataires pourrait être à lui seul le reflet de signaux déflationnistes. Pourtant, cette théorie n’est qu’en partie confirmée par les données économiques, et elle ne cadre pas avec une hausse record des actions et une compression continue des spreads de crédit. Le seul élément susceptible d’expliquer les prix actuels du marché, mais qui est rarement évoqué, est la croissance déflationniste.

www.ClearBridge.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...