Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les investisseurs professionnels disposent de fonds considérables mais boudent l’immobilier d’habitation

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

A l’automne 2013 et tout au long du 1er semestre 2014, les questions liées à l’immobilier ont fait l’objet de nombreux débats liés aux différents projets législatifs concernant, en partie ou dans leur totalité, ce secteur : loi Alur, loi Pinel…

Parmi les objectifs prioritaires affichés par le gouvernement figure la volonté de développer l’offre de logements. Or, si les investisseurs professionnels disposent de fonds considérables, ils boudent l’immobilier d’habitation. Pour atteindre son objectif en matière de logements, le gouvernement devra donc impérativement arriver à convaincre les investisseurs professionnels d’injecter de l’argent dans ce secteur.

C’est dans ce contexte, que Denjean & Associés, société d’expertise comptable et d’audit très active dans les services à l’immobilier, a d’enquêté* auprès de ces acteurs sur leur stratégie d’investissement immobilière pour l’année 2014.

 

Quelques enseignements de l’enquête

Les investisseurs professionnels ont le choix entre cinq catégories de placements immobiliers : les bureaux ; les commerces ; les logements ; les entrepôts ; l’immobilier de services (hôtels, maisons de retraite, etc.).

Interrogés sur la façon dont se répartissaient leurs placements immobiliers entre ces cinq catégories, 52% des investisseurs professionnels ont indiqué qu’ils n’avaient aucun placement dans le logement. De plus, parmi les 48% d’investisseurs ayant effectué des placements dans le logement, pour 25% le logement représentait, fin 2013, moins de 10% de leurs placements immobiliers…

« Ces résultats  montrent que les investisseurs immobiliers n’ont pas investi dans l’immobilier depuis très longtemps, ou, pour ceux qui avaient investi dans ce secteur, qu’ils ont désinvesti ces dernières années », décrypte Thierry Denjean, président de Denjean & Associés.


Questionnés sur leur stratégie 2014, les investisseurs professionnels continuent de manifester un fort désintérêt pour le secteur du logement
.

En effet, 27% des sondés déclarent que cette année, ils vont maintenir leur investissement dans le logement à son (très faible) niveau actuel ; bien pire : 40% vont réduire encore, ou arrêter totalement leurs investissements dans le logement.

Comment s’explique ce désintérêt des investisseurs professionnels vis-à-vis de l’immobilier de logement ? Par le rendement faible ("nul", disent même certains) de cet investissement, répondent à l’unanimité les sondés. «  97% des investisseurs professionnels jugent que le rendement global de l’immobilier de logement n’est pas attractif ! Si on y ajoute le fait que 90% des professionnels trouvent cette catégorie d’investissement difficile à gérer, ces réactions suffisent à expliquer pourquoi les investisseurs professionnels boudent le logement », analyse Thierry Denjean.


Trois mesures-phares pourraient décider les professionnels à investir dans le logement

Interrogés sur différentes mesures imaginées par Denjean & Associés susceptibles d’inciter les professionnels à investir plus dans l’immobilier de logement, les sondés étaient invités à dire s’ils considéraient chacune de ces mesures comme « très incitative », « assez incitative », « peu incitative » ou « pas incitative du tout ». Résultat ? Trois des mesures proposées sont qualifiées de « très incitatives » par plus de 50% des investisseurs professionnels :

- exonérer les plus-values immobilières ;

- faciliter la possibilité de vendre les immeubles de logement à la découpe ;

- arrêter d’imposer une part de logement social dans les constructions de logements neufs.

« C’est un message que nos gouvernants ont intérêt à entendre s’ils veulent que les investisseurs professionnels modifient leur perception de l’immobilier de logement, et fassent à celui-ci une vraie place dans leur stratégie d’investissement », conclut Thierry Denjean.

*Enquête a été réalisée en partenariat avec Business Immo et La Tribune.

www.denjeanassocies.fr

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
« European Sustainable Infrastructure Debt », investir dans la dette infrastructure

Lancé par NN Investment Partners (NN IP), le fonds NN (L) European Sustainable Infrastructure Debt* vient renforcer la gamme durable de NN IP et répond à la demande croissante d'investissement dans des actifs réels. La dette infrastructure est largement perçue par les investisseurs comme particulièrement attractive car elle offre des rendements convaincants, ajustés au risque, et présente par la même occasion des avantages sociaux, environnementaux et économiques, générés par les principaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Mark Rogers, Montanaro AM

3 questions à Mark Rogers, gérant des fonds Montanaro European Midcap Fund et back-up manager du Better World Fund Vous avez rejoint l'équipe de Montanaro il y a près de 5 ans. Quel est l'état d'esprit qui anime les équipes de gestion ? Chez Montanaro, rien n'est blanc ou noir, nous privilégions en permanence la nuance en misant sur l'innovation et la formation. Il s'agit pour nous d'une quête permanente de savoir-faire en matière de gestion. Ensuite, pour l'implémentation, c'est un...