Connexion
/ Inscription
Mon espace

Dernière ligne droite pour la mise place de la norme SEPA

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

A compter du 1er août, les opérations de paiement qui ne seront pas conformes à la norme SEPA seront rejetées par les banques.

Jean-Thierry Tavernier, associé Baker Tilly France, donne les précisions utiles aux entreprises pour se mettre aux normes


Un délai supplémentaire a été déjà été accordé, la date initialement prévue en février 2014 ayant été reportée au 1
er août, les entreprises n'ont donc plus qu'un mois pour se conformer à la nouvelle norme SEPA (Single Euro Payments Area).
Si la plupart des grands groupes ont déjà effectué cette migration, la majorité des TPE/PME tardent à franchir le cap. Pourtant, le passage à la norme SEPA implique de façon plus ou moins importante les différents services des sociétés (comptable, RH, commercial, informatique, juridique...).

 

Implications de cette nouvelle norme 

Le SEPA s'applique aux virements et aux prélèvements nationaux et européens. Au-delà de l'obtention d'un nouvel identifiant bancaire (ICS), un code unique devra être attribué à chaque débiteur (RUM). Les mandats d'autorisation de prélèvements doivent être renouvelés sous la responsabilité du créancier.

Il est également nécessaire de s'assurer que l'ensemble des applications informatiques impactées par l'émission de prélèvements ou de virements soient compatibles avec la nouvelle norme SEPA. Des tests en interne et avec les banques sont à prévoir avant toute mise en place définitive.

 

Un risque important pour la trésorerie des entreprises ?

La migration informatique des outils de gestion et des moyens de paiement qui doit être effectuée par les entreprises peut impliquer des investissements et des délais de mise en place parfois importants.

De plus, à défaut d'anticipation et de préparation avant le 1er août prochain, de nombreuses sociétés pourraient ne plus être en mesure d'effectuer de paiements, pas plus que d'en recevoir et mettre ainsi leur activité en danger.

www.bakertillyfrance.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...