Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le litige opposant l’Argentine aux fonds spéculatifs pourrait obliger le pays à payer près de 15 Mds$ à ses créanciers

BE - Culture & Société
ABONNÉS

15 Mds$, une somme qui représente la moitié des réserves en devises de la banque centrale, mais seulement environ 3% du PIB argentin.


Par Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque

Le gouvernement argentin essaie par tous les moyens légaux, politiques et médiatiques de gagner du temps afin de rééquilibrer le rapport de force avant l’échéance cruciale du 30 juillet. Cependant, le dénouement parait inévitable, puisqu’en vertu de la clause pari passu, l’Argentine ne peut pas avantager un groupe d’investisseurs sur un autre.
Le montant étant tel, le gouvernement ne pourra pas puiser dans les réserves de change, qui servent déjà au paiement des intérêts aux créanciers et à soutenir, à coup d’interventions sur le marché, le taux de change du peso.

Par conséquent, l’Argentine n’aura d’autre choix que de recourir de nouveau au marché des capitaux. Les conséquences positives seraient nombreuses puisque cela favoriserait une normalisation des relations avec la finance internationale, une réduction à terme des coûts d’emprunt une fois la confiance rétablie et permettrait d’attirer de nouveau les investissements étrangers dans les secteurs clés.
En d’autres termes, cela conduirait à desserrer le carcan sur l’économie argentine qui l’a étouffé depuis le défaut de 2001 et qui a montré son inefficacité à sortir de la crise.

Toutefois, ce recours au marché aura un coût significatif à court terme. En effet, la prime payée aux investisseurs pour qu’ils détiennent de la dette argentine plutôt que des bons du Trésor américain est parmi la plus élevée des pays émergents, juste derrière l’autre mauvais élève d’Amérique latine, le Venezuela. C’est certainement le prix à payer pour solder la mauvaise gestion des dernières décennies.

http://fr.saxobank.com/ 


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...