Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le litige opposant l’Argentine aux fonds spéculatifs pourrait obliger le pays à payer près de 15 Mds$ à ses créanciers

BE - Culture & Société
ABONNÉS

15 Mds$, une somme qui représente la moitié des réserves en devises de la banque centrale, mais seulement environ 3% du PIB argentin.


Par Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque

Le gouvernement argentin essaie par tous les moyens légaux, politiques et médiatiques de gagner du temps afin de rééquilibrer le rapport de force avant l’échéance cruciale du 30 juillet. Cependant, le dénouement parait inévitable, puisqu’en vertu de la clause pari passu, l’Argentine ne peut pas avantager un groupe d’investisseurs sur un autre.
Le montant étant tel, le gouvernement ne pourra pas puiser dans les réserves de change, qui servent déjà au paiement des intérêts aux créanciers et à soutenir, à coup d’interventions sur le marché, le taux de change du peso.

Par conséquent, l’Argentine n’aura d’autre choix que de recourir de nouveau au marché des capitaux. Les conséquences positives seraient nombreuses puisque cela favoriserait une normalisation des relations avec la finance internationale, une réduction à terme des coûts d’emprunt une fois la confiance rétablie et permettrait d’attirer de nouveau les investissements étrangers dans les secteurs clés.
En d’autres termes, cela conduirait à desserrer le carcan sur l’économie argentine qui l’a étouffé depuis le défaut de 2001 et qui a montré son inefficacité à sortir de la crise.

Toutefois, ce recours au marché aura un coût significatif à court terme. En effet, la prime payée aux investisseurs pour qu’ils détiennent de la dette argentine plutôt que des bons du Trésor américain est parmi la plus élevée des pays émergents, juste derrière l’autre mauvais élève d’Amérique latine, le Venezuela. C’est certainement le prix à payer pour solder la mauvaise gestion des dernières décennies.

http://fr.saxobank.com/ 


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...