Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les investisseurs professionnels continuent de manifester un fort désintérêt pour le secteur du logement en 2014

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

Enquête* Denjean & Associés, société d’expertise comptable et d’audit extrêmement active dans les services à l’immobilier, effectuée auprès des investisseurs professionnels sur leur stratégie d’investissement immobilière pour l’année 2014.

Les investisseurs professionnels ont le choix entre cinq catégories de placements immobiliers : les bureaux, les commerces, les logements, les entrepôts, l’immobilier de services (hôtels, maisons de retraite, etc.).
Interrogés sur la façon dont se répartissaient leurs placements entre ces cinq catégories à la fin de l’année 2013, 52% des investisseurs professionnels ont indiqué qu’ils n’avaient aucun placement dans le logement !  
Parmi les 48% d’investisseurs ayant effectué des placements dans le logement, on compte 25% d’investisseurs pour lesquels le logement représentait, fin 2013, moins de 10% de leurs placements immobiliers…

« Ces réponses montrent que les investisseurs immobiliers n’ont pas investi dans l’immobilier depuis très longtemps, ou, pour ceux qui avaient investi dans ce secteur, qu’ils ont désinvesti ces dernières années », décrypte Thierry Denjean, président de Denjean & Associés.


Pour 2014, les perspectives d’investissement dans le logement restent catastrophiques 

Les investisseurs professionnels continuent de manifester un fort désintérêt pour le secteur du logement :

- 27% des sondés déclarent que cette année, ils vont maintenir leur investissement dans le logement à son très faible niveau actuel ;

- bien pire : 40% des professionnels vont encore réduire ou arrêter totalement leurs investissements dans le logement !


Comment s’explique ce désintérêt des investisseurs professionnels vis-à-vis de l’immobilier de logement ?

Par le rendement faible - "nul", disent même certains - de cet investissement, répondent à l’unanimité les sondés. «  97% des investisseurs professionnels jugent que le rendement global de l’immobilier de logement n’est pas attractif ! Si on y ajoute le fait que 90% des professionnels trouvent cette catégorie d’investissement difficile à gérer, ces réactions suffisent à expliquer pourquoi les investisseurs professionnels boudent le logement », analyse Thierry Denjean.


Trois mesures-phares sont qualifiées de « très incitatives » par plus de 50% des investisseurs professionnels :

- exonérer les plus-valuesimmobilières,

- faciliter la possibilité de vendre les immeubles de logement à la découpe,

- arrêter d’imposer une part de logement social dans les constructions de logements neufs.

« Un message que nos gouvernants ont intérêt à entendre s’ils veulent que les investisseurs professionnels modifient leur perception de l’immobilier de logement, et fassent à celui-ci une vraie place dans leur stratégie d’investissement », conclut Thierry Denjean.

*Enquête réalisée en partenariat avec Business Immo et La Tribune.

Plus d’informations www.denjeanassocies.fr

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation