Connexion
/ Inscription
Mon espace

Coupes du Monde : boissons sans alcool, bières, glaces et produits apéritifs

ABONNÉS

La Coupe du Monde de la FIFA 2014 est l'événement planétaire le plus attendu de l'année, d'autant qu'elle se déroule au Brésil ! La moitié des français déclarent qu'ils vont suivre cette compétition. Mais quelles retombées peut-on en attendre sur la consommation et l'image des marques ?

Impact sur les ventes : 4 catégories concernées avant tout

La couverture médiatique en fait un passage incontournable tous les quatre ans. On pourrait donc penser qu'il génère un dynamisme dans la consommation alimentaire.Pourtant, en considérant les périodes de compétition en 2006 et en 2010, on recense seulement 4 catégories alimentaires qui voient leurs ventes fortement progresser ( Nielsen ScanTrack) : les boissons sans alcool, les bières, les glaces et les produits apéritifs salés (chips, biscuits…). Un phénomène peu étonnant quand on sait que les fans de foot consomment habituellement 30% de bières en plus par rapport à la moyenne française. ( Enquête Nielsen PanelViews auprès d’un échantillon de 8700 individus en avril 2014) Sur les boissons sans alcool, cette surconsommation s’élève à 23% et à 15% sur les chips.

Les plus jeunes s’avèrent les plus consommateurs devant les matches, privilégiant les chips, produits sucrés et boissons sans alcool (cf. infographie). En revanche, certaines catégories qui pourraient être associées à une consommation devant la télévision ne connaissent pas de pic de ventes en magasin. C’est le cas des pizzas par exemple… pour lesquelles  c'est plutôt la livraison à domicile qui tire profit de l'événement.

Météo, horaires… Différents facteurs sont en jeu

Il faut rester prudent sur l'effet direct de la compétition sur les ventes. Cet effet est indissociable de plusieurs autres facteurs comme la météo ou les horaires des matches. Comme le souligne Loïc Danel, Compte Clé chez Nielsen : « En juin 2006 et 2010 de forts pics de chaleur ont largement favorisé les ventes de bières, de chips et de soft drinks… des mois qui se sont avéré excellents pour ces catégories lorsqu'on compare les périodes estivales des dix dernières années. »

Alors que Météo France anticipe un bon ensoleillement lors du tournoi, un autre facteur pourrait favoriser la consommation : l'horaire de diffusion des matches. Cette année, tous les matches débuteront à partir de 18h, un accélérateur de consommation pour les catégories de snacking et les boissons (notamment la bière). En 2006 et 2010, un match sur deux avait lieu l'après-midi.

Grande distribution : tout est dans l'anticipation !

Traditionnellement, les enseignes mettent en avant les téléviseurs dans leurs prospectus un mois avant le début du tournoi, puis les prospectus alimentaires prennent le relais avec une mise en valeur des boissons et produits à grignoter.

Les deux semaines qui précèdent le match d'ouverture se révèlent de très fortes périodes d'achat sur les catégories sensibles à l'événement. Loïc Danel confirme : « Les fans de football sont déjà dans l'excitation d'avant tournoi. Ensuite, les deux premières semaines de la compétition – qui concentrent 48 des 64 matches – ont des niveaux de ventes également très forts. Il vaut donc mieux activer une marque ou une catégorie sur la thématique les deux semaines précédant l'événement. Ni les marques ni les distributeurs ne s'aventurent au-delà du premier tour. »

Marques : un fort vecteur d'image pour les marques

Au-delà du strict impact commercial, l’association à un tel événement nourrit les marques tant il s’agit d’un fort vecteur d'émotions, de convivialité et de plaisir. Par définition, la Coupe du Monde est donc un support très intéressant pour les marques. « L'idée est bien de développer les ventes mais aussi de voir sa marque associée à un moment intense vécu souvent entre amis. » conclut Loïc Danel.

Source : nielsen.com

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...