Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le nom du ballon officiel de la Coupe du monde de foot : de la mondialisation à la fierté des origines

ABONNÉS

Autrefois le nom du ballon officiel était souvent mondial, apatride, transnational. Aujourd’hui il revendique de plus en plus son origine et devient un instrument marketing pour le pays hôte.

Tous les yeux seront de nouveau rivés sur un ballon rond. Comme d’autres pays organisateurs avant lui, le Brésil utilise le nom du ballon officiel de la coupe du monde comme un instrument publicitaire à part entière pour se promouvoir. Quels furent les noms donnés à ces ballons depuis 1950, ceux que vous avez oubliés et leur signification, l’agence Nomen a fait son enquête.

BRAZUCA

BRAZUCA, c’est le nom que portera le ballon officiel de la coupe du monde 2014. Côté look, il s’habille aux couleurs du brésil et arbore des motifs représentant les célèbres bracelets brésiliens porte-bonheur. Pour la première fois le nom n’a pas été choisi par la FIFA, mais élu par les fans du pays organisateur. Avec 78% des voix, Brazuca devance BOSSA NOVA et CARNAVALESCA. Ainsi se confirme la tendance d’évoquer par le nom une particularité culturelle ou linguistique locale : BRAZUCA est un terme qui signifie tout à la fois les brésiliens (terme familier) et leur mode de vie : leur ferveur émotionnelle, leur fierté et leur chaleur humaine. Que ce sens ne soit pas compris à l’international importe peu. Comme son prédécesseur Sud-africain JABULANI (qui signifie en langue Zulu « se réjouir »), le nom fonctionne déjà par son aspect et ses sonorités exotiques. « Il s’agit de transmettre une identité forte et une  évocation positive» explique Marcel Botton, Président de Nomen. « Brazuca, par sa signification comme par ses sonorités dynamiques, évoque le dynamisme et l’énergie, tout en étant parfaitement identifiable au Brésil. Ainsi le nom du ballon fonctionne comme une marque, il participe à la démarche marketing du pays hôte. » Pour info, Brazuca est déposé en tant que marque communautaire par l’équipementier Adidas qui commercialise le ballon.

Dans le passé, des noms descriptifs moins attractifs

Cette opportunité marketing, tous ne l’ont pas toujours saisie et un coup d’œil dans les décennies passées nous le confirme. Ainsi on a joué au Brésil en 1950 avec le Super Duplo T, quatre ans plus tard la Suisse tente sa chance avec le Swiss WC Match Ball. La Suède se présentera avec TOP STAR, un nom compréhensible, à défaut d’être original. A l’inverse la signification du nom du ballon chilien MR. CRACK reste à ce jour toujours obscure.

Tantôt emblème national, tantôt message sportif universel

Alors que l’anglais a longtemps été privilégié, les noms sont devenus au fil des années de plus en plus typiques et emblématiques de la nation qui accueille alors la coupe du monde. Vous vous souvenez peut être des TANGO DURLAST (Argentine 1978), TANGO ESPAÑA (1982), AZTECA MEXICO (1986), ETRUSCO UNICO (Italien 1990), ou du fameux TRICOLORE (France 1998). Cependant tous les pays n’utilisent pas cette opportunité pour se mettre en scène. D’autres mettent à l’inverse en avant l’esprit sportif universel, comme QUESTRA (USA 1994), FEVERNOVA (Japon/Corée du Sud 2002) et TEAMGEIST (Allemagne 2006). Il reste un nom, complètement à part, qui fut employé pour la coupe du monde de Mexico en 1970 et pour celle de 1974 en Allemagne. Le ballon TELSTAR fut nommé ainsi en référence à son apparente ressemblance avec le satellite de communication homonyme. Pour Marcel Botton, cette dichotomie est classique chez les marques : « certaines  marques globales et multinationales gomment leur origine nationale et ‘’parlent du monde au monde’’, d’autres  mettent en avant leur origine comme un instrument de valorisation et de  différenciation pour s’adresser  au reste du monde.  »

Source : nomen.fr

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 



Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...