Connexion
/ Inscription
Mon espace

Marchés émergents, les moins chers d’entre tous

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Un résumé de Wim-Hein Pals, Gérant de portefeuille chez Robeco


Le potentiel de croissance vs les marchés développés

Les investisseurs s’intéressent de nouveaux aux marchés émergents qui reprennent des couleurs après des mois de sous-performance. Ils ont en effet un meilleur potentiel de croissance par rapport aux titres occidentaux et sont les moins chers du marché.
Nous estimons que la croissance des bénéfices en Asie et en Amérique latine devancera celle des pays occidentaux. Mais aussi que les meilleures opportunités se trouvent dans des entreprises locales, au service d'une classe moyenne en fort développement.

Les meilleures perspectives des marchés émergents, en termes de croissance des bénéfices et d’évolution des cours, s’expliquent notamment par « l'effet de base » de leur plancher actuellement bas. Nous estimons que les entreprises des pays émergents verront leurs bénéfices augmenter de 12% en 2014 contre 8% dans les marchés développés. Dernièrement, la classe d'actifs a « vécu la guerre » (quelque fois littéralement avec des conflits ou des troubles civils en Ukraine, Thaïlande, Turquie et au Moyen-Orient). Les actions constituant l’indice MSCI Emerging Markets ont fortement chuté depuis que la crise ukrainienne a éclaté. Mais elles ont depuis rebondi.

 

Beaucoup d'investisseurs pensent avoir vécu le pire

Les flux des capitaux montrent que les investisseurs sont de retour dans la classe d’actif et pensent que le plus dur est derrière nous. Ce sentiment est en partie suscité par les élections qui mèneront à des changements de gouvernements ou à des nouvelles restructurations dans quatre des pays les plus peuplés du monde. Celles-ci se sont déroulées cette année au Brésil, en Inde, en Indonésie et en Afrique du Sud avec en haut de l’ordre du jour des réformes favorables aux entreprises. Entre temps, le gouvernement chinois a adopté un nouveau plan de croissance qui se focalise davantage sur la restructuration.
Les révisions des bénéfices avaient atteint un plancher et sont aujourd’hui en hausse. La croissance des bénéfices dans la région EMEA est presque nulle, mais devrait être dans une moyenne de deux chiffres en Asie et en Amérique latine.
Nous pensons que les actions des pays émergents sont 30% moins chères que celles des marchés développés. Nous nous basons sur nos trois principaux paramètres de valorisation qui comparent le prix des actions avec les bénéfices, les valeurs comptables (actif) et la trésorerie des entreprises concernées.

 

Rebond : les actions des marchés émergents reprennent des couleurs

Les paramètres de valorisation sont un argument positif, dans un portefeuille d'actions internationales, en faveur d’une surpondération des marchés émergents par rapport aux marchés développés. Les bénéfices, la dynamique économique et politique et le sentiment du marché ont récemment bénéficié aux actions des pays émergents. Les flux dans ces fonds et les spreads avec les obligations émergentes illustrent cela.
Toutefois, en raison des préoccupations qui pèsent actuellement sur les devises, les exportateurs risquent d’être plus menacés que les entreprises locales. Celles-ci s’adressent dans leur pays à une classe moyenne en pleine essor, avec un pouvoir d’achat en expansion. La demande intérieure est un thème au cœur de notre portefeuille des marchés émergents; celui des biens de consommation durables est notre préféré.
Sur l’ensemble des secteurs, les valeurs cycliques performent un peu mieux que celles « défensives » en Asie. Nous sommes également surpondérés sur les sociétés financières.

 

De la crainte à l’enthousiasme électoral

Au final, les élections ont été un facteur positif pour les investisseurs. Ils craignaient initialement l’incapacité des pays émergents à résoudre leurs problèmes structurels et que cela se traduise en malaise économique. En Inde, pays qui a suscité le plus d’attention, le parti libéral et pro-réforme (BJP) a remporté le 16 mai une victoire écrasante.
L’ensemble des résultats électoraux a eu un effet neutre ou positif vis-à-vis du marché. L'Inde a eu le résultat le plus favorable, ce qui profitera également aux cours des actions et aux monnaies locales.
Ainsi les élections dans les marchés émergents ne sont plus un facteur de crainte mais servent désormais la classe d’actifs. En effet, le marché boursier indien avait atteint un nouveau record simplement sur les anticipations d’une victoire du nouveau Premier ministre BJP, Narendra Modi.

Mis à part l’Inde, nous avons une nette préférence pour trois autres pays : la Chine, la Corée du Sud et la Turquie. Tout le monde parle de la Chine comme d’un groupe homogène, mais la sélection des titres est très importante. Nous privilégions sur ce marché des entreprises publiques en bonne voie de restructuration, des fournisseurs de la consommation domestique, tels que des fabricants d'automobiles ou des sociétés internet.

La Chine progresse toujours à plus de 7% par an et ses bénéfices s’accélèrent également. Nous devons être très sélectifs dans les titres que nous choisissons, notamment dans le secteur financier mais, dans l’ensemble, il existe beaucoup d’opportunités d'investissement.

Nous sommes également surpondérés à long terme sur la Corée du Sud. Nous sommes positifs tant sur les entreprises qui exportent que sur celles destinées au marché local. Nous sommes surpondérés sur la Turquie. Nous pensons que les récents bouleversements politiques sont terminés et que le gouvernement pourra se concentrer sur son économie.

 

La crise ukrainienne montre des signes d’essoufflement

La baisse du sentiment sur les marchés émergents est principalement survenue lorsque la crise ukrainienne s’est avérée présenter un plus grand risque comparée aux démocraties stables de l’occident. Robeco a limité ce risque en allégeant sa position sur les titres russes. Néanmoins, la situation s'est calmée depuis que le président Vladimir Poutine a adopté une position plus conciliante.

Nous continuons de surveiller la situation quotidiennement et estimons qu’à termes le conflit se résoudra diplomatiquement. Toutefois, le marché restera très volatil entretemps. Par conséquent, nous avons allégé une partie de nos actions russes, en vendant certains titres en mars-avril, pour adopté une position plus neutre, légèrement sous-pondérée. Nous n’envisageons pas de véritable guerre civile en Ukraine ou d’escalade dans les manœuvres de la Russie, mais une politique plus prudente est souhaitable.

www.robeco.fr

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...