Connexion
/ Inscription
Mon espace

Inde : le résultat des élections est propice au marché actions

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

En élisant le dirigeant Narendra Modi, les Indiens ont donné au parti Bharatiya Janata (BJP), favorable aux affaires, un mandat ferme pour gouverner. Le Parti du Congrès, presque balayé de l’échiquier politique, ne pourra même pas prétendre représenter officiellement l’opposition.

Par Avinash Vazirani, gérant du fonds Jupiter India Select chez Jupiter AM.

Avec cette victoire historique, Narendra Modi n’a en réalité qu’un seul objectif, le développement du pays. Soutenu par des électeurs venant de tous les milieux et grâce à son écrasante majorité, le BJP devrait être en mesure de faire avancer les choses.

Infrastructures et développement du pays vont être les axes prioritaires de ce nouveau gouvernement, ainsi que la réduction de la bureaucratie. Nous  devrions assister à une simplification du système fiscal, à la mise en place d’une TVA, projet en attente depuis des années, et à une baisse de l’impôt sur les plus-values et sur les dividendes. Selon nous, nous devrions aussi voir un certain nombre de privatisations et la vente des parts de l’Etat dans des entreprises privées.

Le BJP a déjà fait savoir qu’il était contre le « terrorisme fiscal », en référence notamment au cas de Vodafone auquel le fisc indien réclame 1,6 Mds€ depuis 2007. Selon nous, le nouveau gouvernement va sans doute clore ce dossier, et l’on va revenir à une situation où les entreprises vont pouvoir planifier leur développement plutôt que de dépendre du gouvernement. Si Narendra Modi ne possède pas de baguette magique, de nombreux changements sont à portée de main. Ils peuvent être mis en place rapidement à partir du moment où des décisions claires sont prises par un gouvernement déterminé, ce dont le pays a cruellement manqué jusqu’à aujourd’hui.

Une des plus importantes promesses de Narendra Modi est la mise en place dans tout le pays d’un approvisionnement continu en énergie, en eau et d’un assainissement généralisé. S’il arrive à résoudre le problème de l’énergie, il aura résolu tous les problèmes des banques publiques et ces dernières pourront consacrer plus de leurs fonds au financement  des infrastructures. Il nous faudra encore être patient pour avoir une idée claire de l’état des finances publiques. Selon nous, elles ne sont pas aussi mauvaises que l’on pourrait le penser. Même si le déficit budgétaire se creuse à court terme, il devrait commencer à se résorber assez rapidement à mesure que la croissance économique accélère de nouveau.

La réserve de liquidités disponibles dans le pays, qui ne demande qu’à être investie, est colossale. Les indiens n’ont pratiquement pas participé au rallye qu’a connu le pays l’année dernière, les investissements étant majoritairement étrangers. Selon nous, nous pourrions assister au démarrage d’une tendance haussière des actions indiennes qui pourrait durer trois ou quatre ans.

www.jupiteronline.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...