Connexion
/ Inscription
Mon espace

Imposition des non-résidents aux prélèvements sociaux sur les revenus fonciers et plus-values immobilières :…

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

… la réponse de la Cour de justice attendue pour la fin de l’année. Explication :

Depuis la seconde Loi de Finances Rectificative du 16 août 2012, reconduite dans la Loi de Finances 2014, les non-résidents sont imposables aux prélèvements sociaux au taux de 15,5% sur leurs plus-values immobilières et revenus fonciers tirés de leurs biens situés en France.

Or les nombreuses critiques portées au dispositif ont conduit à l’ouverture d’une procédure d’infraction au droit communautaire contre la France. En effet, la législation européenne prévoit qu’un résident de l’UE ne peut être soumis à des cotisations sociales dans plusieurs Etats membres. Mais qu’en est-il des résidents hors UE ?

Equance, Société de Conseil en Gestion Privée Internationale, invite ses clients expatriés, qu’ils soient résidents de l’UE ou non, à engager individuellement des démarches de déclaration de contentieux.

Marion Chapel-Massot, Responsable Gestion Privée chez Equance explique : « il y a fort à penser que la mesure qui impose aux non-résidents d’être soumis à des prélèvements sociaux sur leurs revenus fonciers et leurs plus-values immobilières, sera rendue inapplicable au regard de la jurisprudence de la Cour européenne de justice et notamment celle du 15 février 2000 qui avait condamné la France pour avoir appliqué la CRDS aux travailleurs transfrontaliers. Toutefois, cette suppression n’aurait pas d’effet rétroactif, ce qui signifie qu’elle ne serait valable que pour l’avenir et qu’aucun remboursement des prélèvements déjà acquittés ne pourra être demandé. Nous orientons donc nos clients vers une contestation, particulièrement en ce qui concerne les revenus fonciers, déclarable annuellement ».

Cette réclamation devra être effectuée avant le 31 décembre de la première année (pour les plus-values) ou de la deuxième année (pour les revenus fonciers) qui suit celle du recouvrement de l’impôt. « C’est pourquoi, il est nécessaire d’effectuer dès à présent une réclamation contentieuse auprès de l’administration pour contester les avis d’imposition. Concrètement, cela consiste en la rédaction d’un courrier contestant l’assujettissement aux prélèvements sociaux et demandant le remboursement de ceux-ci » explique Marion Chapel-Massot.

La réponse de la Cour de justice est attendue pour la fin de l’année : celle-ci a en effet un an à compter de la date où la question a été posée pour se prononcer ; Le Conseil d’état a soulevé cette question par voie de question préjudicielle le 29 novembre 2013. Une procédure d’infraction contre la France est donc ouverte depuis ce jour. De son côté, la Commission européenne, au terme de son examen en août 2013, a déjà conclu que CSG et CRDS ne pouvaient être prélevées sur les revenus des non-résidents soumis à la législation relative à la Sécurité sociale d’un autre Etat membre.

Une problématique européenne, qu’en est-il des résidents hors UE ?
La problématique est aujourd’hui posée sur la loi européenne qui stipule qu’un résident de l’UE ne doit payer de prélèvements sociaux que dans son pays de résidence. Le recours ne serait donc intéressant que pour les Français résidents de l’Union Européenne…

Mais la loi française fera-t-elle une différence entre les résidents de l’Union Européenne et ceux hors Union Européenne ? « Ce serait une distorsion entre les deux régimes…Rappelons, que des distorsions existent déjà par exemple, sur l’imposition des plus-values immobilières sur lesquelles les résidents de l’UE sont imposés à 19% tandis que les résidents hors UE sont imposés à 33,33%.

A noter que la Cour Administrative d’Appel de Paris du 13 février 2014 vient de condamner à nouveau l’administration fiscale pour avoir appliqué ce taux de 33,33% sur une plus-value de part immobilière à un résident hors UE. Cette décision reste dans la lignée de la décision de la CAA de Bordeaux.

Ceci dit, la question n’étant pas encore tranchée, pour Equance, la procédure doit être globale et les résidents hors UE doivent également contester cet assujettissement aux prélèvements sociaux, et les décisions précédemment citées confirment notre position » conclut Marion Chapel-Massot.

www.equance.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
« European Sustainable Infrastructure Debt », investir dans la dette infrastructure

Lancé par NN Investment Partners (NN IP), le fonds NN (L) European Sustainable Infrastructure Debt* vient renforcer la gamme durable de NN IP et répond à la demande croissante d'investissement dans des actifs réels. La dette infrastructure est largement perçue par les investisseurs comme particulièrement attractive car elle offre des rendements convaincants, ajustés au risque, et présente par la même occasion des avantages sociaux, environnementaux et économiques, générés par les principaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Mark Rogers, Montanaro AM

3 questions à Mark Rogers, gérant des fonds Montanaro European Midcap Fund et back-up manager du Better World Fund Vous avez rejoint l'équipe de Montanaro il y a près de 5 ans. Quel est l'état d'esprit qui anime les équipes de gestion ? Chez Montanaro, rien n'est blanc ou noir, nous privilégions en permanence la nuance en misant sur l'innovation et la formation. Il s'agit pour nous d'une quête permanente de savoir-faire en matière de gestion. Ensuite, pour l'implémentation, c'est un...