Connexion
/ Inscription
Mon espace

Calme plat sur les marchés boursiers… malgré des « newsflows » positifs

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Judith Danan, Head of Sales Trading de CMC Markets France

Au moment de la trêve pascale, les marchés boursiers européens manquent d’impulsion. Les investisseurs ont peu d’appétit pour le risque et préfèrent ne pas initier de position en cette période « creuse », alors que les récents « newsflows » venus d’Europe et des États-Unis semblent encourageants… Pour le « Sentiment Clients », baromètre du sentiment des clients de CMC Markets établi quotidiennement à partir de leurs positions réelles, les investisseurs en CFD sont majoritairement acheteurs sur les indices Dax à 64%, Footsie à 83% et Nikkei 225 à 87%. Ils sont en revanche vendeurs sur le Cac 40 à 77% et le Dow Jones à 67%.

Si les volumes d’échanges boursiers sont relativement faibles, les dernières séances ont néanmoins été riches d’enseignements. Wall Street a réagi positivement aux déclarations de Janet Yellen. Dans la lignée du message rassurant qu’elle s’était efforcée de délivrer aux marchés il y a une semaine, indiquant que la politique monétaire serait désormais plus autonome vis-à-vis des indicateurs de « forward guidance », la gouverneure de la FED vient d’écarter le scénario d’une remontée des taux d’intérêt dans un avenir proche.
Pour Janet Yellen, l’économie américaine est en passe de renouer progressivement avec le plein emploi et un taux d’inflation stabilisé, probablement d’ici la fin de l’année 2016. Pour autant, cette tendance robuste qui se reflète dans des indicateurs économiques en constante amélioration depuis trois ou quatre ans n’incitera pas la Réserve Fédérale à concrétiser le resserrement monétaire (par une hausse de ses taux directeurs) dans les prochains mois. L’objectif affiché par la banque centrale est bien de temporiser, c’est-à-dire de continuer à garantir un environnement de taux bas au moins jusqu’au 2ème trimestre de l’année prochaine. Ces intentions sont évidemment favorables aux marchés actions qui continueront de bénéficier de dispositions accommodantes pour un temps encore, la faiblesse des taux d’intérêt n’incitant pas les investisseurs à placer leur capital dans des actifs monétaires ou obligataires « défensifs » trop peu rémunérateurs.

L’autre « newsflow » positif concerne la zone euro et il s’agit d’une avancée politique non négligeable. Le Parlement européen vient d’adopter cette semaine des textes de loi concrétisant l’union bancaire européenne. Longtemps sujet de dissensions fortes entre les différents gouvernements européens, l’union bancaire est désormais consolidée par une véritable mutualisation des risques en cas de crise bancaire systémique et la possibilité d’un transfert de souveraineté assez inédit permettant de superviser les banques de la zone.
Ces nouveaux textes valident le principe de renflouement interne (« bail in ») des banques, dont les actionnaires et les créanciers privés seront sollicités en premier lieu en cas de défaillances. Ils officialisent également le mécanisme unique de résolution, fondé sur deux piliers, le conseil de résolution unique en charge de la liquidation éventuelle des banques et un fonds de résolution commun alimenté par le secteur bancaire. Ces dispositions participent pleinement aux efforts des différentes institutions pour pérenniser la stabilité de l’union monétaire.

www.cmcmarkets.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...