Connexion
/ Inscription
Mon espace

Nouveau record des levées de fonds: 354 milliards de dollars, l’Europe fait jeu égal avec les Etats-Unis

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
  • Nouveau record pour le volume des fonds à investir en immobilier d’entreprise avec 354 milliards de dollars recensés par DTZ, à partir des données collectées auprès de 3 000 fonds.

  • Plus forte croissance des volumes enregistrée en Europe (7%), suivie par l’Asie-Pacifique. Stabilité de la levée de fonds aux Etats-Unis, d’où un volume désormais égal entre Europe et USA.

  • Pour la 1ère fois depuis 2 ans, croissance des fonds nouvellement levés, en écho à un abaissement de la perception du risque immobilier, et à une certaine attractivité de ce secteur

  • Recul attendu dans les nouvelles levées de fonds compte tenu de la baisse des valeurs et de la hausse des taux d’intérêt. Les investisseurs core ont tout intérêt à faire évoluer leur stratégie tant que les opportunités sont encore présentes. 

DTZ, a UGL company Research a publié une preview de son étude à paraître Great Wall of Money. Selon cette analyse, le montant total des fonds à investir en immobilier d’entreprise a augmenté de 4% au cours du 2nd semestre 2013 pour atteindre un nouveau record avec 354 milliards de dollars.

Nigel Almond, Head of Strategy Research de DTZ, commente: « On observe une croissance des capitaux à investir dans toutes les régions du monde à l’exception des Amériques. L’Europe enregistre la plus forte hausse (+7%) et 129 milliards de dollars, suivie par l’Asie Pacifique (+6% et 96 milliards de dollars). Les volumes sont stables aux Amériques avec 129 milliards de dollars. Il y a donc autant de capitaux à investir en Europe que sur le continent américain, un fait inédit depuis 18 mois. La hausse des capitaux nouvellement levés est essentiellement liée à une remontée des taux d’endettement. A l’échelle mondiale, ils sont passés de 52% à 55%, hausses relevées dans toutes les régions mais avec des niveaux plus faibles en Europe (48%). »

Depuis la première fois en 2011, la levée de fonds s’est contractée de 2% passant de 310 milliards de dollars à 305 milliards de dollars. Les investisseurs profitent aujourd’hui de conditions de marchés attractifs pour investir les fonds précédemment levés, comme l’atteste la hausse des volumes d’investissement. Simultanément, le volume de capitaux en cours de levée de fonds a progressé de 60% pour atteindre 49 milliards de dollars, retournant la tendance baissière observée sur les deux dernières années.

Le poids des fonds mono pays a progressé et représente 60% du volume des capitaux, contre 55% il y a 6 mois. Les Etats-Unis continuent de dominer le palmarès avec 41% des capitaux levés, même si leur part de marché a baissé (50% il y a deux ans). Près d’un quart des fonds levés a pour cible le marché européen avec en tête le Royaume-Uni et l’Allemagne. Les volumes de fonds sont aussi orientés à la hausse en Asie Pacifique, et au Japon en particulier où le marché sort de la crise. A l’opposé il y a moins de fonds souhaitant s’investir en Chine, alors que le marché ralentit.

Au niveau mondial, les deux tiers des capitaux levés annoncent une stratégie d’investissement non core, avec des écarts sensibles selon les régions considérées. En Europe, les fonds core représentent encore 28% des capitaux levés et près de 50% pour les nouveaux fonds. En Asie Pacifique, les fonds core nouvellement levés comptent pour 22% du volume total des capitaux. 

Hans Vrensen, Global Head of Research de DTZ, ajoute: « Selon notre indice Fair Value, nous anticipons une baisse de l’attractivité du marché de l’investissement, alors que les taux d’intérêt vont remonter. Par voie de conséquence, la fenêtre d’opportunités sur le segment core va se rétrécir en 2014 et 2015. Nous anticipons donc une baisse dans les engagements des fonds levés. Les investisseurs devront faire évoluer leur stratégie et s’intéresser aux marchés non core où des opportunités sont présentes…pour plus longtemps. En conclusion, nous anticipons que les prochaines levées de fonds se réaliseront sur des profils plus value-added ». 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...