Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les annonces de la FED ont jeté un coup de froid sur les marchés boursiers…

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

… et les investisseurs vont devoir s’accommoder d’une progression autonome des actifs boursiers, sans soutien artificiel.  

Par Judith Danan, Head of Sales Trading de CMC Markets France.
A l’occasion de la réunion du comité de politique monétaire de la banque centrale, mercredi, la Présidente de l’institution a dévoilé les intentions de la FED. Et le cap fixé se précise quelque peu. Sans surprise, la Fed poursuit dans la voie de la diminution graduelle de son « quantitative Easing », avec un rythme d’achats d’actifs mensuel ramené à 55 Mds$ (contre 65 précédemment). Mais surtout, Janet Yellen s’est affranchie de sa réputation jusqu’ici très « accommodante » en durcissant le ton. En suggérant en effet un resserrement monétaire à partir du printemps 2015, qui se concrétiserait par le tout premier relèvement du principal taux directeur depuis 2006, la patronne de la FED a clairement indiqué que la normalisation de l’environnement monétaire était bel et bien enclenchée. Plus question d’offrir des conditions monétaires hautement expansionnistes, par nature exceptionnelles, aux marchés financiers, alors même que l’économie nord-américaine retrouve une dynamique soutenue. Qui plus est, le programme de rachats d’actifs de la FED devrait s’éteindre définitivement à l’automne prochain.

Alors que les indices boursiers restent exposés au regain de volatilité en raison des tensions politiques entre la Russie et l’Occident et du ralentissement économique des pays émergents, ces nouvelles orientations monétaires semblent avoir pris de court les investisseurs, même si ce scénario était anticipé depuis plusieurs mois. Le coup de froid jeté sur les marchés aux Etats-Unis et en Europe, ressemble davantage à une sur-réaction qu’à un profond mouvement d’inquiétude quant aux perspectives, à moyen terme, d’évolution des actifs boursiers. La correction consécutive à l’annonce de la FED résulte surtout d’une déception par rapport au calendrier du resserrement monétaire auquel pouvaient s’attendre les investisseurs. Mais les quelques mois de moins dont ils disposent pour se réhabituer à un contexte de marché où la progression des actifs va redevenir autonome, sans soutien artificiel, ne peuvent pas être considérés comme un facteur de déstabilisation ou un catalyseur baissier.

Les investisseurs vont très vite digérer cette annonce et se reconcentrer sur les fondamentaux des marchés boursiers, en particulier les perspectives de croissance bénéficiaire des entreprises, dans une économie mondiale à la croissance moins vigoureuse, mais probablement mieux équilibrée.
Selon le « Sentiment Clients », baromètre du sentiment des clients de CMC Markets et établi quotidiennement à partir de leurs positions réelles, on observe une inversion de tendance sur les indices Cac 40 et Dow Jones, aujourd’hui acheteurs (à respectivement 62% et 71%), alors que les investisseurs restaient à l’écart la semaine passée. Ce mouvement confirme que ces derniers profitent de nouveaux points d’entrée à des cours plus attractifs.
A contrario, les flux sont vendeurs sur le DAX (à 53% contre 80% à l’achat la semaine passée).  
Les investisseurs restent optimistes sur le Forex, quant à l’appréciation du dollar. Ils vendent massivement l’EUR et le GBP contre l’USD (flux vendeurs à près de 80%). 
Le billet vert profite de la perspective d’un tour de vis monétaire (favorable à une remontée mécanique du dollar) et se maintient non loin d’un pic de deux semaines face à un panier de devises internationales. 

www.cmcmarkets.fr/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...