Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le marché immobilier de la Côte Basque de plus en plus contrasté

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

Si plusieurs statistiques font état d’une baisse des prix de plus de 20% au cours des trois dernières années et si Barnes, acteur sur le segment de l’immobilier de luxe, ne conteste pas ces chiffres, ce dernier a finalisé cet hiver 2 transactions au-delà de 5 M€, dont une de près de 10 M€. Il s’agissait bien entendu pour ce dernier bien d’une transaction hors normes par bien des aspects : hôtel haut de gamme situé face à la mer dans le village très chic de Bidart, où acquéreur et vendeur étaient des professionnels du tourisme de luxe.

Il n’en demeure pas moins une tendance révélatrice notée par Barnes : un nombre croissant de particuliers français, mais aussi étrangers, qui font le pari d’investir dans des hôtels, ou dans l’immobilier para-hôtelier, des établissements considérés comme biens professionnels qui échappent à l’ISF. Egalement, d’un point de vue rentabilité, les recettes d’exploitation dégagent un meilleur rendement que les intérêts servis par les placements bancaires.

C’est ainsi que des particuliers retirent une partie de leurs avoirs liquides pour les placer dans la pierre :des hôtels certes, mais plus classiquement dans des maisons situées dans le proche arrière-pays, ou dans des appartements donnant sur l’Océan. Si quelques biens sans défaut et situés aux endroits les plus prisés continuent à se vendre à des prix supérieurs à 2 M€, la plupart des transactions de biens de qualité oscillent entre 800 000 et 1,2 M€. Les acquéreurs sont des particuliers aisés, originaires principalement de Bordeaux, Toulouse et la région parisienne, ainsi que des Français non-résidents, dont bon nombre d’entre eux expatriés à Londres. A noter aussi l’acquisition réalisée par un compatriote installé à Singapour, qui voulait « malgré tout » garder un lien avec son pays natal.

Ces diverses preuves d’appétence pour l’immobilier, du moment qu’il est de qualité, suggèrent à Barnes que le marché sur la côte basque se trouve plutôt en phase de stabilisation, même s’il se trouve des professionnels pour pronostiquer une poursuite de la baisse.

www.barnes-international.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Immobilier de luxe : clignotants au vert-dollar chez les « gilets gold »

Loin des préoccupations du Grand débat national, les millionnaires et milliardaires internationaux continuent de prospérer et d'acquérir de l'immobilier. Focus sur cette population peu nombreuse mais très active. Toujours plus riches, toujours plus nombreux : ça va bien pour les High Net Worth Individuals (HNWI, plus de 3 millions de dollars de patrimoine, soit 2,6 millions d'euros) et encore mieux pour les Ultra-HNWI (plus de 30 millions de dollars de patrimoine). Le nombre de ces derniers,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Les taux bas se maintiennent

La météo des taux de Cafpi  Comme pressenti, les taux de crédit immobilier restent bas en ce début d'année : en janvier les taux effectivement pratiqués ont été de 0,84% sur 10 ans, 1,09% sur 15 ans, 1,29% sur 20 ans et 1,50% sur 25 ans. « Le maintien des taux à ce bas niveau permet à l'activité de se maintenir en janvier. On assiste d'ailleurs à une situation exceptionnelle avec des taux qui se maintiennent au niveau de l'inflation. Cette situation devrait perdurer dans les mois à venir »,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Explosion des encours de crédits immobiliers : merci les taux bas !

Selon la Banque de France, l'encours de crédits immobiliers avait atteint 1 003 Mds€ à fin novembre 2018. Un chiffre jamais atteint auparavant et qui représente l'équivalent de la moitié de la dette de l'État. Ce chiffre record s'explique bien évidemment par les taux de crédits immobiliers très bas qui poussent toujours les emprunteurs à emprunter massivement et ce, même malgré l'augmentation des prix de l'immobilier. « Aujourd'hui le crédit immobilier reste le seul outil de captation de...