Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les marchés boursiers manquent actuellement de catalyseurs haussiers

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Judith Danan, Head of Sales Trading de CMC Markets France

En Europe, les principaux indices ont calé depuis trois séances, un ralentissement prévisible après des prises de bénéfices (flirtant avec les 4 420 points, l’indice parisien s’est traité lundi dernier à des niveaux inédits depuis août 2008). Mais la perspective de plus-values par ces arbitrages ne suffit pas à expliquer le coup de frein des actions. Le regain d’incertitudes quant à la stabilisation de la situation politique en Ukraine et à l’orientation des indicateurs macroéconomiques américains pèse sur les places boursières et incitent les intervenants de marché à protéger leur portefeuille.

En Europe de l’Est, les derniers évènements politiques ukrainiens suscitent un net regain de volatilité sur les actions et malgré la perspective d’une sortie de crise par la constitution d’un gouvernement d’unité nationale, les incertitudes politiques et leurs conséquences géopolitiques sont de nature à déstabiliser, par contagion, la situation économique et les marchés boursiers d’autres pays émergents de la région.

Aux Etats-Unis, Janet Yellen attend davantage de signaux de la part de l’ensemble des composantes économiques. Sur le plan macroéconomique, les derniers chiffres sur l’emploi sont ressortis en dégradation, avec une hausse inattendue des inscriptions hebdomadaires au chômage au cours de la semaine du 22 février (14 000 inscriptions supplémentaires, à 348 000). Cette publication mitigée fait suite à celle, quelques jours plus tôt, d’un indice PMI markit manufacturier en baisse. A 52,7, l’indice a perdu quatre points sur une semaine, un reflux accordé par les observateurs aux mauvaises conditions climatiques aux Etats-Unis.
Le ralentissement récent de l’expansion des indicateurs conjoncturels américains a été appréhendé avec précaution par Janet Yellen, dont le discours au Sénat U.S. a été attentivement suivi par les investisseurs boursiers. La responsable de la FED a notamment indiqué qu’il était difficile d’évaluer l’impact véritable des conditions climatiques sur la moins bonne orientation des indicateurs. Janet Yellen a apporté quelques indications sur le tapering de la Réserve Fédérale, insistant sur le fait que le seul objectif d’un taux de chômage plus faible ne pouvait constituer à lui seul un indicateur suffisant pour évaluer la bonne santé économique des Etats-Unis. Autrement dit, il faudra davantage de signaux de la part de l’ensemble des composantes de l’économie pour que la FED passe d’une réduction progressive de son programme d’achats d’actifs à une hausse de ses taux directeurs.

Sentiment « vendeur » sur les principaux indices actions. Le coup de frein des marchés se traduit assez logiquement par une orientation majoritairement vendeuse sur les différents indices actions. Selon le « Sentiment Clients », baromètre des 45 000 clients de CMC Markets dans le monde et établi quotidiennement à partir de leurs positions réelles, les flux sont significativement vendeurs sur les indices Cac 40 à 78% et Dow Jones à 63%. Ce dernier fait d’ailleurs l’objet d’un net changement de tendance : sentiment globalement acheteur à 55% la semaine dernière. A contrario, le sentiment redevient optimiste sur le Dax allemand acheteur à 51%, tandis que le Japan 225 suscite toujours l’appétit des investisseurs acheteurs à plus de 75%.

Concernant les autres classes d’actifs, les investisseurs demeurent optimistes sur l’or (à l’achat à 66%), dopé par le regain de volatilité des marchés boursiers, mais aussi sur le pétrole Brent pour lequel on observe un repositionnement à l’achat spectaculaire à 65%, contre des positions vendeuses à 60% la semaine dernière. Ce mouvement favorable au baril d’or noir fait figure d’ajustement, après la correction excessive des cours ces derniers jours (-1,4% depuis le 19 février pour le Brent, -0,92% pour le WTI, en raison notamment d’anticipations baissières sur la demande énergétique en fioul de chauffage aux Etats-Unis).

Enfin, les devises sont toujours très jouées dans un environnement où les différentes banques centrales restent actives. Le renchérissement programmé du dollar, orchestré par la FED et le resserrement progressif de ses conditions monétaires, reste le scénario privilégié par les cambistes. Cette perspective justifie aujourd’hui des positions exclusivement vendeuses sur les paires EUR/USD (à 85%) et GBP/USD (à 83%).

www.cmcmarkets.fr

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

yhendrice@agencefargo.com ,

wfassifihri@agencefargo.com

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...