Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Dossier] Le point sur la sortie de crise de l'Europe

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

 

Zoom sur la situation économique de 10 pays de l'Union Européenne
(Cliquez sur les drapeaux pour voir l'analyse)

FRANCE

ESPAGNE

ITALIE

PORTUGAL

PAYS-BAS

REPUBLIQUE TCHEQUE

AUTRICHE

ROUMANIE

GRECE

SLOVAQUIE

L'Europe sort de la récession. Les anticipations économiques et de revenu des consommateurs ont affiché une hausse dans presque tous les pays et étaient plus élevées à la fin de 2013 que l'année précédente. La disposition à acheter varie toujours considérablement mais elle aussi affiche une légère tendance à la hausse. C'est ce qui ressort de l'étude GfK Climat de la consommation en Europe du quatrième trimestre 2013 réalisée dans 14 pays européens.

La Commission européenne (CE) envisage l'avenir avec optimisme. Cette année, on s'attend de nouveau à une solide croissance en Europe. Bien que la CE prévoie finalement une croissance nulle pour l'ensemble de 2013, une croissance de 1,4 % est prédite pour l'année en cours et devrait atteindre 1,9 % en 2015. Cependant, les différents États membres de l'Union européenne présentent encore de grandes différences. Les États baltes d'Estonie, de Lettonie et de Lituanie s'attendent à des taux de croissance situés entre 3 et 4 %. Les experts de Bruxelles ne prédisent qu’une légère amélioration de la performance économique des pays en crise de l'Union européenne, tels que la Grèce, l'Italie, le Portugal et l'Espagne, pour cette année. Chypre et la Slovénie vont même avoir à attendre une année de plus pour que leur économie affiche à nouveau une croissance.

Même si la consolidation budgétaire et les réformes structurelles ont ouvert la voie à un redressement, le chômage ne baissera pas avant un certain temps. L'industrie met également en garde contre les attentes excessives. La production et les prises de commandes ont en effet augmenté pour la quatrième fois consécutive en octobre, mais le redressement est toujours très lent. Les faibles taux de croissance de la production et des commandes sont trop bas pour que les entreprises embauchent du personnel supplémentaire. La CE ne s'attend pas à une réduction sensible du chômage en Europe ou dans la zone euro cette année. Le taux de chômage dans les 18 pays de la zone euro sera probablement toujours aussi élevé en 2014 que l'année précédente, à savoir 12,2 %. La CE prévoit une légère baisse pour 2015, à savoir un taux de 11,8 %.

Cette tendance positive en Europe s'est clairement reflétée dans l'évolution de chaque indicateur au cours de l'année écoulée. Alors que la valeur moyenne de l'indicateur des anticipations économiques de l'Union européenne se situait à - 42 points en décembre 2012, elle a affiché une hausse et atteint - 31,9 points en mars 2013 et - 29 points en juin. En septembre 2013, l'indicateur, en progression de 35 points, a enregistré pour la première fois une valeur positive avec + 6 points et, en décembre 2013, a atteint + 14 points.

Les anticipations de revenu ont enregistré une évolution tout aussi positive. La valeur moyenne en décembre 2012 s'élevait à - 51 points. En mars et juin 2013, la valeur, en hausse, s'élevait à - 42,6 points et - 40 points respectivement. Cet indicateur a également enregistré une augmentation considérable de 23 points en septembre 2013, où la moyenne était -17 points. En décembre 2013, la valeur, qui a atteint - 12 points, a de nouveau affiché une légère hausse.

La disposition à acheter n'a pas autant progressé, mais les valeurs moyennes n'étaient pas aussi basses. Au niveau de l'Europe, l'indicateur s'établissait à - 33 points en décembre 2012 et à - 28,3 points en mars 2013. Il n'a pas beaucoup changé en juin (- 28 points), mais il a affiché une progression notable de 14 points au troisième trimestre, où il s'établissait à - 14 points. L'indicateur s'est encore amélioré en décembre pour clôturer l'année à -10 points.

Pour savoir plus : www.gfk.com/fr

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...