Connexion
/ Inscription
Mon espace

Marché français de la gestion : bilan 2013 et grands chantiers 2014

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Paul-Henri de La Porte du Theil, président de l’AFG et Pierre Bollon, délégué général, ont, au cours d’une conférence de presse, dressé le bilan 2013 de l’industrie française de la gestion et présenté ses grands chantiers 2014.


1/ Bilan 2013

L’année a été marquée par une faible croissance de 3,1% des encours totaux sous gestion, à 3 023 Mds€, et ce malgré le rebond des marchés actions.
- les encours totaux sous gestion (mandats et OPC) ont augmenté de +3,1% franchissant le cap des 3 000 Mds€. Cette évolution résulte de l’augmentation conjointe des mandats et fonds étrangers gérés en France à +5,2% et des fonds de droit français à +1,2%.
- L’industrie française de la gestion d’actifs et ses clients ont bénéficié d’effets marché largement positifs pour les produits orientés actions, tandis que, sur fond de normalisation des marchés de taux, les produits obligataires classiques connaissaient une forte atténuation de cet effet par rapport à 2012 et que les fonds monétaires subissaient l’impact de la faiblesse des taux courts.
- La baisse des placements financiers des ménages n’a pas permis d’enclencher une dynamique positive en termes de collecte dans les réseaux, alors que se poursuivait la diminution des réserves de nombreux investisseurs institutionnels. Dans ce contexte défavorable, certaines sociétés entrepreneuriales et/ou des spécialistes filiales de groupes financiers ont bien tiré leur épingle du jeu et ont réalisé une bonne collecte notamment sur des fonds long terme.
- Le nombre de sociétés de gestion de portefeuille (SGP), avec 38 créations brutes en 2013, continue de croître et atteint désormais 613 unités. La période se caractérise en parallèle par un mouvement de consolidation, de réorganisation et de fusions/absorptions de sociétés de gestion qui devrait se poursuivre en 2014.

 

2/ Chantier 2014

A) Sur le plan national, l’objectif de l’AFG sera de permettre le retour progressifà un marché favorable à la souscription de produits et services de gestionfinançant l’économie :

Mise en œuvre des mesures positives figurant dans les lois de finances de décembre 2013. Le bon démarrage du PEA-PME reposera sur le développement d’une offre de fonds adaptés, permettant de couvrir l’ensemble des actifs éligibles à ce nouveau dispositif. Les souscriptions de fonds actions devraient pouvoir reprendre progressivement, permettant de tirer parti des abattements plus favorables en matière de plus-values. Enfin, l’arrivée des nouveaux contrats d’assurance-vie est saluée bien que mis en place qu’en cours d’année.

En matière d’épargne salariale. L’AFG proposera, dans le cadre de la nouvelle réforme, des aménagements destinés à simplifier les dispositifs, à les étendre à plus de bénéficiaires et à renforcer leur rôle dans le financement de l’économie. L’apport au financement de l’économie des mécanismes d’épargne retraite individuelle pourrait, quant à lui, être renforcé par un élargissement du Perp actuel au-delà de son option assurantielle, comme proposé par l’AFG en 2012.

En matière de produits et de services de gestion, l’AFG continuera à stimuler la réflexion permettant le développement d’une offre innovante, adaptée aux nouvelles conditions de financement de l’économie post-crise. Se poursuivront notamment, dans cet esprit, les travaux de ses commissions ISR, OPCI et Capital Investissement, ainsi que de ses groupes de travail récemment créés « fonds d’infrastructures » et « titrisation ».

En matière de gouvernement d’entreprise, l’AFG continuera à alerter ses membres sur les résolutions des sociétés du SBF 120 en contradiction avec ses recommandations mises à jour en début d’année. Elle réaffirme son attachement au principe d’égalité entre tous les actionnaires et s’oppose au projet de généralisation des droits de vote double en cours de discussion au Parlement qui découragerait les investisseurs et pénaliserait la Place de Paris

L’AFG participera aux réflexions lancées ou annoncées par les Pouvoirs Publics (Assises de la fiscalité, Pacte de compétitivité, Avenir de la Place de Paris), proposant des mesures permettant à notre Place de Gestion de retrouver ou renforcer sa compétitivité internationale.


B) Sur le plan
européen et international, de nombreux textes à fort impact sont en cours d’adoption. Ils mobilisent fortement les Commissions et groupes de travail de l’AFG, qui continuera à se mobiliser.

L’avant-projet de taxe européenne sur les transactions financières aurait, s’il devait être adopté dans une version proche de celle proposée par la Commission, des conséquences dévastatrices. Visant l’épargne et non la spéculation, il ne remplirait pas ses objectifs budgétaires, détruirait des emplois et contraindrait à la délocalisation. L’AFG souhaite que ces travaux permettent de converger vers un texte proche des taxes française ou britannique. 

- Les projets MIF II et PRIPS risquent d’accentuer les iniquités concurrentielles au détriment de l’industrie de la gestion et de ses clients.

- Le projet de règlement sur les fonds monétaires est, dans sa version initiale, très mal calibré. Il est actuellement en discussion au sein du Parlement et du Conseil et l’AFG continuera à se battre, aux côtés des investisseurs, pour que ses dispositions soient rééquilibrées.

Le projet de règlement sur les fonds long terme (ELTIFs), bienvenu, devra être assoupli pour pouvoir bénéficier pleinement au financement de l’économie européenne. Nombre d’amendements proposés au Parlement Européen par son rapporteur vont dans ce sens.

Deux autres dossiers clef mobilisent l’AFG au 1er semestre : les réflexions sur les institutions de taille systémique et les projets européens en matière de structuration des banques.

- Enfin, l’AFG, qui poursuivra en 2014 son activité de promotion internationale de la gestion française (« Paris Fund Industry »), travaille avec le régulateur à la mise au point des derniers textes d’application de la directive AIFM. Plus de 30 SGP françaises ont déjà obtenu l’agrément prévu par ce texte, devançant la date butoir de juillet 2014.  

www.afg.asso.fr

 

Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation