Connexion
/ Inscription
Mon espace

Principales préoccupations des investisseurs aujourd’hui, le ralentissement de la croissance chinoise

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Analyse de Stéphanie de Torquat, stratégiste chez Lombard Odier

Force est de constater que la croissance globale aura tendance à baisser, mais nous considérons qu’il s’agit là d’une évolution bienvenue et attendue depuis longtemps. La question fondamentale, selon nous, est plutôt de savoir si le pays réussira sa transition vers une croissance de meilleure qualité, et la réponse soulève deux interrogations :

- La Chine veut-elle vraiment passer d’une croissance tirée par les investissements à une croissance basée sur la consommation ?

- Quels sont les obstacles et empêcheront ils cette transition de se produire ?

Concernant la première question, les derniers faits observés semblent plaider pour une réponse positive. Alors que, jusqu’en 2007, la croissance du pays reposait majoritairement sur les investissements, les exportations et une balance courante toujours plus excédentaire – finançant à son tour les déficits américains –, la tendance s’est inversée : les excédents extérieurs ont été divisés par plus de quatre en 5 ans, passant de 10,1% du PIB en 2007 à 2,4% en 2012. Suite à ces corrections extérieures, nous anticipons logiquement des corrections intérieures. En effet, la consommation des ménages chinois ne représente que 37% du PIB, soit 31% de moins qu’aux Etats-Unis. Cela pourrait être le point de départ d’une nouvelle tendance, même si l’évolution est lente. Tandis que, l’année dernière, le programme de réforme accordait plus d’importance à la consommation intérieure, la nature des investissements en capital fixe, bien que toujours très élevés à 47% du PIB en 2012, semble aussi évoluer : en 2012, la croissance des investissements dans le secteur tertiaire (services) a surpassé celle du secteur secondaire et la tendance semble se confirmer en 2013. De plus, la banque centrale chinoise (PBoC) a nettement réduit la taille de son bilan - de 68% du PIB en 2009 à 56% aujourd’hui -, durcissant efficacement sa politique monétaire et permettant au yuan (CNY) de s’apprécier malgré une croissance en baisse, une inflation modérée et d’importantes pertes de compétitivité. Le fait que la Chine ait abandonné sa « vieille » habitude de doper la croissance par des dévaluations est probablement la meilleure preuve de sa disposition à contribuer au rééquilibrage de l’économie mondiale. Dans ce cas, qu’est-ce qui pourrait faire obstacle à une transition réussie ?

Premier obstacle, la dette 
qui s’élevait à 26% du PIB en 2012 selon le FMI, semble très faible à première vue, mais ce chiffre ne tient pas compte de la dette colossale des collectivités locales qui a atteint RMB 17 900 Mds en juin 2013 (34% du PIB 2012). De plus, bien que, jusqu’à présent, les entreprises d’Etat aient été maintenues à flot grâce à des taux d’intérêt artificiellement (et injustement ?) bas, les fondamentaux sont faibles. Le coefficient d’endettement des entreprises d’Etat est passé de 56% à 62% depuis 2007 ; les prêts non productifs des banques pourraient donc augmenter rapidement avec la libéralisation des taux d’intérêt.

Deuxième obstacle, le secteur immobilier. Dans les quatre  villes les plus importantes, les prix de l’immobilier résidentiel ont atteint des niveaux record en novembre et augmentent à un rythme annuel de 19%. En outre, les taux d’épargne des consommateurs demeurent extrêmement élevés, à 42% du revenu disponible, et le nombre de demandeurs d’emplois dans les zones urbaines continue de progresser, ce qui ne favorise pas la consommation - sans parler de la faiblesse du filet de protection sociale. Enfin, l’ouverture des marchés chinois est susceptible d’entraîner des sorties de capitaux. Toute perte de contrôle sur ce front pourrait amener les autorités chinoises à recourir de nouveau aux dévaluations.

Dans ce contexte, une évolution intéressante en  2013 a été l’ouverture supplémentaire du marché obligataire offshore, avec la signature d’accords de swap de devises entre la PBoC et la BoE/BCE.
L’analyse ci-dessus suggère que le CNY devrait poursuivre sa tendance haussière. De plus, le marché obligataire chinois (Dim Sum) ouvert depuis peu offre des rendements attrayants par rapport à ceux des pays développés. La combinaison de rendements élevés et d’une appréciation de la monnaie représente une opportunité intéressante, même si le resserrement monétaire et la libéralisation des taux d’intérêt pourraient être sources de volatilité à court terme.

A tous ceux qui ne peuvent (ou ne veulent) pas investir sur le marché obligataire, nous recommandons au moins de tirer parti de l’appréciation de la devise.

www.lombardodier.com/fr



 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...