Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Toutes les actions européennes ne sont pas bonnes à acheter »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Dylan Baron, gérant Actions chez Quilvest Gestion

Dans un marché européen dont la valorisation globale est désormais élevée, il est d’autant plus important d’identifier les titres affichant les décotes les plus attractives. En cas de révisions baissières de leurs résultats, l’impact sur le cours de bourse a de quoi être amorti par un multiple de valorisation déjà faible. Ce type de valeurs est particulièrement bien représenté dans certains secteurs, comme l’automobile ou la finance.

Alors que le consensus de marché table sur une poursuite de la tendance haussière des actions européennes, anticipant notamment le rebond des résultats d’entreprises pour 2014, les marchés ont débuté l’année sur une note négative. Le coup de frein subi par les indices européens et leurs homologues à Wall Street, et plus encore la déstabilisation à laquelle sont exposés les marchés émergents, démontrent que les actifs risqués ne connaîtront pas une trajectoire aussi linéaire qu’en 2013. Le retour des facteurs d’incertitude et les distorsions géographiques, sectorielles ou thématiques, militent en faveur d’une gestion d’actifs des plus sélectives. Toutes les actions européennes ne sont pas bonnes à acheter.

Le « stock-picking » des investisseurs devra intégrer avec discernement, le véritable potentiel de revalorisation des actifs boursiers. Ces deux dernières années, les analystes fondaient beaucoup d’espoirs sur l’amélioration des résultats d’entreprises. Anticipée positivement, la croissance bénéficiaire des sociétés a globalement été révisée à la baisse trimestre après trimestre. Ces déceptions n’ont pas empêché le rally des actions des marchés développés, dans la mesure où les multiples de valorisation restaient relativement faibles, donc attrayants, dans un contexte de reprise boursière.

Aujourd’hui le scénario d’une poursuite de la tendance haussière sur les actions sans amélioration matérialisée des résultats micoréoconomiques a peu de chance de se répéter. En Europe, le mouvement de revalorisation des actions au cours des derniers mois a déjà rehaussé le PE de l’indice Stoxx 600 à 13,6 fois les résultats estimés, un niveau élevé. Les prévisions de croissance bénéficiaire sont très positives pour cette année, de l’ordre de 10%. Mais en cas de révisions baissières, les investisseurs n’échapperont pas à une correction boursière. Les marchés en font l’expérience en début d’année, avec quelques entreprises européennes qui ont communiqué des profit warning (Alstom, Fiat, Shell, Essilor).

Dans un marché dont la valorisation globale est élevée, il est d’autant plus important d’identifier les titres affichant les décotes les plus attractives. En cas de révisions baissières de leurs résultats, l’impact sur le cours de bourse a de quoi être amorti par un multiple de valorisation déjà faible. La finance (banques et assurances, dont les PE sont respectivement de 11,7 et 10,3 fois les résultats) et l’automobile (PE à 10 fois les résultats) sont les secteurs où les opportunités d’un rebond structurel sont les plus évidentes. Par exemple, l’industrie automobile européenne sort d’un point bas : jamais les ventes de voitures neuves n’ont été aussi faibles depuis dix-sept ans. Comme pour tout secteur exposé au cycle économique, la reprise de la croissance européenne devrait permettre aux constructeurs automobiles de repartir de l’avant. Les groupes Renault (PE à 7,6) et Volkswagen (PE à 8,2) sont ceux dont l’activité est la plus exposée au marché européen (qui compte pour plus de 60% de leur chiffre d’affaires), cela devrait représenter un levier important pour une revalorisation boursière. En revanche, il est moins pertinent de jouer les équipementiers automobiles qui cotent sur des niveaux moins attractifs (Valeo à 12,3 fois les résultats, Faurecia à 12,6). En bourse, ces derniers ont donc un temps d’avance sur les constructeurs et leur potentiel de rattrapage est plus limité.

La répartition géographique de l’activité des entreprises va être un facteur de discrimination boursière important, tout au moins à court-moyen terme. Les fortes tensions sur les marchés émergents, pénalisés non seulement par le « tapering » américain qui encourage le retrait des capitaux étrangers, mais aussi par le ralentissement d’une Chine en pleine transition économique, justifient de sélectionner des valeurs de la zone euro peu exposées à l’international et en particulier à ces économies. Depuis un semestre, l’indice EuroStoxx surperforme sensiblement l’indice Stoxx Hors zone euro, un constat corroboré par de meilleures performances pour les valeurs domestiques européennes par rapport aux valeurs globales (surperformance de +25% en faveur des premières).

Et au sein de l’Union monétaire, les actions des pays périphériques retrouvent de leur attrait. L’aversion au risque sur les pays périphériques étant moins sensible qu’il y a quelques temps, le momentum de marché leur est très favorable, avec une décote qui ne restera pas aussi conséquente très longtemps.

www.quilvest.fr/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...