Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les sociétés de gestion de toutes tailles doivent envisager les rapprochements comme un moteur de développement

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Tribune d’Olivier Blitz, Président Directeur Général de 360 AM et futur PDG de 360HixanceAM, et
Olivier Stephanopoli, Directeur Général Délégué d’OTCex, futur actionnaire institutionnel de référence de 360Hixance AM.
(360 AM et Hixance AM, en cours de rapprochement, attendent l’agrément de l’AMF)

 La vigueur de la démographie du secteur de la gestion d’actifs (34 nouvelles sociétés de gestion créées en 2012 et sans doute le même nombre en 2013), si elle est une bonne nouvelle pour le dynamisme de la Place de Paris, ne fait que renforcer le déséquilibre entre des leaders au poids écrasant, souvent dopés par les flux captifs issus du réseau de leurs maison-mères, et des centaines de sociétés de gestion, dont beaucoup restent à la recherche d’un modèle économique pérenne. Les 15 premiers acteurs de ce secteur qui en comptent plus de 600, pèsent ainsi à eux seuls plus des trois-quarts du marché. Dans ce contexte, outre la recherche de nouveaux vecteurs de croissance, les sociétés de gestion entrepreneuriales doivent savoir envisager des rapprochements, sous la forme d’acquisitions ou de fusions entre égaux. Des opérations qui permettraient sans nul doute d’actionner plus aisément les moteurs de développement commerciaux habituels.

Car cette atomisation est loin d’être anodine pour le secteur, dont elle commence à affecter la viabilité : environ la moitié des sociétés de gestion gérant des encours inférieurs à 100 M€ affichent des pertes. La faute à une inflation des coûts opérationnels et de conformité, mais aussi à des gammes centrées sur le segment particulièrement concurrentiel des gestions diversifiées traditionnelles.

Dépasser l’encours critique
Cette structure du marché a aussi des conséquences sur la capacité de ces acteurs à croître. De nombreuses sociétés de gestion entrepreneuriales se sont cantonnées à une unique expertise, qui les rend très sensibles à l’évolution du contexte de marché et limite leur capacité de distribution. En outre, leurs encours sont souvent trop faibles pour attirer les grands investisseurs institutionnels, contraints par leurs ratios d’emprise, voire pour obtenir des référencements sur l’ensemble des plates-formes de distribution, mais aussi pour répondre à certains critères quantitatifs des multigérants. Comment, dans ces conditions, consentir les investissements nécessaires à leur propre développement, qu’il soit domestique ou international ? Comment dépasser l’encours critique de quelques centaines de millions d’euros au-delà duquel leur potentiel peut enfin se libérer ? En se regroupant.

En réalité, la recomposition du marché a commencé de longue date. Mais elle l’a fait par le haut. Le mariage de SGAM et de CAAM a donné naissance à Amundi, un leader européen incontesté, tandis que le groupe BPCE a réorganisé son activité de gestion d’actifs autour du modèle multi-boutiques largement mondialisé de Natixis Global AM. Cette recomposition ne doit pas s’arrêter là. Surtout, ce mouvement doit irriguer l’ensemble du secteur, à la faveur de rapprochements opportunistes de sociétés de gestion entrepreneuriales.

Economies d’échelle et mutualisation
Car au-delà de cet objectif de masse critique, ces opérations répondent aussi à des logiques industrielles et commerciales dictées par la recherche de capacité d’adaptation à l’aléa règlementaire (AIFMD, incertitudes sur le modèle économique des distributeurs…) et d’économies d’échelle, de mutualisation des frais de représentation, de référencement auprès des plates-formes d’assurance, des prestataires externes (commissaires aux comptes, déontologues externes, dépositaires, valorisateurs, avocats), des outils d’information financière, des systèmes d’information (outils de valorisation des produits complexes, outils de passage d’ordres, CRM…). Des synergies de coûts, qui génèrent une très rapide amélioration de la rentabilité, apparaissent naturellement, mais aussi des synergies de revenus. Car les rapprochements permettent d’accroitre la force de frappe commerciale, de diversifier la clientèle donc les sources de collecte et d’enrichir les gammes. D’où une moindre vulnérabilité au momentum de marché et aux effets de mimétisme.

Reste qu’en dépit de ces avantages évidents, de l’enclenchement de ces cercles vertueux, peu d’acteurs ont sauté le pas. En cause : les risques d’exécution et les problèmes de gouvernance que ces mariages entre égaux ne manquent pas de poser. C’est pourtant la seule voie possible. Il en va de la diversité du secteur, autant que de l’intérêt des investisseurs finaux.

www.360-am.com

 

Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Sfaf : le catalogue des formations 2019 est en ligne

Les nouveautés du catalogue 2019 :  Une rubrique Analyse Extra Financière, avec les formations- Enrichir l'analyse financière par l'ESG- La Gouvernance ou ce qui fait la différence sur le long terme- L'investissement responsable et à impact sociétal Mais aussi des séminaires sur …- Les principes de l'analyse crédit- Une initiation au Big Data et à l'IA dans la finance Enfin, de nouvelles formations en lien avec l'actualité réglementaire…- Comprendre et appliquer la directive MIFID II-...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
10ème Observatoire des Offres Publiques

Publié par EY, les résultats de cette nouvelle édition recense et analyse l'ensemble des offres publiques intervenues sur les actions de sociétés cotées en France, déclarées conformes en 2018 par l'AMF.  A cette analyse s'ajoute celle de l'évolution des marchés Paris de la cotation sur la place de Paris (introductions en bourse, retraits de cote, réformes, …) ainsi que le recensement des principales augmentations de capital sur le marché boursier français. 22 offres publiques portant sur des...