Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les dommages collatéraux de la politique monétaire américaine

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France

Comme attendu, la Réserve Fédérale américaine n’a rien changé à sa ligne de conduite quant à son « tapering ». La FED a réduit un peu plus ses achats d’actifs. Désormais les injections de liquidités sur les marchés financiers refluent à 65 Mds$ par mois, contre 85 Mds avant le mois de décembre 2013. Cette décision confirme l’état d’esprit très « selfish » de la banque centrale américaine : alors que les marchés émergents sont vigoureusement secoués par le virage monétaire de la FED depuis quelques semaines, entre déstabilisation des devises et forte correction boursière, l’institution monétaire n’a pas envisagé d’éventuelle suspension temporaire de son resserrement monétaire.

Prompte à pressuriser sa monnaie, par des mesures non conventionnelles inédites destinées à redynamiser la compétitivité économique des Etats-Unis au moment de la crise, la FED n’est aujourd’hui focalisée que sur la reprise de l’économie outre Atlantique. Celle-ci justifie une normalisation des conditions monétaires, au détriment des marchés émergents pour lesquels la hausse des taux obligataires pèse sur les déficits budgétaires, mais surtout les flux de capitaux. La perspective de taux plus rémunérateurs à l’avenir sur les emprunts d’Etat « core » diminue l’attrait des actifs à risque que représentent les actions des pays émergents.

Conséquence, les marchés sont pénalisés par un regain de volatilité et d’aversion au risque. Les tensions sur les Bourses émergentes ont gagné les marchés occidentaux et plusieurs arbitrages sont privilégiés.

Le dollar US s’apprécie quasiment contre toutes les monnaies et le billet vert est particulièrement joué contre les devises émergentes (la livre turque est sous pression), tandis que l’or retrouve de son attrait auprès des investisseurs actifs. L’once d’or qui s’est appréciée de +3.35% depuis le 1er janvier, permet de protéger les portefeuilles contre les mouvements de capitaux massifs, dans un marché de nouveau « risk-off ». Les indices européens ont corrigé entre 2 et 3% depuis le début de l’année, offrant des niveaux d’entrée un peu plus intéressants qu’en fin d’année 2013, après un an et demi de revalorisation des PE. Même son de cloche à Wall Street, avec une baisse de -4.39% pour le Dow Jones.

www.cmcmarkets.fr/



 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...