Connexion
/ Inscription
Mon espace

Première étude sur la dépréciation du goodwill des entreprises européennes publiée par Duff & Phelps

BE - Culture & Société
ABONNÉS

La majorité des entreprises interrogées anticipe un changement pour les futurs tests de dépréciation de goodwill suite à l’introduction de la norme IFRS 1
Réalisée en partenariat avec Mergermarket, l’étude porte sur les données financières de la période 2010/2012 de sociétés du Stoxx Europe 600 (grandes, moyennes et petites capitalisations boursières de 18 pays Européens).

Principaux faits marquants pour 2012 :

- La dépréciation totale du goodwill des sociétés du Stoxx Europe 600, de l’ordre de 65 Mds€, représente une baisse d’environ 15% par rapport aux 77Mds€  enregistrés en 2011.

- Sur le plan sectoriel,
     . les Télécoms ont enregistré la provision pour dépréciation de goodwill la plus élevée en 2012, avec une dépréciation cumulée de 23,4 Mds€.
     . le secteur Financier et celui des Matériaux arrivent en 2ème et 3ème position, avec une dépréciation totale du goodwill de respectivement 15,2 et 14,2 Mds€.

Ces dynamiques de l'industrie européenne contrastent avec les constatations de l'étude diffusée récemment par Duff & Phelps sur la dépréciation du goodwill aux États-Unis (U.S. Goodwill Impairment Study) : selon cette étude, 67% de la dépréciation du goodwill enregistrée en 2012 concernent les secteurs des Technologies de l’Information, Industrie et Santé. Au niveau géographique, les sociétés du Royaume-Uni ont enregistré les dépréciations de goodwill les plus élevées en 2012.

Environ 40% des sociétés européennes répondantes ont comptabilisé une dépréciation de goodwill en 2012. Raisons  invoquées : « les conditions générales du marché » et le « le ralentissement général de l'industrie ». Les situations spécifiques à une unité génératrice de trésorerie (UGT) ont été mentionnées mais avec une incidence moins importante.

Cette étude contient également des informations obtenues dans le cadre de discussions informelles auprès d'un échantillon d'investisseurs et d'analystes européens.

De manière générale, ces acteurs du marché ont souligné l'importance d'une communication transparente du goodwill. Ils insistent tout particulièrement sur le caractère suffisant des informations communiquées en matière de méthode de dépréciation, de paramètres de valorisation et d’hypothèses.

Duff & Phelps a également publié le 12 novembre une étude sur les dépréciations du goodwill sur le marché américain. Sera également publiée cette semaine une étude sur le marché canadien.

Accéder aux différentes études www.duffandphelps.com

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...