Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les chasseurs japonais partent harponner les baleines dans l'Antarctique malgré l'imminence du jugement de la Cour internationale de justice

ABONNÉS

Les baleiniers japonais ont levé l'ancre pour l'Antarctique, décidés à y chasser un millier de baleines, faisant fi du jugement que doit prochainement rendre la Cour internationale de justice (CIJ) sur la légalité de telles actions. Le Fonds international pour la protection des animaux exhorte le gouvernement japonais à rappeler sa flotte et à attendre, comme il se doit, le jugement de la CIJ faisant suite au recours déposé par l'Australie au sujet de la chasse pratiquée par le Japon dans les eaux de l'océan Austral.

Opposé à la chasse commerciale à la baleine, pratique jugée cruelle et inutile, IFAW se félicite de cette action en justice. Le Japon chasse la baleine dans les mers de l'Antarctique à de prétendues fins scientifiques, en dépit de l'interdiction internationale de la chasse à la baleine commerciale.

« La chasse prétendument scientifique à laquelle se livre le Japon repose sur un argumentaire fallacieux et n'est,ni plus ni moins,qu'une chasse commerciale déguisée. Lancer une flotte de baleiniers alors que le jugement de la CIJ va bientôt être rendu témoigne d'un manque de respect évident pour l'action en justice intentée par l'Australie. Le Premier ministre australien Tony Abbott doit exhorter son homologue japonais, le Premier ministre ShinzoAbe, à rappeler la flotte de baleiniers dans l'attente du jugement de la cour », fait valoir Matthew Collis, en charge du programme baleine pour IFAW en Océanie.

Selon les médias japonais, les baleiniers se dirigent actuellement vers le Sanctuaire de l'océan Austral pour y tuer jusqu'à 935 baleines de Minke et 50 rorquals communs menacés d'extinction, en dépit de l'opposition de la communauté internationale et de la faible demande en viande de baleine. Le gouvernement japonais puise plusieurs millions de dollars par an dans les caisses de l'État pour entretenir sa flotte vieillissante.

« En décidant d'envoyer sa flotte en Antarctique alors que les délibérations de la Cour internationale de justicene sont pas terminées, le Japon risque de ternir encore un peu plus sa réputation sur la scène internationale », met en garde Patrick Ramage, Directeur du programme Baleines d'IFAW.

Dans un rapport publié en février 2013 intitulé « The Economics of Japanese Whaling » (Économie de la chasse à la baleine japonaise), IFAW montre comment le gouvernement nippon est allé jusqu'à détourner les fonds d'aide aux victimes du tsunami au profit de la chasse à la baleine. Les aides publiques annuelles octroyées aux chasseurs de baleines japonais s'élèvent en moyenne à 782 millions de yens (6,6 millions d'euros). En 2011, ce chiffre a augmenté d'environ 2,28 milliards de yens, soit près de 20 millions d'euros.

Il n'existe tout simplement aucun moyen humain de tuer une baleine : on constate sur des vidéos de chasse que les baleines agonisent parfois pendant plus d'une demi-heure avant de mourir. La viande issue de cette pratique est en grande partie stockée ou vendue au rabais à des hôpitaux et des écoles.

Si le marché de la viande de baleine bat de l'aile, l'observation des baleines représente en revanche une solution humaine et lucrative pour exploiter ces animaux, puisqu'elle rapporte déjà 2,1 milliards de dollars par an aux communautés côtières partout dans le monde.

Rien qu'au Japon, elle a rapporté quelque 22 millions de dollars en 2008. On dénombre aujourd'hui trente opérateurs spécialisés dans l'observation de baleines répartis dans une dizaine de localités le long de la côte japonaise, un essor qui confirme que l'observation responsable des baleines est la seule exploitation possible de cet animal qui soit responsable et véritablement durable.

L'audience du procès à la CIJ intenté par l'Australie contre les baleiniers japonais chassant dans l'Antarctique a débuté le 26 juin 2013 et a duré trois semaines. La Cour devrait rendre son jugement au cours des prochaines semaines.

Pour en savoir plus :

« The Economicsof JapaneseWhaling » : http://www.ifaw.org/international/resource-centre/economics-japanese-whaling

IFAW : www.ifaw.org

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...

BE - Culture & Société
ABONNES
TOP 5 des métiers à impact qui recrutent en 2019.

 Les métiers du Développement Durable et de la RSE ont  le vent en poupe !Répondant aux desiderata d'une génération en quête de sens d'une part, et aux nouveaux enjeux et nouvelles obligations législatives des entreprises françaises d'autre part, ces carrières - plus nombreuses et plus riches - ne cessent d'attirer un public toujours plus large. Birdeo, cabinet leader en recrutement et chasse de tête spécialisé dans le Développement Durable, a analysé les besoins exprimés par ses 200 clients,...