Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les chasseurs japonais partent harponner les baleines dans l'Antarctique malgré l'imminence du jugement de la Cour internationale de justice

ABONNÉS

Les baleiniers japonais ont levé l'ancre pour l'Antarctique, décidés à y chasser un millier de baleines, faisant fi du jugement que doit prochainement rendre la Cour internationale de justice (CIJ) sur la légalité de telles actions. Le Fonds international pour la protection des animaux exhorte le gouvernement japonais à rappeler sa flotte et à attendre, comme il se doit, le jugement de la CIJ faisant suite au recours déposé par l'Australie au sujet de la chasse pratiquée par le Japon dans les eaux de l'océan Austral.

Opposé à la chasse commerciale à la baleine, pratique jugée cruelle et inutile, IFAW se félicite de cette action en justice. Le Japon chasse la baleine dans les mers de l'Antarctique à de prétendues fins scientifiques, en dépit de l'interdiction internationale de la chasse à la baleine commerciale.

« La chasse prétendument scientifique à laquelle se livre le Japon repose sur un argumentaire fallacieux et n'est,ni plus ni moins,qu'une chasse commerciale déguisée. Lancer une flotte de baleiniers alors que le jugement de la CIJ va bientôt être rendu témoigne d'un manque de respect évident pour l'action en justice intentée par l'Australie. Le Premier ministre australien Tony Abbott doit exhorter son homologue japonais, le Premier ministre ShinzoAbe, à rappeler la flotte de baleiniers dans l'attente du jugement de la cour », fait valoir Matthew Collis, en charge du programme baleine pour IFAW en Océanie.

Selon les médias japonais, les baleiniers se dirigent actuellement vers le Sanctuaire de l'océan Austral pour y tuer jusqu'à 935 baleines de Minke et 50 rorquals communs menacés d'extinction, en dépit de l'opposition de la communauté internationale et de la faible demande en viande de baleine. Le gouvernement japonais puise plusieurs millions de dollars par an dans les caisses de l'État pour entretenir sa flotte vieillissante.

« En décidant d'envoyer sa flotte en Antarctique alors que les délibérations de la Cour internationale de justicene sont pas terminées, le Japon risque de ternir encore un peu plus sa réputation sur la scène internationale », met en garde Patrick Ramage, Directeur du programme Baleines d'IFAW.

Dans un rapport publié en février 2013 intitulé « The Economics of Japanese Whaling » (Économie de la chasse à la baleine japonaise), IFAW montre comment le gouvernement nippon est allé jusqu'à détourner les fonds d'aide aux victimes du tsunami au profit de la chasse à la baleine. Les aides publiques annuelles octroyées aux chasseurs de baleines japonais s'élèvent en moyenne à 782 millions de yens (6,6 millions d'euros). En 2011, ce chiffre a augmenté d'environ 2,28 milliards de yens, soit près de 20 millions d'euros.

Il n'existe tout simplement aucun moyen humain de tuer une baleine : on constate sur des vidéos de chasse que les baleines agonisent parfois pendant plus d'une demi-heure avant de mourir. La viande issue de cette pratique est en grande partie stockée ou vendue au rabais à des hôpitaux et des écoles.

Si le marché de la viande de baleine bat de l'aile, l'observation des baleines représente en revanche une solution humaine et lucrative pour exploiter ces animaux, puisqu'elle rapporte déjà 2,1 milliards de dollars par an aux communautés côtières partout dans le monde.

Rien qu'au Japon, elle a rapporté quelque 22 millions de dollars en 2008. On dénombre aujourd'hui trente opérateurs spécialisés dans l'observation de baleines répartis dans une dizaine de localités le long de la côte japonaise, un essor qui confirme que l'observation responsable des baleines est la seule exploitation possible de cet animal qui soit responsable et véritablement durable.

L'audience du procès à la CIJ intenté par l'Australie contre les baleiniers japonais chassant dans l'Antarctique a débuté le 26 juin 2013 et a duré trois semaines. La Cour devrait rendre son jugement au cours des prochaines semaines.

Pour en savoir plus :

« The Economicsof JapaneseWhaling » : http://www.ifaw.org/international/resource-centre/economics-japanese-whaling

IFAW : www.ifaw.org

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...