Connexion
/ Inscription
Mon espace

Baromètre « Les CGPI et la prévoyance »

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Publié en partenariat avec l’Agefi Actifs et Molitor Consult, le groupe Alptis et l’Unep, ce baromètre a pour objectif de connaître les attentes et besoins des clients des CGPI – chefs d’entreprise, professions libérales, cadres – en matière de prévoyance, mais aussi de mesurer le potentiel existant pour les CGPI sur ce marché. Réalisée en deux volets, l’enquête Alptis /Unep a d’abord donné la parole en 2013 aux clients des CGPI, avant d’interroger les CGPI eux-mêmes.



Dans son premier volet,
le baromètre montre que près de la moitié des clients des CGPI estiment ne pas être bien informés par leur conseiller en matière de prévoyance. A la question :

« Avez-vous déjà réalisé un bilan de prévoyance ? »,
ils sont seulement 7,6% à répondre positivement. Plus de 92% des clients des CGPI n’ont pas d’éléments précis leur permettant de savoir si leur couverture est adaptée et suffisante, en cas de coup dur, pour les protéger, eux et leur famille.

Or, selon l’enquête, ils sont plus de 40% – et 52% pour les professions libérales – à estimer que leur CGPI est crédible et légitime pour leur proposer des produits de prévoyance individuelle.

Au-delà de la nature des produits – l’assurance invalidité décès arrive très largement en tête des besoins exprimés – les clients de CGPI plébiscitent avant tout les notions de personnalisation et d’accompagnement : 25,6% veulent d’abord des produits adaptés à leur situation et 20,6% modulaires, avec l’appui d’un conseil expert pour 21,1%.

 

Dans son deuxième volet, le baromètre étudie le rapport des CGPI avec les offres de prévoyance, en mesurant leur perception sur ces produits.

Même s’ils sont encore peu présents sur ce marché, les CGPI sont 93% à estimer que la prévoyance doit s’intégrer dans une approche patrimoniale globale. Un résultat qui combat l’idée, assez commune jusqu’alors, que les CGPI ne seraient qu’un canal de distribution dédié à la gestion d’actifs – épargne ou immobilier – et non à une gestion globale actif/passif.

Autre chiffre essentiel : 90% des CGPI interrogés disent proposer des produits de prévoyance, 45% souvent, 45% parfois, à leurs clients. Les contrats les plus vendus par les cabinets sont des contrats Madelin à 23% et l’assurance emprunteur à 23%. La part de l’activité consacrée à l’homme-clé est très faible à 9%, ce qui n’est pas en phase avec les risques particuliers supportés par les entrepreneurs et les travailleurs non-salariés.


Les freins à lever et attentes sur les produits

L’enquête montre que 90% des CGPI considèrent la prévoyance comme un axe de développement, 53% parlant même d’un « axe très fort ». Or, aujourd’hui, la prévoyance représente seulement 5% du CA global de la profession des CGPI. Le potentiel de progression est donc très important, mais il nécessite de lever certains freins souvent évoqués par les CGPI :

  • La technicité et la complexité des produits et des régimes de base
  • Une mauvaise connaissance des offres
  • Une culture assurance moins développée que la culture financière


Face à ces freins, les fournisseurs doivent être inventifs s’ils veulent « déverrouiller » ce marché d’une clientèle plutôt haut de gamme. De nombreux CGPI évoquent la nécessité d’adapter la formation et la pédagogie commerciale dans ce domaine, pour les aider à intégrer les produits de prévoyance dans la stratégie patrimoniale de leurs clients.

Les attentes sont par ailleurs fortes face aux produits eux-mêmes : « innovants, pertinents, fiables, meilleurs que dans les réseaux classiques, simples et lisibles pour le client… ».


La prévoyance : enjeu-clé pour l’avenir des CGPI

Les tendances lourdes qui s’annoncent dans le domaine de la protection sociale, avec le désengagement de l’Etat et des régimes de base, sont porteuses de changement : à moyen terme, les clients des CGPI ne pourront plus se satisfaire des niveaux de couverture des régimes obligatoires et complémentaires. Actifs ou retraités, ils vont être amenés à s’intéresser à la prévoyance individuelle comme un élément-clé dans tout dispositif de protection patrimoniale.

Les CGPI vont devoir approfondir leur capacité à délivrer un conseil expert dans ce domaine, car leur clientèle patrimoniale sera très courtisée à court et moyen terme.


Accéder à l’intégralité du baromètre :
www.ljscope.com/assets/2013/11/Barometre-Alptis-Unep-Agefi-Molitor-2013.pdf

 


Soyez acteur de la finance responsable ! 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Amundi devient seul actionnaire de la fintech Anatec

Leader de la gestion d'actifs en Europe avec plus de 1 400 Mds€ d'actifs sous gestion, Amundi rachète la totalité du capital de la fintech Anatec, plateforme d'agrégation de conseil et d'épargne digitale développée sous la marque WeSave, dont elle détenait jusqu'à présent 49%. Cette transaction s'inscrit pleinement dans la stratégie digitale du Groupe Amundi. En élargissant sa gamme de solutions, elle renforce sa capacité à servir ses clients distributeurs avec une approche ouverte et agile,...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Nominations Secteur Patrimoine & Finance

Michel Dinet, Directeur du Développement de Richelieu Gestion Agé de 53 ans, Michel Dinet rejoint l'équipe dirigée par Christophe Boulanger, Directeur Général de Richelieu Gestion, qui déclare « […] L'arrivée de Michel traduit la volonté affirmée de Richelieu Gestion de donner une place centrale aux acteurs de proximité de l'épargne dans son développement. Fort de sa connaissance très fine de leurs attentes, de sa volonté permanente de traduire leurs besoins en solutions, il sera un...