Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les soldes d’été pourraient se poursuivre pour les marchés émergents

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Les devises des marchés émergents pourraient être confrontées à de nouvelles ventes massives étant donné que les pays affichant d’importants déséquilibres externes, comme la Turquie (TRY), l’Inde (INR), le Brésil (BRL), l’Afrique du Sud (ZAR) et l’Indonésie (IDR), restent vulnérables face à une hausse des taux obligataires américains, estime ING IM.

Selon Marcelo Assalin, lead portfolio manager pour les stratégies Emerging Market Debt Local Currency d’ING IM, « une hausse des taux américains constitue un problème supplémentaire pour les pays émergents lorsqu’ils veulent attirer les capitaux nécessaires pour financer leurs comptes externes. Ces pays pourraient être confrontés à des sorties de capitaux significatives si les conditions de marchés se détériorent. De nouvelles ventes massives ne sont donc pas à exclure. Nous pensons néanmoins que le futur démantèlement des achats d’obligations de la Fed est plutôt largement anticipé par les marchés et que les taux des obligations d’État américaines devraient dès lors augmenter de façon plus graduelle à l’avenir. Certaines devises émergentes ayant enregistré des ventes massives à la suite de la récente hausse des taux américains devraient par conséquent se stabiliser à court terme ».

Ces dernières années, le dollar américain a subi des « pressions à la vente » en raison des taux extrêmement faibles dans le monde développé, lesquels ont entraîné des flux massifs vers les marchés locaux du monde émergent. La hausse des taux américains depuis mai 2013 a conduit à l’effet inverse. Les marchés émergents ont été confrontés à des sorties de capitaux considérables durant cette période et les craintes relatives à des flux sortants supplémentaires ont pesé sur le sentiment des investisseurs, ce qui a résulté en une demande croissante de couverture. Ce contexte négatif pour les devises émergentes a certainement encouragé la spéculation à l’encontre des devises les plus vulnérables et ING IM est d’avis que les sorties de capitaux diminueront lorsque les taux américains se stabiliseront à court terme.

En ce qui concerne les perspectives d’ING IM pour les devises des marchés émergents, Marcelo Assalin ajoute que « compte tenu des conditions de marché très difficiles et du contexte extrêmement incertain, nous préférons maintenir la part du risque à un minimum dans nos portefeuilles. Nous n’avons qu’une exposition directionnelle très modérée aux devises émergentes pour le moment et préférons exprimer nos vues en la matière via des opérations de valeur relative (financement de positions longues par des positions courtes sur les devises émergentes). Les devises que nous apprécions sont les MXN, BRL, PEN, RUB, KRW et PHP car nous pensons que ces pays disposent de meilleurs fondamentaux pour résister aux conditions de marché défavorables (dans le cas du Brésil : de vastes réserves de devises étrangères). Nous restons prudents à l’égard des TRY, INR, IDR et ZAR en raison de leur important déficit courant et du faible niveau de leurs réserves de devises étrangères ».

En dépit de sa vision plus prudente pour le court terme, ING IM est positif pour les perspectives à long terme des marchés émergents et est d’avis qu’à un moment donné, les investisseurs se focaliseront à nouveau sur les valorisations attrayantes et la classe d’actifs affichera à nouveau de solides performances. Ce qui suggère que la correction majeure enregistrée aujourd’hui finira par se transformer en une belle opportunité de se repositionner dans la classe d’actifs. Alors que son scénario central table sur une stabilisation des taux américains dans un futur proche et, par conséquent, sur une évolution plus favorable des cours des devises émergentes, ING IM pense qu’il est toujours prématuré d’avancer que les ventes massives sont allées trop loin. Ceci est lié au fait qu’il subsiste de nombreuses incertitudes en ce qui concerne le processus de démantèlement de l’assouplissement quantitatif de la Fed. Compte tenu de l’importance des flux de portefeuille pour de nombreux pays émergents, les devises émergentes devraient continuer à afficher une étroite corrélation avec les taux des obligations d’État américaines.

Marcelo Assalin conclut que « malgré la hausse de la volatilité et les perspectives globalement prudentes pour les devises des marchés émergents, nombre d’entre elles semblent attrayantes après la correction. Nous apprécions en particulier les BRL, CLP, MXN, PEN, RUB, KRW et PHP. Nous sommes en revanche aussi d’avis que les devises de pays affichant d’importants déséquilibres externes seront confrontées à de plus grandes difficultés, à l’exception du real brésilien compte tenu des substantielles réserves de devises étrangères accumulées par le pays au cours de ces dernières années. Nous avons adopté une surpondération du BRL alors que la banque centrale brésilienne a récemment annoncé son programme d’intervention et qu’elle restera certainement attentive à tous les développements ».

www.ingim.fr/

 

Soyez acteur de la finance responsable !

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...