Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Culture & Société
ABONNÉS

[Enquête] Les investisseurs se préparent à la fin de l'argent facile

La première enquête mondiale RiskMonitor d'Allianz Global Investors (AllianzGI) répertorie les comportements de près de 400 grands investisseurs institutionnels internationaux en matière de gestion du risque.

- La hausse des taux d'intérêt et des risques extrêmes sont les deux principales préoccupations des investisseurs.

- Les investisseurs saluent les initiatives des banques centrales pour lutter contre la crise, mais constatent parallèlement la hausse des risques sur le long terme.

- Ils estiment que la réglementation rogne les performances annuelles de 2,3%.

- Plus de 90% des investisseurs pensent que les actions internationales vont enregistrer des performances positives dans les 3 années à venir.

- Les prévisions de performance annuelle des actions internationales sont en moyenne à 6%.

 

Quelques chiffres supplémentaires sur la France

Sur la perception du risque

- Les investisseurs français sont plus marqués que les Européens (40% vs. 30%) par le risque d'inflation généré par les politiques monétaires accommodantes. Mais les taux bas ont renforcé la stabilité du marché (60% vs. 43% pour les Européens) et réduit le risque systémique (40% vs. 39%).

- Les sondés français envisagent moins que leurs homologues européens une distorsion des marchés obligataires (50% vs. 70%) ou un risque de surendettement des entreprises et des particuliers (20% vs. 31%).

- De même, ils anticipent moins de bulles spéculatives, notamment sur les segments des obligations d'entreprise à haut rendement (30% vs. 45%), des obligations d'entreprise Investment Grade (22% vs. 37%) et des dettes souveraines des marchés développés (38% vs. 53%).


Sur l’impact du contexte actuel sur les performances de leurs fonds

Plus que les investisseurs paneuropéens, les Français estiment que leurs performances pourraient pâtir des taux d'intérêt actuels (63% vs. 36%), des hausses de taux d'intérêt (88% vs. 63%) et de la déflation (38% vs. 27%). En revanche, ils ne s'inquiètent pas vraiment des autres risques obligataires.

Les résultats des trois zones géographiques, Europe, Amérique du Nord et Asie-Pacifique, peuvent être consultés en ligne sur : www.allianzgi.com/riskmonitor


Enfin, selon James Dilworth, Directeur général d'Allianz GIobal Investors Europe : « Pour les investisseurs, la prise de risque est une nécessité, pas une option »

 

 

Soyez acteur de la finance responsable !

Lire la suite...


Articles en relation