Connexion
/ Inscription
Mon espace

Vernissages au Louvre ce mercredi 16 octobre 2013 : Jean Cousin père et fils, une famille de peintres au XVIe siècle

ABONNÉS

 Le XVe siècle français a été le siècle de Jean Fouquet et d’Enguerrand Quarton, le XVIIe, celui de Georges de La Tour et de Nicolas Poussin. Le XVIe siècle a eu Jean Cousin. Son nom, glorifié dans les histoires anciennes, inscrit aux frontons des écoles des beaux-arts et à l’attique des musées, n’a jamais été oublié. Il demeure le symbole du renouveau du vitrail et de la tapisserie au XVIe siècle. Un magistral Livre de Perspective et un manuel pour apprendre à dessiner en ont assuré le renom. Cependant, pour la plupart d’entre nous, Cousin est le peintre virtuose d’un seul tableau, Eva Prima Pandora.

A travers un choix de 60 oeuvres, l’exposition est l’occasion de rendre justice à cet artiste protéiforme, figure centrale du maniérisme français. Elle met en lumière l’originalité et l’importance du style de Jean Cousin et cherche à distinguer l’oeuvre de Jean Cousin Père de celle de son fils, qui porte le même nom.

L’exposition réunit ainsi l’ensemble des oeuvres de Cousin dispersées dans les collections du Louvre. Le musée détient en effet les principales pièces de l’artiste en matière de peinture, tapisserie et sculpture. Se sont très généreusement associés à lui le musée d’Ecouen avec son corporalier brodé d’or, le musée de l’Armée avec une garniture de selle récemment identifiée, et les cinq plus grandes bibliothèques parisiennes: la Bibliothèque nationale de France et celle de l’Arsenal, la Bibliothèque de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, la Bibliothèque Mazarine, la Bibliothèque de l’Institut – pour leurs remarquables collections de dessins, de gravures, de livres imprimés et de partitions. Cinq pièces choisies dans les musées de province – une statue à Chartres, un tableau à Montpellier, deux dessins à Angers et Rennes, un rondel à Dijon, qui est peut-être un témoignage de Cousin lui-même peintre verrier – enrichissent enfin cette manifestation de quelques-uns des nombreux témoignages de l’art de Cousin dont nos provinces peuvent s’enorgueillir.

Un choix d’oeuvres de son fils et héritier complète l’image de ce grand inventeur d’un style qui, classique avant la lettre, s’est nourri tout autant du passé cultivé par la Renaissance que des sophistications du maniérisme.

 

Pour plus d'informations : www.louvre.fr

 

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation