Connexion
/ Inscription
Mon espace

En route pour un ralentissement de l’économie mondiale

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Les prévisions économiques du groupe Saxo Bank pour le 4ème trimestre, ont été annoncées le 9 octobre, par Steen Jakobsen, Economiste en chef de Saxo Bank, à l’occasion d’une conférence au Cercle de l’Union Interalliée qui réunissait dirigeants de la banque, Alberto Contador, Bjarne Riis, clients et journalistes.

Selon cette étude, le fait que les grandes banques centrales soient en faveur ou pas d’un maintien de l’assouplissement quantitatif ne changera rien : nous sommes en route pour un ralentissement de l’économie mondiale. Les analystes de Saxo Bank ne s’attendent pas à un retour durable de la croissance tant que les décideurs continueront de soutenir les secteurs de l’économie qui n’en ont pas besoin ou qui ne le méritent pas et qu’ils ne se mettent pas à soutenir le vrai moteur pour la création d’emplois et de croissance : les PME

La récente décision de la Fed de ne pas réduire son programme d’achat d’actifs montre le besoin grandissant d’ancrer des nouvelles anticipations sur les taux d’intérêts, et laisse présager d’un horizon qui s’assombrit. Pour les analystes de la Banque, ce serait une bonne chose. La seule façon de stopper cette expérience monétaire sans précédent est de démontrer qu’elle manque à son objectif premier : la création d’emplois supplémentaires et la croissance des revenus.

 

Selon Saxo Bank, une économie faible, et en particulier un marché de l’emploi en difficulté, forceront la main de la Fed : au lieu de réduire l’assouplissement quantitatif, la FED devra l’augmenter l’année prochaine. Cette politique « extend and pretend » (politique de l’autruche), que le marché continue d’anticiper, devrait valoriser les actifs vers de nouveaux sommets - c’est du moins ce que le marché espère.  Plus tard néanmoins, probablement début 2014, le cycle de l’assouplissement quantitatif  - ou la réaction du marché par rapport à celui-ci - va commencer à vaciller à mesure que la politique de la Fed perdra en crédibilité. Au final, tous les changements historiques de politiques  ont été le résultat d’une chute vertigineuse du marché boursier ou d’un taux de chômage devenant bien trop important pour être ignoré. En d’autres mots, l’assouplissement quantitatif comme outil politique n’est menacé que si l’ensemble du marché le rejette plutôt que l’applaudit. 

Commentaire de Steen Jakobsen : « L’économie globale est à bout de souffle. En 2014 nous verrons davantage de discussions à propos de la marche à suivre pour vraiment sortir de l’attitude actuelle qui consiste à faire le dos rond. Pour l’instant le marché ne voit que deux issues : une inflation de l’économie pour réduire la charge de la dette ou l’effacement de la dette entre trésoreries et banques centrales. Je pense cependant qu’il y a une troisième voie qui est la répétition de ce qui s’est passé dans les années ’40, quand la Fed aidait aussi soi-disant le marché. A cette époque, la Fed a dû faire face à une économie déflationniste et en récession générée par la même politique qui ralentit aujourd’hui le retour à la croissance : trop d’argent facile. L’histoire est sur le point de se répéter simplement parce que nous n’avons rien appris et que nous résistons au changement ».  

saxobanque.fr

 

Soyez acteur de la finance responsable !

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...