Connexion
/ Inscription
Mon espace

Un an plus tard, plus de la moitié des Français a dû recourir à son épargne pour faire face à ses dépenses

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Genworth, spécialiste mondial des assurances de personnes, a publié les résultats d’une étude menée avec Ipsos MORI sur la situation financière des foyers français. Selon cette étude, au cours des 12 derniers mois, 56% des Français ont dû puiser dans leurs réserves d’épargne afin de couvrir leurs dépenses mensuelles ; un comportement particulièrement fréquent chez les 25-34 ans (64% d’entre eux ont recouru à leur épargne) et les 35-44 ans (62%).

Les sommes ainsi prélevées se sont montées en moyenne à moins de 100 euros par mois pour 21% des personnes interrogées ; pour 16%, elles se situent dans une fourchette de 101 à 200 euros mensuels. Et près d’un Français sur 5 (19%) a retiré plus de 200 euros chaque mois.

Une perte de revenus pour près de la moitié des Français

Ce phénomène pourrait s’expliquer par une perte de revenus enregistrée sur cette période : en effet, 47% des ménages français disent avoir subi une baisse ponctuelle de leurs revenus au cours des 12 derniers mois.

Les causes de cette baisse sont multiples ; si l’on excepte la hausse des impôts, les principales raisons évoquées par les sondés sont :

  • le licenciement et le départ en retraite (9% chacun),

  • un arrêt de travail pour raison de santé (7%),

  • la baisse de salaire (6%),

  • la baisse de revenus d’un travail indépendant (4%),

  • la baisse des prestations de Sécurité Sociale (4%).

La tranche d’âge la plus touchée par cette perte de revenus est celle des seniors : les 55-75 ans se déclarent affectés pour 56% d’entre eux. Mais les autres tranches d’âge sont également frappées de plein fouet : les 45-54 ans sont 49% à déplorer la baisse de leurs revenus, les 35-44 ans, 48% ; et les 25-34 ans, 44%.

Les ménages aux revenus les plus faibles sont les plus affectés : 53% des foyers disposant de moins de 18 000 euros par an sont touchés, contre 49% des personnes dont les revenus sont compris entre 18 001 et 36 000 euros, et seulement 38% de celles dont les revenus sont compris entre 36 001 et 60 000 euros.

Recours aux banques et au crédit plutôt qu’à l’aide familiale

Les Français ont également fait largement appel aux facilités accordées par leurs banques : 17% des sondés déclarent qu’eux-mêmes ou leur conjoint ont utilisé leur découvert autorisé au cours des 12 derniers mois ; 15% ont demandé un prêt à la consommation sur cette même période. Au total, ce sont 38% des ménages qui ont utilisé un crédit sous quelque forme que ce soit (carte de crédit, prêt d’une société financière, paiements par versements…).

L’aide familiale, en revanche, a été peu sollicitée durant cette période : seulement 6% des sondés y ont eu recours, eux-mêmes ou leur conjoint. Ce sont principalement les 25-34 ans (pour 13% d’entre eux) qui bénéficient ainsi du soutien financier de leur famille, une solution qu’ils utilisent presque autant que le découvert (15%) ou le prêt à la consommation (16%).

45% des détenteurs d’un plan d’épargne salariale disposés à s’en servir d’ici la fin de l’année

Enfin, si la nouvelle législation permet aujourd’hui d’utiliser plus largement l’argent économisé via un plan d’épargne d’entreprise, seulement 28% des sondés disposent de ce type d’épargne. Parmi ceux qui en bénéficient, 45% ont la ferme intention d’effectuer des retraits d’ici la fin 2013 ; et 22% envisagent même de retirer la totalité de l’argent disponible sur leur plan avant la fin de l’année.

« Notre étude démontre que le contexte économique difficile, qui continue de mettre à mal les finances des ménages, affecte très durement les tranches d’âges médianes, 25-34 et 35-44 ans » commente Frédéric Guez, Directeur France de Genworth. « Un licenciement, ou un arrêt maladie, et c’est l’équilibre financier d’une famille qui chancelle. Pour ne pas se retrouver contraint de puiser dans ses réserves, il est crucial d’anticiper en mettant en place des solutions de substitution. Les solutions Genworth en matière d’assurance de personnes sont justement conçues pour protéger les ménages des incertitudes financières, en fournissant des filets de protection qui les aident à assumer leurs obligations financières en cas de changement de situation, et notamment dans le cas d’une impossibilité de travailler. »

Gratuite, notre newsletter mensuelle Inspirations est consacrée aux débats sur les enjeux auxquels nos sociétés font face, cliquez ici pour la découvrir.

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Fonds patrimoniaux : notre sélection limite les dégâts

  Un gérant qui a une très longue expérience vient de déclarer qu'il n'a jamais vu une année comme 2018, avec de telles moins-values dans pratiquement toutes les classes d'actifs, le mouvement s'accélérant en fin d'année. Dans ces conditions, le repli trimestriel de 10,1 % enregistrée par notre liste de fonds patrimoniaux doit être relativisée.   Depuis la mise à jour du 4 octobre 2018, notre sélection patrimoniale a, notamment, été affectée par les reculs d'Amilton Global (particulièrement...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Petites capitalisations européennes, des opportunités selon RJAMI

Les petites capitalisations sont celles qui, l'an dernier, ont payé le plus lourd tribut à la baisse des marchés. Mais Louis de Fels et Edwin Faure, gérants des fonds Raymond James MicroCaps et Raymond James SmallCaps, deux des fonds de la gamme de Raymond James Asset Management International (RJAMI), ne jettent pas le bébé avec l'eau du bain !   Repricing du risque C'est essentiellement en raison de leur moindre liquidité et, aussi, parce que la pratique du small is beautiful a peut-être été...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection diversifiée bat à nouveau le CAC40

Les incertitudes politiques, la hausse des taux aux Etats-Unis, la perspective d'un ralentissement économique mondial et la guerre commerciale sino-américaine brouillent les cartes. Dans ce contexte où l'imprévisibilité règne, les marchés ont tout de même rebondi. Notre sélection en a profité. Depuis la dernière mise à jour (le 6 décembre), notre sélection s'est adjugé 1,6 %. C'est mieux que le Cac 40 dans la période : + 0,5 %. Cette relativement bonne tenue d'ensemble, en dépit de l'étonnante...