Connexion
/ Inscription
Mon espace

La Banque en ligne, beaucoup de bruit mais peu de convertis

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Alors que le monde bancaire doit faire face aux nouvelles contraintes réglementaires et menacé par la désertion et la perte de rentabilité de ses agences, Wincor Nixdorf en partenariat avec l’IFOPont interrogé les Français sur leurs habitudes et leurs attentes pour l’avenir de ce secteur.

Principaux enseignements de cette enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

La banque en ligne ne concerne que 2% de Français.

- Ce chiffre s’explique par une profonde habitude des Français aux services de leur banque principale (44%), à la réassurance de pouvoir se déplacer en agence en cas de problème (32%) ou à la possibilité de rencontrer son conseiller (31%).

- La banque en ligne n’est cependant pas condamnée à la marginalité si elle promet aux Français de réelles économies de frais de dossiers par rapport à une banque classique (28%), un partenariat avec une banque classique (17%) ou une offre clairement attractive pour les placements financiers avec des taux d’intérêts élevés (16%).

- Fidèles à leur agence bancaire, la majorité des Français ont plus de 20 ans d’ancienneté dans leur banque (52%).

- Le choix de leur banque relève bien de l’habitude et pour certains de l’héritage : 29% l’ont choisie car il s’agit de celle où ils ont ouvert leur premier compte et 26% car c’est la même banque que celle d’un proche.

- Ils ne sont que 7% à se rendre en agence une fois par semaine.

- Cette désertion est loin d’être une fatalité : les Français seraient prêts à se rendre plus souvent en agence si elle offrait des coûts bancaires réduits par rapport aux mêmes services sur Internet (61%) ou si elle proposait des horaires d’ouverture étendus (51%).

- 65% rêvent d’un changement de leur agence bancaire dans les années à venir.

- Le conseiller bancaire plébiscité : les Français le considèrent comme mieux placé pour gérer leur argent que leurs proches.

 

Toutefois, et pour la majorité des Français, le système sur lequel fonctionnent aujourd’hui les agences bancaires ne pourra pas perdurer : ils sont 65% à envisager une évolution de l’agence bancaire. Dans le détail :

- 26% envisagent sa disparition au profit de la banque en ligne,

- 20% imaginent une agence bancaire spécialisée pour certaines catégories de la population et

- 19% pronostiquent que l’agence bancaire va devenir un lieu dédié à la présentation et à l’information sur les produits bancaires.

Les jeunes vont certainement redéfinir l’agence bancaire de demain

- 18% ont principalement adopté leur banque actuelle suite à une recommandation par un tiers.

- Etonnement, 80% des moins de 25 ans se déplacent en agence bancaire !

Pour cette dernière catégorie, et en réponse à leur critique vis-à-vis du manque de personnalisation des services des conseillers, beaucoup présagent une redéfinition des missions de la banque avec notamment le développement d’offres sur-mesure, destinées à des catégories spécifiques de la population (jeunes, bas salaires, etc.).

Wincor Nixdorf, intégrateur Métier pour la Banque et la Distribution, conçoit, met en œuvre et opère des solutions globales permettant d’accompagner les plus grands acteurs de ces marchés dans l’amélioration de leurs process Métier en agissant sur trois flux stratégiques : les flux clients, les flux de gestion d’espèces et les flux de paiements électroniques.
wincor-nixdorf.com/fr

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Amundi devient seul actionnaire de la fintech Anatec

Leader de la gestion d'actifs en Europe avec plus de 1 400 Mds€ d'actifs sous gestion, Amundi rachète la totalité du capital de la fintech Anatec, plateforme d'agrégation de conseil et d'épargne digitale développée sous la marque WeSave, dont elle détenait jusqu'à présent 49%. Cette transaction s'inscrit pleinement dans la stratégie digitale du Groupe Amundi. En élargissant sa gamme de solutions, elle renforce sa capacité à servir ses clients distributeurs avec une approche ouverte et agile,...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Rentabilité technique des organismes d’assurance-vie et mixtes établis en France

Synthèse de l'analyse de la rentabilité technique des organismes d'assurance-vie et mixtes établis en France, publiée par l'ACPR. - Le secteur de l'assurance-vie a collecté 137 Mds€ de primes en 2017 et a dégagé 6 Mds€ de résultat technique. - Les contrats d'épargne en euros continuent à représenter la plus grande partie du chiffre d'affaires (54% du total) et du résultat technique (55%). Pour autant, compte tenu de la conjoncture actuelle de taux d'intérêt, les assureurs favorisent la...